Alter Echos : Rebondir sur l'innovation sociale L'actualité sociale, avec le décodeur

alterecho-banner-abonnement

Banners_FB


  • capture-decran-2016-11-30-a-15-39-54
  • Loi Peeters : gifle pour les travailleurs?

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

    La Loi Peeters? «Une législation du travail moderne [qui] permet de mieux concilier travail, famille, soins et formation.» C’est le ministre qui le dit. La perception des syndicats diffère légèrement. 

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

banniere_drogue


single-alter-echos.php

Tous secteurs

La Cité ardente se couvre de vert

Le «Bateau Vivre», une installation éphémère qui reverdit la ville de Liège. Photo © Manon Legrand
Le «Bateau Vivre», une installation éphémère qui reverdit la ville de Liège. Photo © Manon Legrand
Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Durant tout l’été, Liège accueille un parcours végétalisé composé de six installations éphémères, œuvres collectives d’associations, de professionnels du végétal et d’artistes, qui font le lien entre des espaces verts de la ville. L’occasion de reconnecter les citadins à la nature. Découverte.  

Un grand chalutier trône depuis quelques semaines sur la pelouse des quais de Meuse, la proue tournée vers la Tour des Finances en signe de défi. En se rapprochant, on découvre une arche végétale remplie de fleurs et de légumes. Le «Bateau Vivre», c’est son nom, est l’un des six lauréats du projet Liège Souffle Vert: un parcours végétal composé de six installations éphémères qui reverdit la ville de Liège depuis le mois de juin (voir encadré).

Boîte à idées

«Le jardin nous rassemble tous, quels que soient notre culture, nos croyances et nos métiers. C’est le lieu de la paix active, où tous ceux qui le peuplent vivent en dialogue.» Ce panneau accroché à l’entrée du bateau-potager résume la philosophie du Bateau Vivre. Rachel Flausch nous y attend, arrosant au passage quelques bacs et contemplant les aubergines tout juste sorties de terre. Cette Liégeoise formée au maraîchage bio ne tarit pas d’enthousiasme sur ce projet audacieux qu’elle porte depuis plusieurs mois avec Alain De Clerck, sculpteur liégeois qui a déniché ce beau bateau, et Emmanuelle Kaison et Line Brasseur du groupe citoyen Une Tout Autre Alimentation.

Plus qu’une installation artistique, le Bateau Vivre est une boîte à idées, une démonstration vivante de tout ce qu’il est possible de faire en matière de maraîchage urbain.

Plus qu’une installation artistique, le Bateau Vivre est une boîte à idées, une démonstration vivante de tout ce qu’il est possible de faire en matière de maraîchage urbain. «On peut tous s’y mettre avec pas grand-chose», explique Rachel, prenant pour exemple les bacs construits en palettes récupérées ou les bottes de paille, qui font office de terreau.

Ici, pas de ligne de salades parfaitement droite comme dans des serres industrielles. Dans ce potager conçu selon la philosophie de la permaculture, les fraises s’étalent et les capucines font leur vie. Tout ça sans pesticides et engrais chimiques bien sûr.

Depuis son installation, le bateau rencontre un grand succès. «Il y a du passage tout le temps», se réjouit Rachel. Des associations ont pris part à l’aventure comme La Lumière, asbl qui s’occupe des personnes malvoyantes ou non voyantes, qui y a fabriqué sa table de culture spécialement adaptée à son public. Une collaboration étroite est également née avec le collectif des sans-papiers de Liège qui vient souvent donner un coup de main. En retour, des vivres sont récoltés pour eux dans le «coffre solidaire du bateau». «Ça parle, ça vit, ça partage autour de ce potager», résume Rachel, encore plus convaincue depuis ce projet que le travail de la terre est un puissant vecteur de lien social.

L’importance du «commun»

Émilie Thomas partage également cette conviction. On la retrouve à quinze minutes à pied du Bateau Vivre, au pied de la passerelle où le projet «Incroyable Passerelle» s’est installé. Il s’agit d’un potager participatif et gratuit, conçu par l’asbl Beau-Mur dont elle est animatrice, avec la Bourrache, entreprise de formation par le travail, et le mouvement citoyen des Incroyables Comestibles. «En tout, une septantaine de citoyens nous ont aidés. Les gens ont envie que ça bouge et le film Demain leur a donné une nouvelle impulsion», constate Émilie.

Courgettes, potirons, maïs et haricots sont à la disposition des passants. «Le but est de favoriser le développement d’une agriculture urbaine et participative et de se réapproprier l’espace public tout en créant du lien social», explique-t-elle. La structure en bois, conçue par Marie Foidart, architecte en écoconstruction, est constituée de bois de récup et toutes les graines ont été données par des citoyens. Cela pour défendre une culture de la gratuité mais aussi par contrainte budgétaire, chaque groupe ayant reçu 2.500 euros par Souffle Vert.

«Ils n’osent pas se servir, comme s’ils ne comprenaient pas que des choses puissent être gratuites!», Paulette, du potager «Incroyable passerelle»


«Le lieu n’a pas été choisi au hasard, poursuit Émilie, la Passerelle est un lieu de passage, un lieu de rendez-vous pour les squatteurs du quartier. C’est symbolique de végétaliser ce lieu très urbain et bétonné. En plus, c’est le lieu de départ du marché de la Batte, qui est loin du circuit court et du respect de l’environnement que nous défendons ici.» Malgré cette situation, le lieu est très respecté. «Quelques bières vides traînent çà et là, et des plants de maïs ont été une fois arrachés mais, globalement, il y a très peu de dégradations», explique Émilie.

Comme presque tous les jours, Paulette, Jean-Claude et Eddy sont passés jeter un œil au potager. «On entretient, on rencontre des gens», explique Jean-Claude. Ce potager, ils l’ont soutenu depuis le début. Ils se souviendront longtemps des 22 tonnes de terre qu’ils ont dû déplacer pour le construire! Ils profitent de leur présence pour expliquer le projet aux passants curieux. «Ils n’osent pas se servir, observe Paulette, comme s’ils ne comprenaient pas que des choses puissent être gratuites!» Et Émilie de conclure: «Le projet va au-delà de l’alimentation. Il interroge la société, change les mentalités, montre ce que nous pouvons faire en commun.»

Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook
sidebar fil info
Avec le soutien de
 
  • Agence Alter 57, rue Guillaume Tell – 1060 Bruxelles
  • Téléphone : +32 2 541 85 20
  • © Alter 2014