Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Schoonbrodt et Maréchal : constats, analyse et perspectives sur la ville"

13-06-2000 Alter Échos n° 77

C’est quoi la ville ? A quoi et à qui sert-elle ? Quelles sont les évolutions urbanistiques des grandes et des petites villes… ? René Scoonbrodt et Luc Maréchal1tentent l’analyse. Résultat : « La ville, même petite », paru en ce début d’année.2
Cette analyse propose réflexions et pistes pertinentes pour « une politique de la ville qui s’inscrive dans une perspective de développement social et économique et de fondementd’une politique de l’environnement global ». Toutefois, une certaine forme de redondance et des propos généralisateurs la déforcent quelque peu. Dommage. D’autant plus qu’entreces éléments, relativement dispersés dans le texte, les 2 auteurs proposent un état des lieux de la situation urbaine actuelle en Belgique. Les constats posés fontnotamment apparaître les implications des transformations socioéconomiques dans le développement des grandes villes et dans celui des villes plus petites.
La comparaison sous-jacente entre ces deux développements fait apparaître des similitudes et des divergences dans la conception urbanistique et dans l’occupation de l’espace et sonorganisation… Avec les différentes conséquences que cela peut entraîner e· termes de vie sociale, économique, de mobilité ou d’immobilité. Lesschémas urbains proposent une concentration des services (commerce, culture, administration) vers le centre ville ; une mixité entre habitats et service ; une décentration et uneparcellisation des uns et des autres : zones d’habitat, zoning industriel, et commercial sont clairement distincts et nécessitent l’utilisation de véhicules personnels.
Les politiques urbanistiques des petites et des grandes villes, au niveau de l’organisation de l’espace sont donc confrontées à la politique de la mobilité et à lapolitique du logement. La prise en compte de ces corrélations est importante pour poser des options politiques. Elle permettrait par exemple d’éviter l’engorgement automobile ou lacréation de ghettos (d’un côté les populations aisées, de l’autre, celles moins favorisées) au sein d’une même ville, entre villes voire entre régions.Notons enfin, un chapitre consacré à une sorte de photographie aérienne, chiffres à l’appui, de la Région wallonne et de Bruxelles. Ce qui a le mérite de(re)mettre les idées en place sur ces 2 régions.
Au-delà des constats et de leur analyse, les auteurs lancent aussi quelques pistes pour construire « la bonne ville » en mettant en place « les conditions physiques et politiques d’une viemeilleure, plus libre, plus égalitaire et plus solidaire ».
A lire comme un récapitulatif et une actualisation des discours portés par les « luttes urbaines » dans notre pays ces 30 dernières années.
1 René Scoonbrodt : sociologue, professeur à la FOPES et responsable de l’Atelier de recherches et d’actions urbaines à Bruxelles, et Luc Maréchal économiste etfonctionnaire de la Région wallonne.
2 « La ville, même petite » : Editions Castells-Labor, Collection « Quartier Libre », disponible en librairie.

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)