Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Santé et qualité de vie : un projet implique les habitants de Marchin à la politique communale

Inciter les communes à mettre en place une politique en matière de santé qui tienne compte de la participation des habitants ; tel est le filigrane d’un appel àprojets lancé par la Communauté française et auquel a répondu la commune de Marchin. Retenue parce qu’elle faisait de la participation son principal objectif, lacommune a confié la réalisation de ce projet « Santé et qualité de la vie » à l’asbl Devenirs1, en raison de son expérience enmesures participatives.

28-07-2005 Alter Échos n° 149

Inciter les communes à mettre en place une politique en matière de santé qui tienne compte de la participation des habitants ; tel est le filigrane d’un appel àprojets lancé par la Communauté française et auquel a répondu la commune de Marchin. Retenue parce qu’elle faisait de la participation son principal objectif, lacommune a confié la réalisation de ce projet « Santé et qualité de la vie » à l’asbl Devenirs1, en raison de son expérience enmesures participatives.

Pour Loredana Tesoro et Jean-Philippe Robinet, membres de l’association, plus qu’une simple méthode pour mettre en place un projet, la participation des habitants se doitd’être aussi une finalité, un moyen permettant de rétablir la confiance du citoyen envers les décideurs politiques : « En rencontrant les populations locales,on se rend compte à quel point peu de gens se sentent écoutés et combien beaucoup sont lassés que les décisions se prennent sans eux ».

Partir du terrain

Afin d’adhérer au mieux à leurs attentes en matière de santé et qualité de vie et de les inciter à porter eux-mêmes le projet, «Devenirs1 » s’est donc mise à l’écoute des Marchinois. « Une autre action déjà entreprise à l’initiative des habitations sociales dansle but d’améliorer le cadre de vie des habitants nous a confortés dans l’idée que le décalage peut être grand entre les revendications sur le terrain etl’idée que l’on peut se faire du problème de l’extérieur », explique J.-Ph. Robinet. « Mais vraiment associés dès le départà la mise en questions de leur vécu et guidés jusqu’à s’exprimer au conseil communal, les habitants des quartiers concernés ont vu leurs demandes prisesen compte et compris que leurs voix pouvaient porter. »

C’est pourquoi la collecte des revendications des Marchinois en matière de santé et de qualité de la vie constitue le premier objectif du projet conduit par «Devenirs », selon la méthode de la pédagogie de projet. « Après une première étape qui part de l’expression des représentationsindividuelles de la santé (celles-ci étant souvent limitées à l’aspect maladie), on entre dans une phase d’éveil au cours de laquelle on élargitla perception (la santé c’est aussi l’environnement, une qualité d’éducation, l’accès à la culture…) », explique LoredanaTesoro. Cette phase d’éveil doit alors aboutir à la définition d’un projet commun, basé sur les représentations exprimées et les idéesnouvellement développées.

Une fête « santé et qualité de la vie »

Dans l’esprit de cette démarche de participation, l’illustration et la transmission du travail accompli s’effectueront par le biais d’une fêtecréée par les Marchinois (planifiée pour juin 2004) et au cours de laquelle ils pourront s’exprimer par rapport à leurs demandes sur la santé et laqualité de la vie. « Une manifestation tenant compte de la diversité des habitants et de la richesse à en retirer, une manière parlante de représenter leMarchin idéal en matière de santé au sens large, mais aussi une action visible, valorisante pour les habitants, et une sorte de moteur capable de les motiver à monter parla suite d’autres actions, conformément au second objectif du projet, celui de l’acquisition de la participation du citoyen à la politique communale »,complètent les acteurs de « Devenirs ».

À tout moment de leur émergence, les demandes émises par les habitants sont reçues – puis analysées et traitées en fonction de leur pertinence et deleur « réalisabilité » – par une « plate-forme » composée de professionnels de la santé, au sens large, mais aussi – et surtout –de tout citoyen désireux de s’impliquer plus avant. Pour ne pas qu’une fois de plus la parole revienne aux experts et pour que les habitants, associés aux réflexions,continuent de se sentir impliqués au moment des prises de décision. Même si, au final, c’est à la commune de trancher, en fonction des prioritésdégagées et qui lui auront été transmises par un comité de suivi, effectuant le lien entre la commune et le projet. Et, pour éviter toute dérive parrapport aux réalités du terrain, un travail final de remise en débats et en information des décisions prises devrait assurer au projet de répondre pleinementà ses objectifs de départ.

1. Asbl Devenirs, place Belle-Maison 14 à 4570 Marchin, tél. : 085 61 36 36.

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)