Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Le travail, c’est la santé  ?

Prendre au pied de la lettre la formule du chanteur Henri Salvador « Le travail, c’est la santé » revient, semble-t-il, à s’exposer à unedéconvenue de taille…

12-06-2011 Alter Échos n° 317

On pourrait légitimement attendre que les pays démocratiques et industrialisés proposent des conditions de travail satisfaisantes. Mais prendre au pied de la lettre la formuledu chanteur Henri Salvador « Le travail, c’est la santé » revient, semble t-il, à s’exposer à une déconvenue de taille…

Déjà en 2006, Alter Echos se penchait sur le problème à l’occasion de la sortie du documentaire « Ils ne mourraient pas tous mais tous étaientfrappés » (voir le n° 205 d’Alter Echos du 24 mars 2006 : « Le travail comme torture, le management comme épidémie »). Aujourd’hui, l’inspecteur du travail français Gérard Filoche analyse lasituation de la souffrance au travail et nous livre ici un véritable réquisitoire.

– La souffrance au travail est un sujet brûlant : est-il actuellement en hausse ou simplement davantage sous le feu des médias ?

Gérard Filoche : Bien sûr qu’il est en hausse ! Le fameux slogan, trompeur, « travailler plus » est mortifère. Depuis 160 ans, en France, on baissaitrégulièrement la durée du travail pour améliorer la vie des salariés, pour leur permettre davantage de bonheur et d’équilibre, d’être enmeilleure santé. Il a fallu quatre-vingts ans, entre 1840 et 1920 pour passer de la journée de dix-sept heures à celle de dix heures maxima. Il a fallu septante ans pour passerde la semaine de quarante heures à celle de trente-cinq. On a pu, durant toute cette dernière période, faire quatre choses à la fois : produire plus, créer plusd’emploi, gagner plus et travailler moins longtemps. Or depuis huit ans, des intégristes néolibéraux s’efforcent de faire tourner la roue de l’histoire àl’envers et de refaire travailler plus, exploiter plus. Ce ne sont plus les coups de grisou qui tuent comme du temps de Zola mais les accidents cardiaques et vasculaires. Il y a 150 000accidents cardiaques et 100 000 accidents vasculaires aujourd’hui, et l’on estime qu’entre un tiers et la moitié d’entre eux sont liés au travail…
Maintenant, la durée maxima de 10 heures par jour et la durée maxima de quarante-huit heures par semaine sont menacées : Nicolas Sarkozy a voulu, quand il étaitprésident de l’Europe, fin 2008, faire voter la semaine de soixante-cinq heures maxima. Heureusement, le Parlement européen s’y est refusé… Vous savez, unejournée de quinze heures, ça tue : votre vie de famille, votre vie humaine, votre vie tout court…

– Quels sont les « visages » actuels de cette souffrance ? A-t-elle des formes nouvelles, est-elle causée par des facteurs nouveaux ?

G.F. : La santé au travail se dégrade. Les maladies professionnelles sont largement sous-estimées : les TMS (troubles musculo-squelettiques) s’accroissent, 100 000 mortspar l’amiante, des dizaines de milliers de cancers d’origine professionnelle non recensés comme il le faudrait… Des méthodes de management sauvages ont étémises en œuvre qui aboutissent à deux suicides par jour au travail. Le chantage à l’emploi fait rage. Les exemples de France Télécom/Orange, de Renault, nesont pas les seuls : ce sont des formes « nouvelles » car les salariés sont délibérément broyés par des encadrements qui le font exprès,consciemment, systématiquement, pour les éliminer à moindre coût : ainsi 60 000 postes sur 160 000 ont été supprimés à FranceTélécom tandis que les garanties d’emploi, de carrière, de promotion, étaient laminées. La volonté du Medef (NDLR : Mouvement des entreprises deFrance) d’en revenir aux loueurs de bras du XIXe siècle, en rompant avec le droit collectif du travail pour en revenir à des contrats de gré à gré,sans protection, l’explique pleinement. Sans droit, le salarié est surexploité à nouveau. Laurence Parisot affirme que « la liberté de pensers’arrête là où commence le Code du travail » et elle ajoute : « la vie, la santé, l’amour sont précaires, pourquoi le travail ne le serait-ilpas ? » La nouvelle volonté du patronat est d’obtenir une « soumission librement consentie ». C’est ce genre de choses qui fait mal au travail.

