Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

« Bobineuses » : la mémoire textile et l’art contemporain au service du développement local

Depuis 2003, la commune de Leuze-en-Hainaut a vu se construire un projet de développement local peu courant, baptisé « Bobineuses ». Il s’agissait, audépart, de l’œuvre d’une seule personne, l’artiste Valéria Nagy, laquelle souhaitait exposer dans un bâtiment industriel en réfection par les soinsde la commune, les usines Dujardin, ancienne manufacture de bonnets, gants et autres bas. Rapidement, l’exposition individuelle fut dépassée. Autour de l’histoireindustrielle locale jadis florissante (150 ateliers et entreprises textiles existaient au début du 20e siècle sur la commune), l’idée de Bobineuses fut deretisser du lien social à partir de la mémoire des habitants, anciennes ouvrières et ouvriers. Une culture locale portant, non sans amertume, le poids d’un «passé glorieux » qui ne demandait qu’à revivre sous des formes nouvelles.

28-10-2005 Alter Échos n° 196

Depuis 2003, la commune de Leuze-en-Hainaut a vu se construire un projet de développement local peu courant, baptisé « Bobineuses ». Il s’agissait, audépart, de l’œuvre d’une seule personne, l’artiste Valéria Nagy, laquelle souhaitait exposer dans un bâtiment industriel en réfection par les soinsde la commune, les usines Dujardin, ancienne manufacture de bonnets, gants et autres bas. Rapidement, l’exposition individuelle fut dépassée. Autour de l’histoireindustrielle locale jadis florissante (150 ateliers et entreprises textiles existaient au début du 20e siècle sur la commune), l’idée de Bobineuses fut deretisser du lien social à partir de la mémoire des habitants, anciennes ouvrières et ouvriers. Une culture locale portant, non sans amertume, le poids d’un «passé glorieux » qui ne demandait qu’à revivre sous des formes nouvelles.

Du projet singulier à l’identité collective : le fil de la participation

L’idée initiale évolue. Via un subside de l’Éducation permanente et de la Fondation Roi Baudouin, ce sont alors quelque vingt-cinq artistes venus d’un peupartout en Europe qui prennent place au sein du projet. Une exposition collective se prépare à partir de 2004. Elle fut inaugurée début septembre1. D’unedémarche artistique individuelle, on est ainsi passé à un projet collectif où mémoire ouvrière textile, exposition d’art contemporain et initiative dedéveloppement local se sont associées dans une articulation originale, défiant la stigmatisation récurrente faisant du Hainaut une « région sinistrée».

Dès 2004, la parole des anciens travailleurs est collectée et mise en ligne sur le site. Rapidement le Comité Bobineuses mobilise les énergies de nombreux habitants(des femmes en majorité) : Leuze, petite commune paisible et immobile, réactive et questionne son passé pour l’articuler à l’avenir. Grâce auxinitiatives d’artistes, le site industriel en restauration revit. Il devient le creuset d’une dynamique locale que Valéria Nagy, artiste-conceptrice du projet décrit comme« la réponse à une attente non formulée » par de nombreux habitants. Et le politique d’embrayer prestement : soutien du bourgmestre (Jean-Pol Renard, MR) et del’échevinat de la Culture : ce dernier espère implanter un centre culturel dans une partie de ce vaste bâtiment comprenant quatre étages représentant plusieursmilliers de mètres carrés.

« Journée de l’initiative »

C’est dans cette même logique de collaboration à la dynamisation d’une collectivité locale que le Choq, pour « Contribuons à un Hainaut occidental dequalité2 », fit son apparition. Sollicitée dès 2004, cette association fut séduite par l’originalité du projet, susceptible de promouvoir unesérie d’initiatives locales provenant de « porteurs de projets ». Décision fut prise d’organiser, le 22 septembre dernier, une Journée del’initiative, axée sur l’innovation et la créativité au service de la région. Sa philosophie : « se servir de l’art et de la culture commemédia de communication au service du développement local ». Le Choq a coordonné l’organisation de cette journée.

On y présenta d’abord le film IniCie, création de Katalin Szalay, vidéaste chargée de récolter les moments forts de Bobineuses depuis ledébut, mais plus encore de mettre en images les enjeux vécus par les designers de la région qui tentent de se lancer dans une activité de production, distribution etpromotion de leurs travaux. Manquant de tout soutien, ils voient leurs perspectives professionnelles sérieusement freinées. Il ne suffit pas d’avoir de bonnes idées pourcréer, il faut encore un projet défendu par des partenaires à même d’appuyer sa mise en place. Il s’agissait dès lors de « relier les porteursd’idées aux personnes capables de les exploiter à des fins économiques, au sein d’entreprises existantes ou à créer », motivait Stanislav Herrier,coordinateur du Choq.

Gestation, création …

Parmi les opérateurs présents, on retrouvait Azimut, société coopérative soutenant les demandeurs d’emploi qui souhaitent concrétiser une «très petite entreprise » en tant qu’indépendants, sans toutefois prendre trop de risques, c’est-à-dire en conservant leur statut de chômeur.CréHainaut, la Plateforme design de Fébeltex (Fédération patronale du textile) était de la partie ainsi que La Maison de l’entreprise3. Enfin, leCentre de la tapisserie, des arts du tissu et des arts muraux de la Communauté française présenta un panorama du textile dans la région, « dans sa plus largeinterprétation ». Trois publics avaient répondu présent. Des designers en dernière année d’études demandant de futurs soutiens ; des femmes ayantperdu leur emploi et restées depuis à domicile. « Il faut encore souligner, insistait Valéria Nagy, que Leuze possédait également une importante traditiond’ateliers à domicile (dès la fin du XIXe siècle). Une réalité bien présente jusqu’au XXe siècle. Nombre de cesfemmes sont créatives mais, en l’absence de soutien extérieur, n’osent transformer leur ‘gestation créatrice’ en un projet indépendant ».Dernier public : des étudiants en commerce et gestion venus glaner des idées.

Leuze-en-Hainaut, « petite ville qui se disait “morte”, se découvre à nouveau capable de raconter des histoires », notait l’architecte chargée de larestauration physique des lieux …

1. Site très complet – courriel : valeria@bobineuses.be
2. CHOQ asbl, rue du Follet, 2 à 7540 Kain – tél. : 069 88 28 86 – site – courriel : choq@choq.be
3. La Maison de l’entreprise, Business Innovation, Centre de Mons, rue Descartes, 2 à 7000 Mons – tél. : 065 32 15 11 – site

Olivier Bailly

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)