Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Le CESRW se penche sur la réforme du parcours d'insertion"

21-05-2001 Alter Échos n° 98

Le CESRW1 a planché sur l’évaluation du Parcours d’insertion (PI) remise en décembre au gouvernement wallon. Le 7 mai, il a donc adopté son avis n° 631 qui prendposition sur la réforme en cours du PI. Il se félicite de l’évaluation même et de sa qualité, tout en faisant quelques remarques, notamment, que n’ont pasété prises en compte “les actions spécifiques développées dans les sous-régions, dont certaines ont apporté des bénéfices importants ourejoint certains objectifs du PI. Le rapport ne met donc pas en lumière les ‘bonnes pratiques’ du terrain”.
Les principes à défendre
Le Conseil rappelle et illustre ensuite les grands principes qu’il entend voir mis en œuvre à travers le PI :
> “remettre la personne au centre du dispositif” (axe “participation-citoyenneté”, charte du PI, etc.),
> “favoriser l’insertion rapide dans l’emploi” compte tenu du projet professionnel et des compétences du stagiaire (formation qualifiante, immersion professionnelle, associationconcertée des entreprises, etc.),
> atténuer le modèle du PI “linéaire et séquentiel” en remplaçant la notion d’étapes par la notion de fonctions confiées aux opérateurs,
> harmoniser le statut administratif et financier des stagiaires,
> “développer l’accessibilité et la lisibilité de l’offre”, notamment en exigeant des opérateurs qu’ils alimentent la Formabanque, la banque de données en lignedes formations professionnelles,
> “développer les passerelles et filières”, en commençant par l’exécution de l’état des lieux dont est chargé l’Observatoire de l’emploi, et en ouvrant ledébat entre les opérateurs sur l’ajustement entre les préqualifications et les formations qualifiantes,
> “développer le bilan et le portefeuille de compétences” sur la base d’une méthodologie commune,
> envisager le “Contrat crédit-formation” annoncé par le Contrat d’avenir pour la Wallonie,
> réviser et uniformiser les modes d’évaluation et de financement des opérateurs pour ancrer concrètement ces différents axes de réforme.
Coordination et CSEF
Le Conseil se penche ensuite sur la délicate question de la coordination régionale et sous-régionale du PI. Si elle doit être articulée à la fonction”régisseur-ensemblier” du futur service régional de l’emploi, elle ne peut y être incorporée ni déboucher sur une “mise sous tutelle” des opérateurs. LeConseil approuve ainsi la logique de consultation à deux étages décidée par le gouvernement pour la concertation et la consultation sur le PI. Il demande que lesComités subrégionaux pour l’emploi et la formation (CSEF) gardent leurs missions d’avis sur la planification annuelle de l’offre de formation, de suivi des besoins du marché del’emploi, et d’organisation de la “participation-citoyenneté” des stagiaires, et puissent même élargir leur champ d’action à d’autres domaines (mobilité p. ex.)
1 CESRW, rue du Vertbois 13c à 4000 Liège, tél. : 04 232 98 11, fax : 04 232 98 10.

Thomas Lemaigre

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)