Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Avec les jeunes, on positive

« En ligne directe » lancé par le délégué général aux droits de l’enfant et l’asbl RTA et la « Marque jeune », àBruxelles, poursuivent le même objectif : proposer une image positive des jeunes.

07-03-2011 Alter Échos n° 311

Le délégué général aux droits de l’enfant et l’asbl RTA lancent « En ligne directe », un site d’information qui valorise l’image desjeunes. Dans le même temps, la « Marque jeune », créée à Bruxelles poursuit le même objectif  : en finir avec la diabolisation des jeunes etles présenter sous un meilleur jour.

Le délégué général aux droits de l’enfant1 se lance dans les médias. « En ligne directe »2 est le siteinternet qu’il vient de lancer, main dans la main avec l’association RTA. Ce site entre en résonance avec le débat un peu pompeux organisé par le Parlement de laCommunauté française, le 23 février, et intitulé « l’image des jeunes dans les médias ». Mais ici, on sort du discours plaintif. Au contraire,l’idée est de prendre les devants et de proposer un autre regard sur la jeunesse, à partir du vécu et de la parole des jeunes.

Avec ce projet, le délégué passe à l’offensive. Il offre un accès libre à une « banque de données » sur des initiativespositives portées par les jeunes ou les structures qui s’adressent à eux. Bien loin de la logique de secteur, ce sont les jeunes qui seront au centre. Des initiatives privéespourront être mises en lumière, tout comme des projets de maisons de jeunes ou de services d’aide en milieu ouvert (AMO). L’ambition est de proposer des informations fiables et dequalité, à disposition des professionnels de la Jeunesse et de l’Aide à la jeunesse, mais aussi des journalistes, voire d’un plus large public.

Le délégué et RTA vont jusqu’à estampiller cette initiative de la dénomination « agence d’information ». En effet, l’essentiel dumatériau à disposition du public sera constitué de reportages écrits, filmés ou enregistrés par l’équipe du site constituée de cinq personnes.Il s’agira d’une équipe mixte délégué général/RTA. Les premiers prendront en main la ligne rédactionnelle, les seconds la production. « Enligne directe » pourra (occasionnellement) faire office d’interface entre des productions des jeunes et le public. Le site sera dès lors un outil de diffusion… à conditionque la qualité soit au rendez-vous.

« Contrebalancer une grande injustice »

David Lallemand, le chargé de communication du délégué général, ne cache pas les ambitions d’un tel site d’information  : « Nous souhaitonscontrebalancer la grande injustice qui est faite aux jeunes dans les médias de masse. Nous comptons diffuser une information positive dans tous les domaines, et notamment dans le domaine de laculture. Bref, nous nous rendrons partout où il y a une vie citoyenne et que l’exemple peut servir à d’autres. » Des vidéos de concerts, des débats surl’enfermement en IPPJ, des débats radiophoniques, des témoignages, des photos d’exposition, etc. les supports seront très variés pour mettre en avant la dynamique desjeunes. Défricher, fouiner, et mettre à disposition du public des initiatives trop peu connues sont des objectifs poursuivis par « En ligne directe ». C’est ce quenous explique David Lallemand  : « On va aller dans des endroits où les médias traditionnels vont moins et donner la parole à ceux qui l’ont moinssouvent. Nous allons en faire une vraie banque d’information alternative. »

Casser les clichés et les caricatures dont souffrent les jeunes. Voilà la mission que devra conduire « En ligne directe ». Rendez-vous dans un an, pour ensavoir plus sur la pérennisation de cette initiative médiatique.

L’image de marque… jeune

« La Marque jeune »32 est un label fraîchement sorti du chapeau du Conseil d’arrondissement de l’Aide à la jeunesse de Bruxelles (CAAJ). Ce derniercoordonne cette initiative des 19 services d’aide en milieu ouvert (AMO) désireux de relayer la parole des jeunes qu’ils côtoient au quotidien.

Là encore, le désir est de contrer la diabolisation dont sont victimes les jeunes. Selon Xavier Verstappen, président du CAAJ, « les AMO sont les porte-parole desjeunes. On leur offre un support pour qu’ils s’expriment de manière constructive et créative. Et le message est  : il faut les écouter quand ils ont des choses àdire ».

Expositions, théâtre, cartes postales et autres films réalisés par les jeunes seront regroupés sous l’appellation « marque jeune ». Toutesces réalisations seront itinérantes et visibles au cours de l’année 2011.

Huit thèmes qui constituent l’actualité vue par les jeunes sont abordés  : l’emploi, le logement, l’engagement, la parentalité, les espaces urbains, le genre, lesprimo-arrivants et la scolarité.

Créations, mais aussi recommandations qui seront ensuite portées au niveau politique.

1. DGDE :
– adresse : rue des Poissonniers, 11-13 à 1000 Bruxelles
– tél.  : 02 223 36 99
– courriel  : dgde@cfwb.be
– site  : www.dgde.cfwb.be
2. Site  : www.enlignedirecte.be
3. Site  : www.lamarquejeune.be

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)