Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Bientôt de nouvelles fédés de scouts : de l'associatif fiction  ?

Un amendement apporté au projet de décret sur les organisations de jeunesse pourrait favoriser l’émergence de nouveaux mouvements « foulards ».

27-02-2009 Alter Échos n° 268

Le gouvernement de la Communauté française a approuvé le 28 novembre 2008, en première lecture, le projet de décret fixant les conditions d’octroi etd’agrément de subventions aux organisations de jeunesse (OJ). Lors du passage suivant au gouvernement, une modification au texte a été apportée qui pourrait avoir sapetite importance : elle favorise l’émergence de nouveaux mouvements « foulards » (scouts, guides, etc.).

Passée presque inaperçue, une légère modification en cours de parcours du projet de nouveau décret pour les organisations de jeunesse (OJ) pourrait pourtantavoir d’importantes conséquences pour les mouvements « foulards ». Proposée et acceptée lors du passage en deuxième lecture au gouvernement, cettemodification, qui aurait été portée au départ par le CDH, prévoit en effet d’abaisser le nombre minimum de groupes locaux (des « troupes »)nécessaire afin d’être reconnu comme mouvement « foulards » : on passera à 25 groupes, contre les 35 en vigueur dans le cadre du décret actuel et qu’ilétait initialement prévu de maintenir dans le nouveau décret.

Une façon d’encourager l’émergence de nouveaux mouvements « foulards » ? Au cabinet de Catherine Fonck (CDH)1, la ministre de l’Enfance et del’Aide à la jeunesse de la Communauté française, la question semble susciter nervosité et agacement. Mais on reconnait que c’est bien l’intention. « Nous avons vouluque le décret permette de nouvelles dynamiques associatives jeunes, déclare Frédéric Possemiers, conseiller de la ministre en charge de la politique Enfance. Nous tenions,à la suite de certaines demandes émanant du secteur, à éviter que la “première marche” ne soit trop haute à passer. » Des propos que confirmeJérôme Voisin, chef de cabinet adjoint de Marc Tarabella (PS)2, le ministre de la Jeunesse à la Communauté française. « Cette décision aété prise à la suite de contacts avec l’inter-mouvement [NDLR : structure qui regroupe tous les mouvements “foulards” reconnus] et à des retours informels de la partdu secteur », déclare-t-il.

Le secteur ne comprend pas

Or, du côté du secteur justement, on tombe quelque peu des nues et l’on contredit la version tenue par les deux cabinets. Selon plusieurs responsables du secteur,l’inter-mouvement s’était accordé sur le chiffre de 35 et n’a jamais changé sa position. « Le comité de pilotage avait arrêté, en sontemps, le chiffre de 35 groupes locaux ; chiffre qui avait été défini en inter-mouvement par les mouvements foulards », déclare à ce sujet Yamina Ghoul,secrétaire générale de la Confédération des organisations de jeunesse indépendantes et pluralistes (COJ)3. Le seuil de 35 groupes aurait, eneffet, été longuement discuté par le secteur pour être unanimement accepté par celui-ci et intégré dans le projet de décret approuvé enpremière lecture. Un scénario qui rend quelque peu caduque la théorie d’un rabaissement du seuil en deuxième lecture, suite à une demande du mêmesecteur. « Si qui que ce soit au sein des mouvements foulards avait jugé le seuil de 35 trop élevé et s’était senti mis en danger par celui-ci, il auraitdemandé de le rabaisser avant même l’approbation en première lecture », ajoute Yamina Ghoul. Avant de conclure : « D’ailleurs, une réunion mettanten présence le comité de pilotage, le cabinet Tarabella et le secteur a été organisée le 10 février, entre la deuxième et la troisième lecture[NDLR : qui a eu lieu le 19 février]. Au cours de celle-ci, le secteur a réaffirmé qu’il défendait l’idée d’un seuil à 35. » Ce queconfirme Brice Many, Secrétaire général du Conseil de la jeunesse catholique (CJC)4 : « Nous avons réitéré la demande de rester à 35.Le chiffre a cependant été descendu… »

Pourquoi ?

