Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"La Flandre sait ce qu'elle attend du Plan 1er emploi"

03-04-2000 Alter Échos n° 72

Suite à l’accord de coopération signé entre fédéral, Communautés et Régions en janvier, en vue notamment du lancement du Plan 1er emploi, legouvernement flamand a adopté une note qui précise comment il entend développer les différentes composantes de cette mesure pour le nord du pays. 1
Il faut ainsi noter que la Flandre veut prendre la mesure comme une réelle politique d’entrée des jeunes sur le marché du travail («Le premier emploi comme undroit»), tout en lançant avec les moyens régionaux une politique de sortie progressive des travailleurs âgés, avec assouplissement du temps de travail, tutorats, etc.Autre élément de contexte important : la Flandre a adopté en 99 un décret d’agrément des opérateurs de placement («bemiddeling») sur lemarché du travail. Le VDAB – équivalent du Forem – y joue un rôle crucial en termes de régulation, qui, pour le gouvernement, préfigure le rôle qu’il doitjouer dans ses autres champs d’intervention, comme l’intérim et la formation.
> Comme dans les autres régions, un parcours d’insertion modulaire est proposé aux jeunes et formalisé dans une convention individuelle avec le VDAB.
> Un effort particulier sera fait pour le repérage proactif («toeleiding») des jeunes, par la présence d’organismes d’insertion, par exemple dans les lieux touristiqueset les festivals pop, ou encore par la collaboration des maisons de l’emploi («werkwinkels», programme plus avancé qu’en Wallonie) avec les organisations de jeunes, lestravailleurs de rue, les clubs sportifs, etc. Un projet particulier sera élargi, «Instant-A», à Anvers, qui consiste en une collaboration entre des agences d’intérimet des travailleurs de rue.
> La Flandre veut promouvoir les conventions de 1er emploi à temps partiel, en particulier en renforçant les formations professionnelles individuelles («IBO»). Une partiede celles-ci seront entreprises avec une méthodologie spécifique qui permette, en renforçant l’accompagnement en entreprise, de les adapter à un public de jeunes qui ontsubi un décrochage scolaire. Ces «IBO» seront aussi adaptés aux employeurs publics et pourront être conclus pour plusieurs jeunes à la fois.
> L’accent le plus novateur des ambitions flamandes est sans doute l’accompagnement dans l’emploi suite à ces formations individuelles. Il s’agit d’augmenter la prime à l’emploi de10.000 francs, et de suivre le jeune une fois qu’il a signé son contrat pour, en intervenant dans sa relation avec son employeur, rendre aussi durable que possible l’occupation du nouveauposte. Une seconde prime régionale de 10.000 francs est accessible si le jeune est parrainé par un travailleur en fin de carrière.
> Patrons et syndicats définiront par secteur la stratégie qu’ils adopteront pour la mise en œuvre du plan. En cas d’accord, la Région mettra à la disposition desentreprises des «consultants sectoriels» pour les assister dans le recrutement.
> Si le jeune est gardé par l’employeur après la fin de la convention, l’offre de formation continue du VDAB reste accessible gratuitement.
> Une aide spécifique de 100.000 francs par jeune (prime unique) est mise en place pour le soutien au développement de «départements jeunes» par les entreprises :il s’agit de départements composés de minimum 2 jeunes travailleurs rassemblés pour développer «de manière participative» un projet stratégiquepour l’entreprise. Des projets pilotes doivent démarrer dans ce sens et visent notamment à encourager l’entreprenariat en tant qu’indépendant.
> Comme dans les autres Régions, la manière dont le plan sera mis en œuvre dans le secteur public est évoquée de manière très évasive.
1 Cabinet Landuyt : Koolstraat 35 à 1000 Brussel, tél. : 02 553 25 11, fax : 02 553 25 05.

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)