Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Bref, les jeunes ont été consultés

Le Plan jeunesse avance. Pour qu’il soit estampillé « participatif », le Conseil de la jeunesse a organisé une Agora sur ce thème.

29-04-2012 Alter Échos n° 336

Le Plan jeunesse avance. Pour qu’il soit estampillé « participatif », le Conseil de la jeunesse1 a organisé une Agora sur ce thème. Peu dejeunes, mais quelques débats.

Si l’on entend bien peu parler du Plan jeunesse d’Evelyne Huytebroeck, cela n’empêche pas que celui-ci avance pas à pas. Un site web a étécréé2. On y apprend que le plan 12-25 « vise à répondre aux problèmes concrets qui touchent les jeunes ». Une conférenceinterministérielle jeunesse a été mise en place. Des groupes de travail planchent sur les six thèmes principaux du plan (cfr encadré), réunissant desprofessionnels des secteurs concernés. Enfin, les jeunes eux-mêmes sont appelés à donner leur avis. C’est le Conseil de la jeunesse qui s’y colle. Une enquête deterrain et un sondage en ligne furent les deux premières étapes de la consultation.

Conformément à son désir d’ouverture, le Conseil de la jeunesse a organisé une Agora le week-end des 21 et 22 avril sur le thème du Plan jeunesse. Rappelonsqu’une Agora, à l’époque de la Grèce antique, était une assemblée du peuple sur la place publique. Pour tenter d’attirer des foules de jeunes avides dedébats et d’empoignades autour du « Plan jeunesse », le Conseil s’est donné les moyens de son ambition en communicant tous azimuts. Il faut bien le dire, lesreprésentants des jeunes n’ont pas récolté les fruits de ce travail.

Alter Echos s’est rendu sur place. Le samedi matin, une vingtaine de jeunes s’essayaient à des petits exercices de théâtre pour s’échauffer avant de rentrer dans le vifdu sujet. Le dimanche matin, encore du « fun » avec des ateliers vidéo où une parodie du célèbre programme « Bref » futconçue. Des manières ludiques d’aborder la thématique.

C’est quoi le Plan jeunesse  ?

Sur vingt jeunes venus pour donner leur avis sur une politique publique, nous découvrons que six d’entre eux ont été conduits ici dans le cadre du Conseil consultatif desjeunes d’Ath pour découvrir ce qu’est le Conseil de la jeunesse. Flavio, 15 ans, en savait bien peu sur les activités qui l’attendaient ce week-end. « On savait qu’on devaitaller à Bruxelles, rencontrer d’autres jeunes. Mais le Plan jeunesse, là, franchement, je ne sais pas trop. » Une déclaration qui trouve un écho dans les motsd’Ericka, elle aussi du Conseil d’Ath. « Le Plan jeunesse, je n’ai aucune idée de ce que c’est. » Bon, gageons qu’à la fin du week-end, ces jeunes gens d’Athconnaissaient sur le bout des doigts les arcanes de la transversalité made in Belgium.

L’assemblée du peuple jeune ne comptait ce samedi matin là que quatorze personnes au courant des raisons de leur présence. « C’est un peu décevant, avoueCatherine Demonty, permanente au Conseil de la jeunesse. Mais ce n’est pas toujours facile de mobiliser durant le week-end pour des thématiques politiques. »

Parmi ces quatorze jeunes, beaucoup sont déjà bien impliqués dans les questions Jeunesse. Samuel, un Liégeois de 27 ans, a déjà participé au« Parlement jeunesse ». S’il est présent à l’Agora, c’est avant tout pour saisir l’occasion de s’exprimer  : « Je suis sceptique sur le fait quenotre avis soit écouté, mais au moins on peut débattre, échanger les opinions. » Angélique, 27 ans a « eu vent de l’évènementvia le boulot ». Et son boulot, c’est éducatrice en Organisation de jeunesse. Heureuse de participer, mais circonspecte  : « Je ne connaissais pas du tout ce Planjeunesse. J’ai lu, je trouve ça assez vague. Mais l’initiative est bonne, reste à voir ce qu’ils vont en faire. » Enfin, un jeune de 23 ans, déjà« membre du Conseil de la jeunesse », estime pour sa part qu’une telle Agora pourrait « déboucher sur quelque chose, si on propose des idéesconcrètes. »

Les six groupes de travail du plan jeunesse

• Actions, engagement solidaire et image positive des jeunes  ;
• Valorisation des compétences des jeunes, orientation et choix  ;
• Lutte pour l’égalité des chances et prévention générale  ;
• Expérimentations et transition vers l’autonomie
• Sensibilisation par et pour les jeunes aux enjeux de société  ;
• Coordination territoriale.

Ces quelques jeunes (on nous précise qu’ils étaient plus nombreux ensuite) ont pu s’exprimer sur les mesures concrètes qui commencent à sortir des groupes de travail.Ils purent même en discuter « informellement », autour d’un café, avec la ministre en personne. Quelques exemples, en vrac  : « valoriser lesexpériences dans l’éducation non formelle, s’engager dans l’éducation aux médias, favoriser la création de conseils communaux de jeunes, etc. » PourCatherine Demonty, « cette agora était vraiment utile pour voir ce que les jeunes en pensent ». Bref, les jeunes ont été consultés.

1. Conseil de la jeunesse :
– adresse : boulevard Léopold II, 44 à 1080 Bruxelles
– tél.  : 02 413 29 30
– courriel  : conseil.jeunesse@cfwb.be

2. www.plan12-25.be/Plan-12-25,30.html

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)