Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Projet d’adoption d’enfants placés : pourquoi la polémique ?

Evelyne Huytebroeck souhaite lancer une réflexion sur l’adoptabilité d’enfants placés en Aide à la jeunesse. Un choc pour certaines associations.

20-01-2012 Alter Échos n° 330

Evelyne Huytebroeck souhaite lancer une réflexion sur l’adoptabilité d’enfants placés en aide à la jeunesse. Une hérésie ! Clament certaines associations.

C’est une petite phrase qui a mis le feu aux poudres. Elle se trouve dans le discours d’Evelyne Huytebroeck (Ecolo), ministre de l’Aide à la jeunesse, prononcé en octobre dernier, lors de l’annonce du plan d’action pour améliorer le dispositif adoption.

« Une réflexion sur l’adoptabilité des enfants placés en Aide à la jeunesse dont les parents se sont manifestement désintéressés va également être menée. »

L’enjeu n’est pas mince. La ministre propose de simplifier les possibilités d’adoption d’enfants placés au sein d’institutions de l’Aide à la jeunesse. On pense ici aux « homes » dans lesquels certains jeunes en danger, qui ont été éloignés de leur milieu familial, vivent parfois pendant des années. Pour trois associations, la Coordination des ONG pour les droits de l’enfant, ATD Quart-monde et Luttes-solidarité-travail, on met le doigt sur un point sensible. Lorsqu’un enfant est placé en famille d’accueil ou en home de l’Aide à la jeunesse, le lien avec les parents doit être préservé et maintenu, avec en ligne de mire : le retour en famille. C’est la philosophie du décret de mars 1991 relatif à l’Aide à la jeunesse. Lorsque des enfants placés sont adoptés, le lien avec les parents est rompu. En caricaturant, on pourrait comparer ces adoptions à des « vols d’enfants » au profit de familles plus aisées. Sans en arriver à de telles extrémités, Herman Van Breen, de l’équipe nationale belge d’ATD Quart-monde1, rapporte que « beaucoup de familles vivant dans la pauvreté vivent le placement de leur enfant comme un vol. »

L’idée de la ministre serait donc de faciliter les adoptions lorsque les parents se désintéressent manifestement de leur enfant placé. Mais comment évaluer une telle notion ? Parfois, le lien entre la famille et l’enfant est mauvais, presque inexistant. Mais pour Herman Van Breen, cela ne veut pas dire que les familles se contrefichent de leur enfant : « Il faut faire très attention avec cette notion. Certaines familles déménagent, et se retrouvent très loin du lieu de placement de leur enfant. Le déplacement leur coûte cher. Mais surtout, beaucoup ont des difficultés avec les services de l’Aide à la jeunesse, car on leur a pris ce qui leur était le plus cher. » Pour lui, au lieu de se préoccuper de l’adoption de ces enfants, « il faudrait améliorer la relation avec les familles d’origine. Si l’on améliore le lien entre les institutions et les familles, le lien entre les familles et les enfants s’améliore. Et du coup, il leur deviendrait possible de vivre à nouveau en famille. »

« C’est l’intérêt de l’enfant qui est prioritaire »

A la direction de l’adoption de la Fédération Wallonie-Bruxelles2, on tient à rassurer les associations précitées. « L’idée de base, précise Béatrice Bertrand, juriste à la direction de l’adoption, n’est pas du tout de sortir tous les enfants d’institutions pour les adopter. Le but premier, c’est bien de garder l’enfant dans la famille d’origine ou de faire le maximum pour recréer les liens avec celle-ci. Mais dans certains cas, très rares, il faut réfléchir à l’adoption comme à une mesure de protection de certains enfants. Lorsque les parents s’en désintéressent complètement ou quand des familles sont particulièrement défaillantes. Car c’est l’intérêt de l’enfant qui doit être prioritaire. »

Du côté du cabinet de la ministre de l’Aide à la jeunesse, c’est l’embarras. On se limite à un seul commentaire officiel : « La ministre entend mettre sur pied un groupe de réflexion, composé de mandants, de représentants de la direction générale de l’Aide à la jeunesse, de divers services agréés de type résidentiel et de représentants d’ATD Quart-monde, de LST, qui serait chargé d’analyser la question du maintien du lien entre les enfants placés et leur famille. » Fin de citation.

Un groupe de réflexion sur le lien entre familles d’origine et enfants placés est mis en place, pendant qu’un autre groupe de réflexion planchera comme prévu sur l’adoptabilité de ces mêmes enfants. L’idée étant de conduire les deux réflexions en parallèle alors que, pour les associations, ces deux thèmes s’excluent mutuellement. Une façon pour la ministre de faire face aux critiques… en temporisant.

Article paru sur le blog d’Alter échos sur le site du Soir, le 17/01/2012. http://www.lesoir.be/alterechos/

1. ATD Quart-monde :
– adresse : avenue Victor, 12 à 1040 Bruxelles
– tél. : 02 647 99 00
– site : http://www.atd-quartmonde.be
2. Direction de l’adoption :
– adresse : boulevard Léopold II, 44 à 1080 Bruxelles
– tél. : 02 413 41 35
– courriel : adoptions@cfwb.be

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)