Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

« Mobilité douce » : l'économie sociale en tête de peloton ?

Courant 2008, Maria Arena (PS)1, ministre de l’Intégration sociale, des Pensions et des Grandes villes, avait lancé un appel à projets censé stimuler ledéveloppement de projets pilotes et d’initiatives innovantes dans le cadre de l’économie sociale. Sur le million d’euros réservé à cet effet,100 000 euros ont été consacrés à cinq projets favorisant l’utilisation du vélo comme moyen de transport dans la ville.

12-12-2008 Alter Échos n° 264

Courant 2008, Maria Arena (PS)1, ministre de l’Intégration sociale, des Pensions et des Grandes villes, avait lancé un appel à projets censé stimuler ledéveloppement de projets pilotes et d’initiatives innovantes dans le cadre de l’économie sociale. Sur le million d’euros réservé à cet effet,100 000 euros ont été consacrés à cinq projets favorisant l’utilisation du vélo comme moyen de transport dans la ville.

La question de la mobilité en milieu urbain se pose avec de plus en plus d’insistance. Dans ce cadre, il était tentant (et porteur) pour Maria Arena de mettre en avant cinq projetscentrés sur le vélo et ayant reçu des fonds dans le cadre de l’appel à projets « économie sociale » lancé par la ministre en 2008. Etce, même si les cinq projets font, en réalité, partie d’un ensemble bien plus vaste de 66 projets d’économie sociale actifs dans de nombreux autres domaines et« primés » dans le cadre dudit appel à projets… Néanmoins, il convient de remarquer que sur le million d’euros affecté àl’ensemble de l’appel à projets, 100 000 euros ont été attribués aux cinq projets « vélo ». Un chiffre conséquent qui illustre, selonle cabinet Arena, une volonté de mettre en avant des projets « favorisant la mobilité douce, le développement durable et la création d’emploi. »

Trois projets bruxellois

Parmi les projets, outre les initiatives « Max Mobiel » (à Gand, proposant un système de coursiers à vélo) et « Mobiel SocialeWerkplaats » (à Courtrai, dont le but est d’offrir un système de prêt de vélos au niveau des centres de circulation), trois projets sont situés àBruxelles. Premier d’entre eux, celui des Ateliers de la rue Voot2 se sont vus financés à hauteur de 20 000 euros pour la mise en place d’une formation de« vélocistes » (technicien vélo) à destination d’un public défavorisé. « Nous organisons depuis longtemps des atelierspédagogiques vélo permettant à qui le souhaite d’être formé à la réparation de vélos, déclare Christian Brodkom, coordinateur desactivités vélo. Pour le projet financé, nous allons mettre sur pied des formations plus spécifiques à l’adresse d’un public plus défavorisé. Noussommes pour l’heure notamment en contact avec les CPAS afin que ceux-ci orientent vers chez nous un public pas forcément enclin à pousser notre porte. » Le but del’opération est également d’engager grâce à l’art. 60. « L’apprentissage de base pour réparer un vélo peut se faire assez vite, enchaîneChristian Brodkom. Mais pour parfaire cette formation, il faut pratiquer et donc rester en place un certain temps, ce qui ne peut se faire que grâce à un engagement… »

Autre projet bruxellois, la mise en place d’un « Point Vélo » à la gare Centrale par l’asbl « Cyclo »3 ; une initiativeégalement soutenue par Pascal Smet (SP.A), ministre bruxellois des Travaux publics et de la Mobilité. Pour rappel, le principe des « Points Vélo » estd’offrir une série d’infrastructures « vélo », dans les gares, à destination des cyclistes. Parkings sécurisés, boutiques permettantd’effectuer des réparations, de louer un vélo ou d’obtenir des informations doivent ainsi être mis en place. « Le projet avance, affirme Liesbeth Driesen,responsable de l’asbl. La gare centrale de Bruxelles est actuellement en rénovation et le « Point Vélo Central » devrait être opérationnel auprintemps 2009. » Un « Point Vélo » qui devrait permettre la mise au travail de cinq employés. Il est également à noter que« Cyclo » mettra en place un service de vélo-livreurs et participera, en compagnie des asbl « Baita » et « Casablanco » ainsi qu’avec l’aide del’Agence Alter, au troisième projet bruxellois, financé à hauteur de 30 000 euros par l’appel à projets. L’initiative, dont le nom reste à définir, consisteen un projet d’entreprise d’insertion visant la mise à disposition de vélos (sous forme de leasing) ainsi que la fourniture des services qui y sont liés. Grâce à cetype d’activité, le projet devrait permettre la mise à l’emploi durable de travailleurs faiblement qualifiés dans des fonctions de réparateur vélo ou dechauffeur.

1. Cabinet de Marie Arena :
– adresse : rue Ernest Blérot, 1 à 1070 Bruxelles
– tél. : 02 238 26 11
– courriel : marie.arena@minsoc.fed.be
– site : www.marie.arena.be

2. Ateliers de la rue Voot :
– adresse : rue Voot, 31 à 1200 Bruxelles
– tél. : 02 762 48 93
– courriel : info@voot.be
– site : www.voot.be
3. Cyclo :
– adresse : rue de Flandre, 85 à 1000 Bruxelles
– tél. : 02 513 95 55
– site : www.recyclo.org

Julien Winkel

Julien Winkel

Journaliste (emploi et formation)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)