Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Une académie des métiers du cinéma en Hainaut

Le Hainaut voit l’avenir à travers l’objectif d’une caméra. Il se tourne vers l’essence même du 7e art, en jetant les prémissesd’un centre de formation aux métiers du cinéma. Une série d’éléments convergents sont intervenus dans la mise sur pied d’une telle initiative. Au-delàde la multiplication des tournages dans nos régions, il y a les projets amenés par Franco Dragone dans la région du Centre autour de la création de spectacles1et plus structurellement le développement du fonds régional d’investissement à la production cinématographique Wallimage2 et la création du Bureaud’accueil de tournage cinéma en Hainaut (Batch) mis à la disposition des réalisateurs pour les aider à trouver leurs décors3.

14-11-2005 Alter Échos n° 197

Le Hainaut voit l’avenir à travers l’objectif d’une caméra. Il se tourne vers l’essence même du 7e art, en jetant les prémissesd’un centre de formation aux métiers du cinéma. Une série d’éléments convergents sont intervenus dans la mise sur pied d’une telle initiative. Au-delàde la multiplication des tournages dans nos régions, il y a les projets amenés par Franco Dragone dans la région du Centre autour de la création de spectacles1et plus structurellement le développement du fonds régional d’investissement à la production cinématographique Wallimage2 et la création du Bureaud’accueil de tournage cinéma en Hainaut (Batch) mis à la disposition des réalisateurs pour les aider à trouver leurs décors3.

Le projet résulte d’une collaboration entre Hainaut Cinéma4, une asbl provinciale axée sur le soutien à la création et à la promotion du7e Art en Hainaut, et les Créations du Dragon5, l’entité cinéma du groupe Dragone. « Il y a des domaines inexplorés et une carence dansles métiers du cinéma, explique André Ceuterick, directeur de l’asbl Hainaut Cinéma. Nous avons en Belgique, d’excellentes écoles, mais des tas demétiers ne disposent pas forcément d’un espace de formation. Notre objectif sera donc d’identifier ces métiers que l’on ne voit pas, mais qui restentindispensables à la bonne réalisation d’une œuvre de cinéma. Dans un premier temps, nous nous tournerons vers la musique de films. Cela n’existe pas chez nous,comme il n’existe pas d’espace de formation pour la production légère de films dans notre sphère hennuyère. Et enfin, les costumes, domaine dans lequel lesItaliens sont passés maîtres. »

Les promoteurs insistent : il ne s’agira pas d’une école à proprement parler. Mais d’un lieu de formation pour tisser des liens directs entre lesspécificités de la discipline et le travail sur le terrain. Les modules devraient se décliner sur une base hebdomadaire, sous la surveillance et l’encadrement deprofessionnels. « Dans le domaine de la musique de films, nous pouvons par exemple considérer deux aspects, poursuit André Ceuterick. D’une part l’aspect formationpermanente destiné à proposer une musique par rapport à la lecture du film. D’autre part une master class au cours de laquelle un grand musicien de cinéma seraappelé à venir s’entretenir avec les compositeurs en herbe. »6

Le cycle de formation pourrait se dérouler en dehors des périodes scolaires, et sera résidentiel. Il devrait trouver sa place en Hainaut, mais aucun lieu n’a pourl’instant été déterminé. « Nous avons régulièrement des rencontres avec les intervenants potentiels, souligne Olivier Gicard, chargé deproduction pour le secteur cinéma de la Province de Hainaut. Nous sommes actuellement sur une série d’idées et de pistes. Nous sommes encore en train de travailler sur lefond du projet. Sa concrétisation sera difficile pour cette année mais pourquoi pas dans le courant de l’année prochaine ? »

Dans le même temps, la société Dragone a commandé à la Sogepa7, une étude de faisabilité pour l’implantation de studios decinéma en Région wallonne. Un nouveau centre de compétences ? « Cette étude vise à analyser s’il est pertinent et envisageable de mixer nos besoinsà nous – dans le domaine du spectacle – et les besoins de l’industrie du cinéma qui fait face à de grosses demandes de tournage mais ne dispose pas de studios, confiePhilippe Degeneffe, vice-président de Dragone. L’étude est terminée. Quant au centre de formation des métiers du cinéma, les deux projets sont à labase complètement indépendants, mais cela pourrait déboucher sur des synergies. »

1. Dragone envisage depuis plusieurs années, la création de studios à La Louvière
2. SA Wallimage, rue du Onze Novembre, 6 à 7000 Mons – courriel : info@wallimage.be
3. Bureau d’accueil de tournage cinéma en Hainaut – tél. : 064 31 29 15.

4. André Ceuterick, directeur de l’asbl Hainaut Cinéma – tél. : 064 31 28 00 – site : www.hainaut.be
5. Site : www.dragone.be/5sur5/
6. Cet été, les Créations du Dragon ont invité cinq réalisateurs des cinq continents à tourner cinq documentaires de cinq minutes. À l’issue decinq semaines de tournage, les Créations du Dragon et Hainaut Cinéma ont organisé une master class avec Jean-Claude Carrière, scénariste de Luis Buñuel.
7. Société wallonne de gestion et de participation, bd d’Avroy, 38 à 4000 Liège – tél. : 04 221 20 60 – fax : 04 221 28 90 – courriel : sogepa@sogepa.be

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)