Du côté des Scouts et Guides pluralistes de Belgique5, quelquefois nommés comme origine potentielle des « retours informels » cités par le cabinetTarabella en raison de leur plus petite taille, l’étonnement est également de mise. « Le chiffre de 35 n’a jamais été remis en cause, affirme AlainBairamjan, conseiller pédagogique aux Scouts et Guides pluralistes. Pour notre part, nous n’avons jamais rien demandé aux cabinets. Nous avons 52 groupes locaux, le chiffre de 35nous convient donc très bien. » Même son de cloche du côté des « Scouts » où l’on nous confirme que le mouvement n’est a prioripas favorable à un seuil abaissé à 25.

Dès lors, pourquoi les deux cabinets ont-ils pris une telle décision ? À parler des scouts, une hypothèse, soufflée à demi-mot par certainsintervenants, revient régulièrement sur la table : la possibilité de la création d’une nouvelle fédération catholique des scouts. Rappelons quel’abandon récent du « C » de « Catholiques » par l’ancienne Fédération des scouts catholiques (FSC), qui s’appelle aujourd’hui« Les Scouts », n’a pas fait que des heureux. Les déçus de la sécularisation de l’ex-FSC pourraient dès lors être tentés de sefédérer… Si l’hypothèse est qualifiée de « quelque peu fantasmée » par Brice Many, elle mérite néanmoins d’êtreenvisagée puisque même Jérôme Voisin convient qu’avec la disparition du « C » et le seuil diminué à 25, « Il y a une possibilitéd’apparition d’une nouvelle fédération de scouts catholiques. Certains pourraient être tentés, même si on entre peut-être là dans del’associatif fiction ». Autre possibilité : la création d’une fédération de scouts musulmans même si, de l’avis de beaucoup, ceux-cisont encore trop petits pour pouvoir se fédérer. Quoiqu’il en soit, il semble pour le moment encore trop tôt pour pouvoir se prononcer. « L’avenir nous dira cequi s’est passé », conclura un de nos interlocuteurs.

Les mouvements « foulards » actuellement reconnus par la Communauté française :
– les Faucons rouges (socialistes) ;
– les Patro masculins ;
– les Patro féminins (amenés à fusionner avec les homologues masculins dans le cadre du nouveau décret) ;
– les Guides catholiques de Belgique ;
– les Scouts (l’ancienne F&e
acute;dération des scouts catholiques (FSC) ;
– les Scouts et guides pluralistes de Belgique.

1. Cabinet de Catherine Fonck :
– adresse : bd du régent, 37-40 à 1000 Bruxelles
– tél. : 02 788 83 11
– courriel : cabinet.fonck@cfwb.be
– site : www.catherine-fonck.be
2. Cabinet de Marc Tarabella :
– adresse : place Surlet de Chokier, 15-17 à 1000 Bruxelles
– tél. : 02 250 18 11
– courriel : marc@tarabella.be
– site : www.tarabella.be
3. Confédération des organisations de jeunesses indépendantes et pluralistes (COJ) :
– adresse : rue traversière, 8 à 1210 Bruxelles
– tél. : 02 218 31 03
– courriel : info@coj.be
– site : www.coj.be
4. Conseil de la jeunesse catholique (CJC) :
– adresse : rue de la charité, 43 à 1210 Bruxelles
– tél. : 02 230 32 83
– courriel : cjc@cjc.be
– site : www.cjc.be
5. Scouts & Guides pluralistes de Belgique :
– adresse : av. de la porte de Hal, 38 à 1060 Bruxelles
– tél. : 02 539 23 19
– site : www.sgp.be

Julien Winkel

Julien Winkel

Journaliste (emploi et formation)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)