Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Social

Avis de tempête sur le travail social

Les CPAS vont mal. Pas seulement leurs finances. Beaucoup de travailleurs sociaux ont mal à leur CPAS et à l’image qu’ils ont (avaient) de leur métier. Un mot pour résumer? Pression. Ils sont sous pression et mettent sous pression les bénéficiaires qui subissent déjà un stress énorme lié à la fois à leurs conditions de vie et à celles qu’il faut parfois remplir pour être aidé.

"Les services sociaux deviennent essentiellement des distributeurs de ressources multiples. […] Ce qui renforce chez l’usager une logique de consommation passive», la Fédération wallonne des assistants sociaux des CPAS

Les CPAS vont mal. Pas seulement leurs finances. Beaucoup de travailleurs sociaux ont mal à leur CPAS et à l’image qu’ils ont (avaient) de leur métier. Un mot pour résumer? Pression. Ils sont sous pression et mettent sous pression les bénéficiaires qui subissent déjà un stress énorme lié à la fois à leurs conditions de vie et à celles qu’il faut parfois remplir pour être aidé.«Travailler au CPAS a été un choix personnel. C’était pour moi une institution proche du citoyen, qui permettait de faire bouger les choses.» Cette approche est toujours celle de Daniel Hanquet, assistant social (AS) au CPAS de Rixensart depuis 35 ans. Une fameuse carrière qui lui permet de mesurer l’évolution plutôt inquiétante du CPAS. Sabrina, AS dans un CPAS bruxellois, n’a que cinq années de pratique professionnelle mais elle songe déjà jeter l’éponge. «Je ne vois plus que des dossiers, des dossiers encore des dossiers. J’ai parfois l’impression de travailler dans une usine. Les bénéficiaires défilent, je n’ai pas le temps de vraiment m’occuper d’eux. Il m’arrive même d’essayer de m’en débarrasser.»«Je ne vois plus que des dossiers, des dossiers encore des dossiers.» Sabrina, assistante socialeTous les assistants sociaux n’ont pas le même nombre de dossiers dit «actifs» que Sabrina (125). «Au CPAS de Namur, on essaie de ne pas dépasser les 95 dossiers actifs par travailleur social, dit le président Ph...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Les CPAS vont mal. Pas seulement leurs finances. Beaucoup de travailleurs sociaux ont mal à leur CPAS et à l’image qu’ils ont (avaient) de leur métier. Un mot pour résumer? Pression. Ils sont sous pression et mettent sous pression les bénéficiaires qui subissent déjà un stress énorme lié à la fois à leurs conditions de vie et à celles qu’il faut parfois remplir pour être aidé.«Travailler au CPAS a été un choix personnel. C’était pour moi une institution proche du citoyen, qui permettait de faire bouger les choses.» Cette approche est toujours celle de Daniel Hanquet, assistant social (AS) au CPAS de Rixensart depuis 35 ans. Une fameuse carrière qui lui permet de mesurer l’évolution plutôt inquiétante du CPAS. Sabrina, AS dans un CPAS bruxellois, n’a que cinq années de pratique professionnelle mais elle songe déjà jeter l’éponge. «Je ne vois plus que des dossiers, des dossiers encore des dossiers. J’ai parfois l’impression de travailler dans une usine. Les bénéficiaires défilent, je n’ai pas le temps de vraiment m’occuper d’eux. Il m’arrive même d’essayer de m’en débarrasser.»«Je ne vois plus que des dossiers, des dossiers encore des dossiers.» Sabrina, assistante socialeTous les assistants sociaux n’ont pas le même nombre de dossiers dit «actifs» que Sabrina (125). «Au CPAS de Namur, on essaie de ne pas dépasser les 95 dossiers actifs par travailleur social, dit le président Ph...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Aller plus loin

Les CPAS vont mal. Pas seulement leurs finances. Beaucoup de travailleurs sociaux ont mal à leur CPAS et à l’image qu’ils ont (avaient) de leur métier. Un mot pour résumer? Pression. Ils sont sous pression et mettent sous pression les bénéficiaires qui subissent déjà un stress énorme lié à la fois à leurs conditions de vie et à celles qu’il faut parfois remplir pour être aidé.«Travailler au CPAS a été un choix personnel. C’était pour moi une institution proche du citoyen, qui permettait de faire bouger les choses.» Cette approche est toujours celle de Daniel Hanquet, assistant social (AS) au CPAS de Rixensart depuis 35 ans. Une fameuse carrière qui lui permet de mesurer l’évolution plutôt inquiétante du CPAS. Sabrina, AS dans un CPAS bruxellois, n’a que cinq années de pratique professionnelle mais elle songe déjà jeter l’éponge. «Je ne vois plus que des dossiers, des dossiers encore des dossiers. J’ai parfois l’impression de travailler dans une usine. Les bénéficiaires défilent, je n’ai pas le temps de vraiment m’occuper d’eux. Il m’arrive même d’essayer de m’en débarrasser.»«Je ne vois plus que des dossiers, des dossiers encore des dossiers.» Sabrina, assistante socialeTous les assistants sociaux n’ont pas le même nombre de dossiers dit «actifs» que Sabrina (125). «Au CPAS de Namur, on essaie de ne pas dépasser les 95 dossiers actifs par travailleur social, dit le président Ph...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Les CPAS vont mal. Pas seulement leurs finances. Beaucoup de travailleurs sociaux ont mal à leur CPAS et à l’image qu’ils ont (avaient) de leur métier. Un mot pour résumer? Pression. Ils sont sous pression et mettent sous pression les bénéficiaires qui subissent déjà un stress énorme lié à la fois à leurs conditions de vie et à celles qu’il faut parfois remplir pour être aidé.«Travailler au CPAS a été un choix personnel. C’était pour moi une institution proche du citoyen, qui permettait de faire bouger les choses.» Cette approche est toujours celle de Daniel Hanquet, assistant social (AS) au CPAS de Rixensart depuis 35 ans. Une fameuse carrière qui lui permet de mesurer l’évolution plutôt inquiétante du CPAS. Sabrina, AS dans un CPAS bruxellois, n’a que cinq années de pratique professionnelle mais elle songe déjà jeter l’éponge. «Je ne vois plus que des dossiers, des dossiers encore des dossiers. J’ai parfois l’impression de travailler dans une usine. Les bénéficiaires défilent, je n’ai pas le temps de vraiment m’occuper d’eux. Il m’arrive même d’essayer de m’en débarrasser.»«Je ne vois plus que des dossiers, des dossiers encore des dossiers.» Sabrina, assistante socialeTous les assistants sociaux n’ont pas le même nombre de dossiers dit «actifs» que Sabrina (125). «Au CPAS de Namur, on essaie de ne pas dépasser les 95 dossiers actifs par travailleur social, dit le président Ph...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Martine Vandemeulebroucke

Martine Vandemeulebroucke

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)