Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Job’In stimule l'audace des chômeurs wallons

En 2008, malgré un fort ralentissement économique, 158 PME ont vu le jour grâce au soutien de Job’In.

25-09-2009 Alter Échos n° 281

En une dizaine d’années, le guichet d’entreprise Job’In1 a réussi à démentir le stéréotype selon lequel les wallons manquentd’audace et d’innovation. En 2008, malgré un fort ralentissement économique, plus de 150 PME ont vu le jour grâce au soutien de cette structured’accompagnement.

Job’In propose un financement et un accompagnement aux allocataires sociaux et personnes professionnellement inactives afin de les aider à créer leur propre entreprise et doncleur propre emploi.

Bruno Flandre, coordinateur sur la région de Liège, confirme l’ampleur que Job’In a prise ces dernières années : « En l’espace de sept ans,quatre antennes ont ouvert leurs portes à Namur et dans le Brabant wallon et un millier de petites entreprises ont été créées. Une collaboration concrèteavec les banques s’est installée et la Région wallonne a agréé la structure pour les chèques–formation. Grâce à la garantieSocamut2, les petites entreprises ont la possibilité d’avoir un garant leur permettant d’emprunter une somme allant jusqu’à 25 000 euros. »

Concrètement, en 2008, 470 personnes ont été accompagnées sur l’ensemble des implantations : 322 personnes sont sorties de cet accompagnement, dont 250 qui ontterminé l’étude de leur projet, 156 qui ont créé leur entreprise, 12 qui ont trouvé un emploi et 3 qui poursuivent une formation. Après troisannées d’activités, le taux d’existence des entreprises créées avoisine les 60 %. Au niveau du profil des bénéficiaires, 79 % sont des chômeurscomplets indemnisés et sont relativement qualifiés : 37 % ont leur certificat d’enseignement secondaire (CES) inférieur et 41 % leur CES supérieur.

Un bémol de longue durée

Nouveauté : la création d’une pépinière d’entreprises spécialisées en design. Une idée partie d’un constat établi, entreautres, par des structures telles Design Innovation et la SPI+ : en Wallonie, 6 000 designers vivent de leur art et créent une valeur ajoutée d’environ 350 millions d’euros. Selon BrunoFlandre, « seules les modalités de création diffèrent d’une entreprise ‘classique’. Le processus de fabrication, les ateliers de confection, lesmodifications pour confectionner un produit de série, la réalisation des prototypes (…) sont des facteurs qui expliquent la durée de l’accompagnement. Pour un salonde coiffure ou un snack, un à deux mois suffisent alors qu’il faut compter une année voire plus pour les métiers liés au design. »

Le système de pépinière à la Job’In permet en fait au demandeur d’emploi de conserver ses droits aux allocations pendant six mois, avec en sus une somme de 5 000euros qui lui est attribuée pour lancer son activité. Si au bout de ces six mois, son activité périclite il ne doit pas rembourser ce montant et il conserve ses droits.Certaines personnes souhaiteraient recevoir un soutien de plus longue durée, mais le système ne le permet pas. Un vrai bémol.

Design et écologie

Passionnée par le design et l’écologie, Isabelle Gieling a pu combiner ses passions pour créer une gamme de mobilier entièrement réalisé encarton3. L’ouverture de son atelier-boutique situé à Liège a coïncidé avec la vente de ses créations à un niveau international. Selonelle, le soutien de Job’In a été crucial :« Je souhaitais commercialiser mes créations, apporter aux gens la preuve que le meuble en carton pouvait être aussifonctionnel que design, aussi original qu’écologique, mais la trame de mon idée n’en était qu’à ses débuts et j’ignorais par oùcommencer. Il m’a fallu être conseillée, suivie dans chaque étape du développement […] La bourse de pré-activité m’a amené le minimum demoyens financiers indispensable pour évaluer la viabilité de mon projet. Il existe des pré-requis tels que tester des produits différents, envisager un partenariat pour laproduction, travailler à une communication professionnelle. »

1. Job’In :
– adresse : av. Blonden, 29 à 4000 Liège
– tél. : 04 344 06 01
– contact : Bruno Flandre, coordinateur
– courriel : bruno.flandre@jobin.be
– site : www.jobin.be

2. La société des cautions mutuelles de Wallonie, Socamut, est intégrée au sein de la Sowalfin, bras financier de la Région dédié aux PMEwallonnes. Elle a pour but de favoriser l’accès aux crédits d’investissements et de fonds de roulement pour des entreprises qui ne disposent pas des garanties souhaitées par lesdispensateurs de crédits.
3. Purpl’in :
– adresse : rue En Neuvice, 52 à 4000 Liège
– contact : Isabelle Gielling
– GSM : 0496 67 08 25
– courriel : isabelle.gieling@purp-in.be
– site : www.purpl-in.be

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)