Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Justice

La Belgique condamnée pour sa mauvaise politique carcérale

La Cour européenne des droits de l’Homme dénonce les conditions carcérales et condamne la Belgique à verser 10.000 euros à un ancien détenu maltraité. La LDH exhorte le gouvernement Michel à améliorer les conditions d’existence des détenus.

26-11-2014
© Ronald Piclin / Flickr

Le couperet est tombé. Jugeant nos prisons trop sales et trop vieilles, la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) a condamné, mardi, la Belgique à dédommager un ancien détenu maltraité. « Les problèmes découlant de la surpopulation carcérale en Belgique, ainsi que les problèmes d’hygiène et de vétusté des établissements pénitentiaires revêtent un caractère structurel » et ne concernent « pas uniquement » la situation personnelle du requérant, a justifié la Cour siégeant à Strasbourg.

La Ligue des Droits de l’Homme (LDH) estime que, de cette manière, la cour pointe « l’absence de volonté politique des gouvernements successifs d’investir dans l’amélioration des conditions d’existence des détenus ». L’organisation souligne également que cette situation est dénoncée depuis de nombreuses années par le Comité contre la torture des Nations Unies, le Comité pour la Prévention de la torture ou encore l’Observatoire international des prisons.

L’association, qui rappelle que le budget accordé par le nouveau gouvernement au département de la Justice (- 183,5 millions d’euros en tenant compte des arriérés) « laisse malheureusement augurer que la situation dans les prisons risque fort de s’aggraver », demande au gouvernement de « réenvisager sa politique d’expansion carcérale et de privilégier des politiques pénales qui permettront de désengorger les prisons. » À savoir  : limiter la détention préventive, favoriser la réinsertion, permettre les libérations conditionnelles, ne pas incarcérer les malades mentaux, etc. Et de rappeler les engagements pris dans l’accord gouvernemental afin d’améliorer la politique pénitentiaire.

 

 

 

En savoir + :
Jusqu’au 29 novembre, le Conseil central de surveillance pénitentiaire réunit de nombreuses associations autour des « journées nationales prison ».
Au programme : conférences, animations, projections de films, débats, témoignages d’anciens détenus, pièce de théâtre…

Infos pratiques :
T : 02 552 25 06
M : 0473 81 54 92   
ccsp@just.fgov.be
www.journeesprison.be

Rafal Naczyk

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)