Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale

Archives

Un guide pour remettre les résidants en camping à l'emploi

Le Plan HP, relatif à l’habitat permanent dans les campings, ne se limite pas à reloger les résidants. On l’oublie parfois, mais il a une dimension transversale deréinsertion sociale au sens large. C’est dans ce cadre que le 25 avril a été présenté, à Beez, le Guide pratique sur l’insertion socioprofessionnellevisant ce public.

09-05-2008 Alter Échos n° 251

Le Plan HP, relatif à l’habitat permanent dans les campings, ne se limite pas à reloger les résidants. On l’oublie parfois, mais il a une dimension transversale deréinsertion sociale au sens large. C’est dans ce cadre que le 25 avril a été présenté, à Beez, le Guide pratique sur l’insertion socioprofessionnellevisant ce public.

D’entrée de jeu, Pascal Hoyaux, qui suit le Plan HP au sein du cabinet du ministre-président de la Région wallonne, Rudy Demotte (PS)1, a pointé les limites : « Le Plan HP n’est pas parfait à 100 %. Il évolue avec le temps. Il y a une série d’obstacles auxquels on a été confronté, tels l’accès et lecoût du logement. À ce jour, 650 ménages ont été relogés. » Certains ont trouvé à se reloger dans du dur, d’autres ont étérépartis dans des parcs et villages de vacances qui devraient être convertis en zone d’habitat, après révision du plan de secteur. À ce sujet, on attend unerévision du Cwatup (Code wallon d’aménagement du territoire, de l’urbanisme et du patrimoine) pour le mois de juin. Par ailleurs, le représentant du ministre-président n’apas hésité à reconnaître qu’il y avait eu des dérapages à certains endroits. Certaines communes – qui ont adhéré au Plan sur une basevolontaire – auraient utilisé les subsides pour « des choses qui ne relevaient pas du Plan HP ». Soit ! Malgré cela et, si aujourd’hui, le Plan HP est moins sous lefeu des projecteurs, il n’en poursuit pas moins son petit bonhomme de chemin. Une évaluation concertée du Plan est prévue, ses résultats devraient êtreprésentés d’ici à l’été 2008.

Le cadre

La finalité du Plan HP consiste à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, rappelle Carine Jansen, directrice de la DIIS (Direction interdépartementale del’Intégration sociale)2. Dès lors, il est logique qu’il ait pour objectif d’assurer l’insertion socioprofessionnelle (ISP) des résidants en camping. Pour ce faire, ilconvient de passer par des partenariats locaux impliquant tout acteur susceptible de jouer un rôle dans ce processus (Forem, opérateurs de travail social, de formation et d’insertion).Le Guide pratique sur l’insertion socioprofessionnelle – Plan HP est le résultat d’une recherche-action menée par les asbl Miroir vagabond et Nouveau Saint-Servais,à la demande du Service relations partenariales du Forem Conseil. La recherche a été menée sur les communes de Durbuy, Hotton, Fosses-la-Ville et Hastières. Autotal, il y a eu 145 enquêtes : 102 auprès de résidants permanents, 19 d’opérateurs ISP et 24 de personnes relogées.

Pistes pour l’ISP

Les auteurs du guide ont insisté sur le fait qu’il ne s’agissait pas d’un outil figé. « Il doit être adaptable à vos réalités. Il ne faut pashésiter à malmener le guide », précise Élise Jacquemin du Miroir vagabond. Les actions d’ISP-HP nécessitent en effet un processus long, des portesd’entrée variées et des actions multipartenariales. Pour ce faire, il est important de comprendre la culture HP pour éviter de déboucher sur une incompréhensiontotale entre les résidants permanents et les acteurs ISP.

C’est pour cela que l’approche de la recherche-action a été axée sur le qualitatif. Autour du thème « Pour vous, c’est quoi être bien ? », lesquestions ont porté non seulement sur l’emploi et la formation, mais aussi sur la santé, le logement, la mobilité, l’insertion sociale, l’accès aux services et auxinformations, l’estime et l’image de soi. Il s’agit donc d’un éclairage sur le profil des personnes (niveau d’éducation, formation, expérience), la culture HP (valeurs,priorités, contraintes) et la représentation qu’ils ont de l’emploi et de la formation. Il importe de tenir compte de ces différents aspects car les pistes d’action enmatière d’insertion sociale et professionnelle sont en lien avec le milieu de vie et les possibilités de se mobiliser.

1. Cabinet de Rudy Demotte :
– adresse : rue Mazy, 25-27 à 5100 Namur
– tél. : 081 33 12 11
– site : http://demotte.wallonie.be
2. DIIS :
– adresse : rue des Masuis jambois, 5 à 5100 Namur
– tél. : 081 32 84 50
– courriel : diis@mrw.wallonie.be
– site : http://cohesionsociale.wallonie.be

Baudouin Massart

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)