Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Formation : la ministre wallonne de l'Emploi précise ses projets"

04-12-2000 Alter Échos n° 87

Marie Arena, ministre wallonne de l’Emploi1, a rencontré la presse ce jeudi 30 novembre. Au menu, les chiffres du chômage en Wallonie et les dossiers en cours.
Chômage
ìa Région wallonne comptait, au 30 novembre 2000, 235.911 demandeurs d’emploi indemnisés, soit 19.815 de moins qu’il y a un an. Une baisse de 8,4 %. Le recul le plus fort estenregistré dans la classe d’âge la plus basse, les moins de 25 ýns, même si on en compte encore 60.000. Un léger mieux dû au plan « Rosetta » (convention depremier emploi) lancé par la ministre Onkelinx. En Wallonie, il atteint son objectif à 98 % grâce aux mesures d’accompagnement. Arena a également soulignél’importance du « Plan Jeunes + » (5.589 conventions signées) qui aide les moins de 25 ans peu qualifiés, en leur offrant notamment des formations pour qu’ils puissent justementbénéficier du plan « Rosetta ». Elle rappelle aussi les chartes passées avec les partenaires sociaux, pour sensibiliser les entreprises à la convention de premier emploi(CPE). Parmi les dispositions prises : un cadastre, réalisé avec le CESRW, des difficultés relatives à la mise en œuvre de la CPE ; un appel à projets pourengagement de PTP dans le secteur public en complément de l’effort CPE (ex. : accompagnement des cyberécoles par des PTP formés dans les centres de compétences).
Formation
> Accord de coopération avec la Communauté française : 200 millions pour rendre plus attractives les filières d’enseignement technique et professionnel via lamodernisation des équipements des écoles et l’accueil des enseignants et des élèves.
> Parallèlement la ministre intensifie l’apprentissage en entreprise, en revalorisant les salaires des formateurs et en modernisant les centres de formation de l’IFPME (Institut deformation des PME) qui voit sa subsidiation passer de 200 millions cette année à 450 millions l’année prochaine.
> La ministre s’est également félicitée du succès remporté par les chèques-formation. Créés par Jean-Claude Van Cauwenberghe, quand ilétait ministre de l’Emploi, les chèques avaient mis du temps à démarrer. Ils ont aujourd’hui atteint leur vitesse de croisière : 180.000 par an alors qu’on avaitmisé au départ sur 10.000/mois. Arena a d’ailleurs décidé de les étendre jusqu’aux entreprises de 250 personnes et aux indépendants.
> En revanche, les « échanges linguistiques » de stagiaires avec la Flandre, projet initié par Michel Daerden, ne démarrent pas. Selon la ministre, la communication autour de lamesure n’aurait pas été suffisante. Pour y remédier, elle va la relancer via publicité, téléphone vert et agents spécialisés.
En vrac
> Parmi les nouvelles mesures annoncées : le « chèque-création », forme de subside simplifié pour soutenir toute personne qui a l’idée de créer sonentreprise comme indépendant, mais manque de moyens ou d’accompagnement (voir page 8 dans ce numéro). 40 millions sont prévus à cet effet.
n|Au niveau des groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification, la ministre annonce un décret pour fin 2001.
> Trois actions pilotes sont également initiées en matière de couveuses d’entreprises à Charleroi, Waremme et Liège.
> Autre projet cher à la ministre de l’Emploi : le parrainage par des chefs d’entreprise, en fonction ou à la retraite, de demandeurs d’emploi. Le projet initié encollaboration avec l’Union wallonne des entreprises devrait commencer début 2001. Un prix sera prévu pour l’entreprise qui aura le mieux accompagné les jeunes qu’elleparraine.
> Interrogée sur le dossier des titres services, Marie Arena a annoncé une réunion avec le Fédéral sur ce sujet le 20 décembre. L’approche se fait enconcertation avec les autres régions et ne concernera que le secteur du nettoyage qui recevra 80 % des subsides « titres-services », les 20 % restants allant à des projets pilotes dansd’autres secteurs3. Quant à une préférence vis-à-vis des entreprises d’économie sociale : « Nous ne pouvons privilégier l’économie sociale pour desquestions de concurrence, a répondu la ministre. Par contre, je pense que ces entreprises auront un atout à faire valoir grâce à la diminution de la TVA à 6 % dontelles bénéficient ».
> Les candidats à la régularisation : « Ils peuvent être inscrits comme demandeurs d’emploi et donc suivre des formations mais nous n’avons pas créé de cellulesspécifiques à leur égard et ils ne bénéficient pas non plus de discrimination positive. Nous avons par contre donné la possibilité pour des mamanscandidates à la régularisation de pouvoir suivre des cours d’alphabétisation, ce qui leur permet de suivre la scolarité de leurs enfants. »
> Le parcours d’insertion : la ministre va présenter au gouvernement début décembre un « repositionnement » du parcours d’insertion, qui selon ses dires, ressemble plus à »un parcours du combattant ».
> La réforme des Programmes de résorption du chômage est attendue pour le 15 janvier pour être mise en œuvre le 1er octobre 2001.
> Enfin, le nouveau contrat de gestion du Forem est attendu pour avril 2001.
1 Cabinet Arena, rue Kefer 2 à 5100 Namur, tél. : 081 32 18 11, fax : 081 32 17 13. À noter que le cabinet Arena déménagera fin décembre pour prendre leslocaux du ministre Daerden au moulin de Meuse. Michel Daerden reprendra, lui, les bureaux du cabinet Arena, rue Kefer.
2 Voir AE n°79 du 24 juillet 00 p. 6.
3 Voir AE n°83 du 9 octobre 00 p. 8.

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)