Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Actus
Camp de réfugiés en Grèce. © Sara Prestianni

Asile en Europe : une situation absurde

12 septembre 2014 Cédric Vallet

L’ONG ECRE vient du publier une étude comparative et critique qui se penche sur le régime européen d’asile. 

Suite au naufrage de Lampedusa, il y eut bien des larmes – « de crocodiles » ajoutèrent certains.

Puis vint le temps des promesses et de certains engagements : l’Union européenne aida l’Italie à monter son opération « Mare Nostrum » dont le but officiel était de sauver les vies de ces migrants perdus en mer. Ceux qui tentent de rejoindre l’Europe.

Puis les mois passent et il semblerait malgré tout que l’on n’ait pas perdu les mauvaises habitudes. Les derniers conseils des ministres de l’Union européenne ont mis à nouveau l’accent sur le « contrôle aux frontières » et la « coopération avec les pays tiers » (imputant à ces États limitrophes de l’UE une responsabilité dans le contrôle de nos frontières). C’est l’une des conclusions de l’ONG Ecre (European council on refugees and exiles) qui vient de publier une étude fouillée sur le régime d’asile européen commun.

On y aborde deux dimensions. Tout d’abord les possibilités d’accès au territoire européen. Il est toujours très périlleux pour un migrant (et donc pour un réfugié ou un demandeur d’asile, le public « cible » d’Ecre) de franchir les frontières, par voie maritime ou, plus rarement, aérienne.

On peut d’ailleurs lire dans le communiqué de l’ONG : « Il est absurde que des réfugiés soient forcés de dépenser des milliers d’euros afin de se payer un voyage vers l’Europe qui pourrait leur coûter la vie, et ce à cause de sanctions aux transporteurs, de restrictions de visas ou de contrôles aux frontières. Autant d’obstacles semés pour les empêcher de voyager légalement alors que beaucoup d’entre eux, Syriens ou Érythréens, pourraient se voir reconnaître le statut de réfugié et le droit de reconstruire leur vie en Europe, s’ils survivaient à leur voyage. » (librement traduit de l’anglais NDLR).

Car c’est bien le sens de cette alerte lancée par Ecre. Le nombre de réfugiés n’a jamais été aussi important depuis la seconde guerre mondiale. Les situations de crise, de guerres, de violences se multiplient. Et malgré cela, les barrières ont toujours tendance à se fermer.

Une fois arrivés en Europe, les demandeurs d’asile débarquent dans des mondes extrêmement différents. Dans certains pays ils seront détenus, dans un autre pas. Ici, ils auront droit à un accueil, ailleurs cela sera beaucoup plus compliqué. Pareil pour l’obtention du statut de réfugié ou le droit à un recours contre une décision. Bref, c’est la théorie du régime d’asile européen commun qui est relativisée. Rappelons que l’Union européenne s’est donné pour but d’harmoniser les procédures d’asile, mais aussi les conditions d’accueil ou l’accès à certains droits (par exemple concernant l’aide juridique).

Avec cette étude – ou projet Aida (asylum information database) – on réalise que cet objectif est encore très loin d’être atteint. Ecre, avec l’aide de l’association française Forum réfugiés – cosi, du Hungarian Helsinki committe et du Irish refugee council, compare la situation dans 15 pays de l’Union européenne, dont la Belgique. De quoi rappeler que la situation des demandeurs d’asile, par exemple au regard du recours à leur détention, reste extrêmement variable d’un pays à l’autre de l’Union européenne.

Pour des infos détaillées, consulter le site du projet : http://www.asylumineurope.org/

 

 

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A propos de l'auteur

Cédric Vallet

Cédric nous vient tout droit du Sud… de la France, de Montpellier précisément. D’ailleurs, s’il ne devait pas travailler, il passerait son temps à jouer à la pétanque. Avec son collègue Julien Winkel, il forme le « pôle excellence » de la rédaction d’Alter Échos. Ce qui explique que son héros, c’est ledit Julien Winkel, dans ses grands jours. Doté d’un sens de l’humour bien aiguisé dont il fait souvent montre dans ses papiers, Cédric nous définit le social comme un bolo au Verschueren ; « ça n’existe plus mais c’était « social ». Il pratique le journalisme pour contredire tout le monde, tout le temps, à commencer par lui-même. cedric [dot] vallet [at] alter [dot] be

A la Une