– J’imagine que la culture du chiffre et la mise en compétition entre salariés comptent énormément dans le mal-être professionnelactuel…

G.F. : Oui. Les méthodes managériales sont toutes basées sur la fixation d’objectifs toujours plus inatteignables. Cela consiste à déstabiliser chaquesalarié grâce à un système de contrôle basé sur des notations par points : au lieu de considérer l’ensemble de la personne, de sa trajectoireprofessionnelle, on épingle des dizaines voire des centaines de petits points à partir desquels interprétations et jugements sont effectués. Les « entretiens »individuels sont autant de « punitions », de mortifications. La peur est générée ainsi que la compétition à la fois ouverte et sournoise, faussementbasée sur des critères dits « objectifs », mais en vérité très politiques. C’est un mécanisme totalitaire : tant pis pour celui quin’est pas dans la ligne du moment de l’entreprise. Pas de solidarité, pas de collectif, pas de syndicalisme, mise à mal des institutions représentatives du personnel,tout va de pair. Il n’y a pas d’études suffisantes pour recenser l’immense chasse aux sorcières systématique contre toute velléité de syndicalismedans le secteur privé.

– Les nouvelles technologies qui investissent continuellement les entreprises et qui entraînent sans cesse de nouvelles organisations du travail y jouent-elles un rôle ? Jepense ici aux salariés d’un certain âge qui peuvent éprouver davantage de difficultés dans ce domaine…

G.F. : Oui, c’est vrai. Les contrôles par informatique notamment sont devenus un moyen de faire régner la terreur. La recherche des performances maxima, les comparaisons derésultats individualisés sont des instruments de compétitivité débridée. Ce n’est plus l’esprit d’équipe ni le travail collectif quicomptent, le salarié est plongé délibérément dans la solitude devant l’ordinateur. On peut prendre des centaines d’exemples d’organisation destâches qui ont été mis sur pied de la sorte : parmi eux, les centres d’appels téléphoniques sont un des lieux sinistres où l’opérateur estépié, chronométré, noté, surveillé à chaque seconde de son temps, pauses pipi incluses. Qui peut de la sorte durer des années ? Les seniorssont inf
antilisés, blessés, usés, et jetés. Durant l’année 2010 où l’âge de la retraite a été repoussé à 62 et67 ans, 21 % de seniors supplémentaires ont été chassés du travail par rapport à l’année précédente. Les promesses aléatoires devivre cent ans ne modifient pas la biologie du corps humain. Entre cinquante-cinq et soixante-cinq ans, les performances exigées à ces âges ne peuvent plus être lesmêmes et les salariés ne les supportent pas. Comme les salaires sont bas, les emplois raréfiés, le nombre de trimestres à atteindre augmenté, les seniorsvivent sous la menace d’une fin de vie en chute de niveau de vie.

– Le suicide constitue la forme extrême de la souffrance et du désespoir au travail. Y a-t-il une « typologie » spécifique de la victime : salariésplus âgés, pères de famille ?

G.F. : Oui, aux Etats-Unis, la violence s’est tournée un temps contre les employeurs. De nombreux employeurs licencieurs se sont fait abattre. Ici, les salariés ont eutendance, lorsqu’ils ont été privés de droits, de résistance syndicale et de solidarité active, à se détruire eux-mêmes. Cassés,brisés, leur ultimatum, leur dernier acte de dignité est de mourir. Cela peut toucher toutes les catégories, il suffit que l’humain soit fragilisé au plan personnelen dehors de son travail et tout s’additionne, comme pour cet homme de Mérignac, de France Télécom qui, récemment, est allé jusqu’às’immoler. C’est un défi aux « managers », aux employeurs, dont je dis qu’ils sont en l’occurrence des criminels, qu’ils l’ont poussé àbout en le rendant « inutile ».

– Justement, comment expliquer le poids médiatique très fort des suicides récents dans des entreprises comme Orange, alors qu’on sait que les suicides sontdepuis longtemps nombreux chez les enseignants ou dans la police ?

G.F. : Le nombre d’abord. L’entreprise ensuite : c’était une des plus belles entreprises publiques françaises ; privatisée, elle est devenue l’une des pires,elle a perdu de l’argent, elle a grugé ses usagers (condamnée pour entente illicite sur les prix du téléphone), elle a écrasé ses propressalariés pour répondre aux exigences des actionnaires. C’est un bilan catastrophique, un monument à l’imbécillité inhumaine du capitalisme financier.Cela a choqué. L’inspection du travail a mené une enquête où elle a conclu à la « faute inexcusable de l’employeur », mais le procèsn’a pas eu lieu, le responsable Lombard bénéficie d’un parachute doré et son remplaçant Richard continue comme avant. Chez Renault où l’Etat tientencore un rôle clé, l’entreprise a été condamnée aussi pour « faute inexcusable », mais elle a osé faire appel ; elle a étécondamnée en appel, mais cela ne change rien au fond des méthodes de gestion en cause. Il y a même eu une sordide histoire d’espionnage montée contre des cadressalariés sans motif. Cette affaire a fait pschiiittt, mais le dirigeant principal responsable s’est auto-épargné de toute vraie sanction. Il est tout de mêmescandaleux que des bourreaux puissent ainsi continuer sans risque à sévir…

– La position sociale a-t-elle une incidence sur le phénomène du suicide au travail ? En d’autres termes, la souffrance au travail est-elle clivée parl’appartenance à une échelle sociale ou touche-t-elle toutes les catégories ?

