Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Emploi/formation

Tax shift et Maribel social : la pomme de discorde

Le secteur non marchand s’est vu attribuer 476,8 millions d’euros dans le cadre du tax shift. Cinquante pour cent de ceux-ci iront à des réductions de charges directes pour les employeurs. Au grand dam des syndicats. Ceux-ci auraient souhaité que l’ensemble de l’argent soit destiné au Maribel social.
Cet article vous intéresse? Découvrez la revue sous format papier & PDF pour 6€. Envoyez un mail avec «AE 409 + votre adresse » à mmx@alter.be

Une pomme dans laquelle chacun aimerait mordre à sa façon... CCNik/Flickr

Le secteur non marchand s’est vu attribuer 476,8 millions d’euros dans le cadre du tax shift. Cinquante pour cent de ceux-ci iront à des réductions de charges directes pour les employeurs. Au grand dam des syndicats. Ceux-ci auraient souhaité que l’ensemble de l’argent soit destiné au Maribel social.Article publié le 4 novembre 2015.C’est peu dire qu’ils ont du mal à l’avaler. Il y a quelques jours, le gouvernement fédéral annonçait que les réductions de charges prévues dans le cadre du tax shift permettaient d’attribuer 478,5 millions d’euros au secteur non marchand. Il restait à savoir ce qu’on allait en faire. Aujourd’hui, c’est décidé. Cinquante pour cent de ce montant sera destiné à des réductions de charges directes pour les employeurs. Cinq pour cent seront destinés aux hôpitaux, sans que l’on sache aujourd’hui pour quoi faire. Enfin, 45% iront alimenter le système du Maribel social (voir encadré). Une clef de répartition qui hérisse les syndicats du non-marchand. Ceux-ci auraient en effet souhaité que l’intégralité de la somme aille au Maribel. Dans le but de créer 10.000 emplois au total, selon la CNE.Maribel social: qu’est-ce que c’est?Chaque employeur relevant du secteur non marchand a droit à une réduction forfaitaire des cotisations ONSS pour chaque travailleur qui, au cours d’un trimestre, preste au moins un mi-temps (33% dans le cas des entreprises de travail ada...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Le secteur non marchand s’est vu attribuer 476,8 millions d’euros dans le cadre du tax shift. Cinquante pour cent de ceux-ci iront à des réductions de charges directes pour les employeurs. Au grand dam des syndicats. Ceux-ci auraient souhaité que l’ensemble de l’argent soit destiné au Maribel social.Article publié le 4 novembre 2015.C’est peu dire qu’ils ont du mal à l’avaler. Il y a quelques jours, le gouvernement fédéral annonçait que les réductions de charges prévues dans le cadre du tax shift permettaient d’attribuer 478,5 millions d’euros au secteur non marchand. Il restait à savoir ce qu’on allait en faire. Aujourd’hui, c’est décidé. Cinquante pour cent de ce montant sera destiné à des réductions de charges directes pour les employeurs. Cinq pour cent seront destinés aux hôpitaux, sans que l’on sache aujourd’hui pour quoi faire. Enfin, 45% iront alimenter le système du Maribel social (voir encadré). Une clef de répartition qui hérisse les syndicats du non-marchand. Ceux-ci auraient en effet souhaité que l’intégralité de la somme aille au Maribel. Dans le but de créer 10.000 emplois au total, selon la CNE.Maribel social: qu’est-ce que c’est?Chaque employeur relevant du secteur non marchand a droit à une réduction forfaitaire des cotisations ONSS pour chaque travailleur qui, au cours d’un trimestre, preste au moins un mi-temps (33% dans le cas des entreprises de travail ada...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Julien Winkel

Julien Winkel

Journaliste (emploi et formation)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)