Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

La formation au centre du décret "Accueil temps libre"

La formation des accueillantes extrascolaires est au cœur de l’action menée par la coordination ATL (accueil temps libre) de Molenbeek-Saint-Jean1, en Régionbruxelloise.

29-06-2007 Alter Échos n° 232

La formation des accueillantes extrascolaires est au cœur de l’action menée par la coordination ATL (accueil temps libre) de Molenbeek-Saint-Jean1, en Régionbruxelloise.

Le décret ATL a rendu obligatoire les formations initiale et continue du personnel des structures d’accueil extrascolaire non encore agréées par ailleurs qui participentau programme CLE (coordination locale pour l’enfance) ; c’est une condition sine qua non pour recevoir le subside qui va de pair.

À Molenbeek, Anne Dohogne et Caty De Bremaeker, les deux coordinatrices ATL, ont construit leur programme CLE avec le terrain, sur base d’ateliers de réflexion surdifférents thèmes mis en avant par une analyse des besoins. Le résultat se traduit par un vaste plan d’action et d’amélioration de la qualité desservices d’accueil.

Une formation pour tous

Le personnel de garderie ou des écoles communales qui n’était pas encore breveté a entamé une formation initiale. Elle est assurée par lesCemea2 et court sur trois ans à raison d’une semaine lors de chaque congé de Pâques. « La commune investit pleinement dans ce challenge, remarque AnneDohogne. Les formations se passent pendant les heures de travail. » C’est le cas également des formations continues, pour lesquelles la commune a choisi d’affecter une partiede son subside ATL à l’embauche de personnel de remplacement des accueillantes en formation.

La commune a aussi sélectionné quatre personnes disposant déjà du brevet d’animateur de centre de vacances pour les former au poste de responsable de projetd’accueil. Celles-ci se répartissent depuis février dernier les douze implantations scolaires du réseau communal. Elles gèrent les garderies, gèrent endeuxième ligne les subventions ATL, orientent leur utilisation, se chargent des justificatifs des dépenses… Ces responsables bénéficient de supervisionshebdomadaires par les Cemea, elles organisent chaque semaine également des concertations entre elles et rencontrent une fois par mois la responsable du service de l’instruction publique.C’est une nouvelle fonction pour laquelle elles doivent faire leur place, se faire accepter par leurs anciennes collègues. « C’est aussi un travail de réflexion quis’établit, explique Caty De Bremaeker : quelles sont exactement leurs fonctions, leurs limites, le rôle de la direction de l’école et le leur… Leursréunions régulières cadrent leurs missions. » Elles sont confrontées à la fois au terrain et au pouvoir organisateur, dont les préoccupations ne sontpas toujours identiques ; elles constituent un maillon important de communication et de cohérence des projets dans la commune.

Autre projet phare de Molenbeek : l’intégration, dans les stations de plein air en été, d’enfants présentant un handicap. Ici aussi, il a étéfait appel à des candidats parmi le personnel pour assurer un bon accueil et encadrer les moniteurs spécialisés embauchés pour l’occasion. Sur les trois personnesvolontaires pour ce job, deux ont demandé à être formées à ce public spécifique, elles ont suivi un module sur l’accueil des enfants différentset commencent aujourd’hui à accueillir seules des enfants à handicap modéré lors de plus courts congés scolaires. « Notre projetd’intégration fait des petits », constate avec plaisir Anne Dohogne.

Parallèlement à tout cela, les coordinatrices ont mis sur pied un « groupe ATL » qui réunit chaque mois des opérateurs locaux. Une quinzaine de participants(maison de quartier, association, service d’accueil scolaire, AMO, ludothèque…) y échangent des informations. Ce briefing mensuel fait l’objet par la suited’une newsletter transmise à l’ensemble des opérateurs molenbeekois. Le groupe aborde aussi des problématiques vécues, comme la diversité du jeu oul’attitude à adopter face à un enfant qui transgresse les règles. Ces rencontres fonctionnent depuis un an. « Elles sont complémentaires à la CCA(Commission communale de l’accueil) estiment les deux coordinatrices ATL. Le décret ne prévoit que deux réunions par an et lui attribue des missions trèsgénérales d’orientation de la politique locale de l’accueil. On y retrouve essentiellement des responsables tandis que le groupe ATL rassemble plutôt des animateurs ettraite des préoccupations de terrain. »

1. Service ATL :
– adresse : rue Tazieaux, 25 à 1080 Bruxelles
– tél : 0497 44 69 14 ou 0497 18 22 12
– courriel : coordination.aes@molenbeek.irisnet.be

2. Cemea :
– adresse : rue de la porte de Hal, 39/3 à 1060 Bruxelles
– tél. : 02 543 05 90
– courriel : bruxelles@cemea.be
– site : www.cemea.be.

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)