G.F. : Elle touche toutes les catégories et pas seulement les cadres. Le chantage à l’emploi a été délibérément organisé pour faireplier toutes les consciences. Il y a des centaines de milliers d’ex-salariés qui ont sombré parce qu’ils ont tout perdu dans un même enchaînement, emploi,logement, famille. Interrogez les centaines de milliers de SDF en France, vous le vérifierez. Il y a huit millions de travailleurs pauvres qui gagnent moins de 900 euros par mois. Etd’autres ne survivent que petitement avec des indemnités sociales basées sur leurs cotisations antérieures. Il existe actuellement un record historique du chômage demasse en France : cinq millions de personnes. La présidence actuelle est allée chercher le chômage « avec les dents », elle a payé très cher pour que dessalariés qui avaient un travail fassent des heures supplémentaires à la place de ceux qui n’en avaient pas. L’allongement de la durée du travail sur lasemaine, le mois, l’année et la vie est un non-sens criminel quand on a cinq millions de chômeurs.

– Une grande partie du problème ne vient-elle pas du fait que les salariés n’ont plus de garantie de carrière et que des critères commel’expérience ou l’attachement à l’entreprise ne comptent plus beaucoup aujourd’hui – comme si les entreprises étaient frappéesd’amnésie ?

G.F. : C’est exactement la clé de tout : il n’y a plus de négociation des conventions collectives, avec des déroulés de carrière incluant promotions,ancienneté, qualifications, niveaux, coefficients. A tout moment, vous pouvez être mis en cause sans qu’on vous soit reconnaissant de vos bons et loyaux services (sauf pour lespatrons qui partent avec des montagnes d’argent même si leurs prestations ont échoué). On vous déclasse, on vous note mal, on vous met sur le grill, on vousdéconsidère puis on vous vire. Même dans la fonction publique, le statut élémentaire qui existait est remis en cause, la RGPP (Révision généraledes politiques publiques) rogne tous les droits et garanties. Ils ont passé le Code du travail à l’acide des exigences du Medef. C’est un mépris des humains autravail : alors que ce sont les salariés qui produisent toutes les richesses, ils n’en reçoivent pas la part qu’ils méritent.

– N’y a-t-il pas là un paradoxe étrange ? On travaille moins en nombre d’heures au fil des décennies, mais rarement le travail et le rapport àl’entreprise ont été aussi mal vécus par les salariés…

G.F. : Non, ce n’est pas un paradoxe : c’est la logique du capitalisme financier, une sorte de dictature des actionnaires anonymes qui n’ont rien à faire des humains et neregardent que la marge de profit maxima qui est en jeu. Trois hommes dans ce monde possèdent plus que les quarante-huit pays les plus pauvres. C’est un système qui appauvrit lagrande masse et enrichit les privilégiés. Le système tient… par la force et la terreur… jusqu’à ce qu’il explose… J’aiété inspecteur du travail durant trente ans, j’ai visité des milliers d’entreprises, j’ai reçu des dizaines de milli
ers de salariés. Tout corpsplongé dans les entreprises reçoit une poussée égale au volume d’exploitation constatée. J’ai écrit une dizaine de livres qui décriventcela en détail, par le vécu. J’ai constaté que dans les huit dernières années, tout est allé de mal en pis sous l’influence d’uneidéologie rétrograde qui s’est senti pousser des ailes sans limites. C’est totalement politique. C’est un problème global maintenant, il faut renverser laterreur, le mépris, réhabiliter, reconstruire le droit du travail, protéger contre le licenciement et la précarité, permettre aux syndicats d’exister enjouant pleinement leur rôle, imposer le respect, la dignité des travailleurs, sanctionner les patrons voyous sans scrupules qui nous ont conduits là où nous en sommes. Ilfaut trouver les réponses appropriées pour en finir une bonne fois pour toutes avec ce qu’il convient de considérer comme un déni de civilisation.

Lire

Gérard Filoche : Les nouveaux carnets d’un inspecteur du travail, Travailler mieux, moins, tous, Ed. Jean-Claude Gawsewitch (2004) et Salariés si vous saviez…, Ed. Ladécouverte (2008).

stephanel

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)