Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Les centres PMS en débats et en projets…

Le décret du 14 juillet dernier redéfinit les missions des centres psycho-médico-sociaux au travers d’un « programme de base commun ». Mais cette base doitêtre déclinée en un « programme spécifique » pour chacun des pouvoirs organisateurs et un « projet de centre » pour chacun des CPMS. Notre coup desonde montre que cette obligation formelle a pu être saisie à maints endroits pour débattre en équipe des priorités d’actions des CPMS et des valeurs qui lessous-tendent.

15-06-2007 Alter Échos n° 231

Le décret du 14 juillet dernier redéfinit les missions des centres psycho-médico-sociaux au travers d’un « programme de base commun ». Mais cette base doitêtre déclinée en un « programme spécifique » pour chacun des pouvoirs organisateurs et un « projet de centre » pour chacun des CPMS. Notre coup desonde montre que cette obligation formelle a pu être saisie à maints endroits pour débattre en équipe des priorités d’actions des CPMS et des valeurs qui lessous-tendent.

La Fédération des CPMS libres vient ainsi de publier une version actualisée de sa Charte qui datait de 19881. Guy De Keyzer, le secrétairegénéral, explique : « Les PO avaient besoin que nous mettions en évidence nos valeurs pour rédiger leurs ‘programmes spécifiques’ comme le demande lelégislateur. »

« La rédaction de cette Charte s’est faite dans le respect des convictions diverses non seulement des consultants (les élèves, les parents), mais aussi destravailleurs eux-mêmes, d’autant plus que le bureau de notre Fédération est composé d’un tiers de PO , d’un tiers de directions de CPMS et d’untiers de représentants des personnels. » Le secrétaire général reconnaît que « c’est un débat sur le sens des mots utilisés quin’a pas été facile à mener ». Nous nous sommes appuyés sur notre ‘Agora’ (leur congrès) mais aussi explicitement sur le nouveau document du Ségec’Mission de l’école chrétienne’ (où sont puisés des valeurs comme ‘le sens du pardon, le don de soi, la solidarité responsable,l’intériorité, la créativité’) ».

« Le document, approuvé à l’unanimité, se veut donc fédérateur. C’est un peu notre fil rouge. Nos 30 PO se sont inspirés de cetteCharte, remise à chaque agent, pour rédiger leur propre programme et chaque centre pour travailler son propre projet. »

En termes d’analyse des défis à relever, ce document pointe deux enjeux principaux : celui de la dualisation socio-économique et de la fragilisation du lien social par «la prééminence » de l’individu par rapport à la société.

Service public et indépendance

Le réseau de la Communauté française a également produit son « programme spécifique » pour ses CPMS, fondé sur de toutes autresvaleurs2. Ce document souligne avant tout le rôle de service public de ces CPMS et leur neutralité. « Il est intéressant parce qu’il rappelle aussi notreindépendance par rapport à nos partenaires scolaires, explique Claire Kagan, directrice du CPMS de Forest, il n’y a pas de partenariat possible sans indépendance.»

« Nous avons fait un outil de cette obligation formelle de pondre un projet de centre. Les consignes ont été très claires… et très compliquées àappliquer : il fallait que ce document s’adresse à la fois à l’administration, aux partenaires scolaires, aux consultants… Il doit donc être lisible en principe parun jeune. Avant le décret, les textes que nous rédigions étaient destinés à la seule administration : on ne peut plus par exemple parler de nos publics commeétant ‘défavorisés’ dans des documents qui leur sont destinés. »

« Cela a aussi été une occasion de réfléchir à un projet de Centre, poursuit la directrice, on a pris le temps de “brainstormer”, notamment sur cequ’on met derrière des concepts comme ceux d’éthique et de responsabilité. Nous avons sélectionné des axes de travail prioritaires en fonction de nospublics et explicité les modalités pratiques d’actions et de mise en application des principes du PO. Par exemple : diversifier les modalités de communication del’offre de service (notamment via des asbl) puisque une partie de nos publics est analphabète. »

Et les partenariats ?

Les documents des deux réseaux évoquent l’idée de partenariat, mais sans la développer. Est-ce que parce que les textes officiels ne clarifient pas encoresuffisamment le partage des rôles et les articulations , comme le montrent les débats autour de l’action des médiateurs et des équipes mobiles, ainsi que lapolémique autour des brochures « secret professionnel » de l’administration ?

Cette dimension est à travailler au cas par cas en fonction des contextes des différents centres explique Guy De Keyzer. Claire Kagan confirme : « notre projet de Centre citeles partenaires de manière exhaustive ainsi que les actions communes. Nous nous présentons par exemple, ensemble avec les AMO dans les écoles pour que les élèvescomprennent ce qu’on peut apporter précisément. »

1. Cette Charte est téléchargeable au format PDF
2. Voir “Projets des Centres PMS organisés par la Communautéfrançaise

Donat Carlier

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)