Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Première victoire des habitants contre le mégaprojet Heron City"

06-11-2000 Alter Échos n° 85

Le 18 octobre, la commission de concertation de la commune d’Ixelles a rejeté le projet Heron City, tel qu’il était présenté dans sa dernière mouture.Concrètement, le groupe britannique Heron envisageait de créer un complexe commercial dans un îlot de la Porte de Namur. Celui-ci aurait été composé de 12salles de cinéma, un centre de loisirs, des boutiques commerciales, un centre de fitness, des bars, des restaurants, un centre multimédia et des appartements. Le coût de cetteopération était estimé à plus de 3 milliards de francs. Plusieurs acteurs se sont opposés au projet : l’association de commerçants « Quartier Louise »,l’Atelier de recherche et d’actions urbaines, Pétitions-Patrimoine, la Ville de Bruxelles, ou encore le Comité des habitants. Propriétaire de l’îlot depuis mai 1999, legroupe Heron avait passé des baux précaires avec les commerces et les locataires de l’îlot.
Pour défendre leurs intérêts, certains habitants, membres de l’association CLASSE, ont fait appel à celle-ci. L’association s’est déjà fait connaîtrepar le passé avec des projets de réhabilitation pour l’îlot Stévin. Très vite, un comité d’habitants s’est constitué afin de mobiliser l’opinionpublique contre le projet (pétitions, distribution de tracts, affiches, « Journées du patrimoine » alternatives, etc.)1. Ils se sont opposés au pouvoir communal qui « réduitles habitants à de sombres squatters vivant dans la crasse d’un chancre imaginaire. Notre présence est une garantie contre la création d’un chancre : nous sécurisons lequartier et y insufflons une vie associative, nous faisons vivre le commerce local, nous empêchons ces maisons de qualité (de style néoclassique : NDLR) d’êtresaccagées et, en tant qu’habitants d’Ixelles (…) nous faisons vivre notre commune ». En collaboration avec CLASSE, diverses activités associatives sont menées. « Les 2e et 4elundis du mois, nous invitons des ONG qui viennent présenter leur projet, explique Thomas, un des habitants. Le mardi, nous organisons des groupes de discussions entre hommes sur lethème de la masculinité et la violence. Le jeudi, c’est un débat sur l’urbanisme, le logement et les actions à mener au niveau du quartier. »
De son côté, Jacques Giel, de CLASSE, exprime ses attentes par rapport à la nouvelle majorité communale : « On espère que le projet pour le quartier sera plus social.Par ailleurs, nous prenons également acte de la demande des commerçants en matière culturelle ». Les objectifs de l’association sont les suivants : défendre le droit aulogement, en particulier des plus modestes, par rapport au marché immobilier ; porter un projet culturel (« D’où les affinités avec les commerçants de l’avenue de la Toisond’Or ») ; mettre en pratique la démocratie directe. Pour Jacques Giel, « il y avait un déficit démocratique au niveau de la commune d’Ixelles. Pas mal d’immeubles sontrestés vides sans que la commune ne mette en œuvre les moyens légaux nécessaires pour lutter contre ces bâtiments vides. En fait, le pouvoir communal n’étaitpas neutre sur cette question. C’est pour cela que les procédures de concertation sont intéressantes en termes de démocratie directe. Elles permettent une confrontation entre lapopulation et le pouvoir politique. Après les élections, il est clair que le projet Heron a eu moins de force. Les électeurs ont opté pour un autre type d’urbanisme.À l’avenir, Heron aura des difficultés à présenter un projet, même sous une autre forme ».
1 Rue des Drapiers 10-14 à 1050 Bruxelles.

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)