Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Jeunesse (Aide à la)

Françoise Mulkay : « Les capacités réservées, un dispositif très efficace »

Capacités réservées: une drôle d’appellation pour un dispositif qui rebat les cartes dans l’aide à la jeunesse et tente de mieux organiser la pénurie de places. Interview de Françoise Mulkay, directrice adjointe de l’administration.

Dans l’Aide à la jeunesse, le nombre de jeunes en difficulté ou en danger est supérieur à la capacité de prise en charge des services agréés. Que l’on parle de lieux d’hébergement – «homes» – ou de services qui interviennent dans le milieu de vie. Jusqu’en 2014, les places étaient affectées dans le cadre d’une négociation – relativement opaque – entre autorités mandantes, conseillers ou directeurs de l’aide à la jeunesse – et services. Depuis 2014, les capacités réservées attribuent aux mandants des places dans chaque service. La direction générale de l’Aide à la jeunesse a évalué le dispositif, sous la conduite de Françoise Mulkay, directrice générale adjointe. Mais attention, cet entretien, pourtant demandé à l’administration, s’est déroulé en présence d’une partie du cabinet du ministre de l’Aide à la jeunesse.

Les capacités réservées, instaurées en 2014, tentent de mettre de l’ordre dans l’affectation des places dans les différents services de l’aide à la jeunesse. Pour mieux les comprendre, il faut rappeler qui fait quoi dans ce secteur où l’on manie quotidiennement la complexité et les acronymes.

Dans le secteur de l’aide à la jeunesse, on trouve des «autorités mandantes» habilitées à prendre des décisions pour, ou avec des mineurs en difficulté ou en danger. Ils représentent l’autorité publique. Lorsque l’aide est consentie, c’est le service d’aide à la jeunesse ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Journaliste (jeunesse, aide à la jeunesse et migrations)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)