Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Flandre : premières réquisitions d’immeubles

La ville d’Anvers va réquisitionner 4 immeubles1 pour les rénover et les transformer en logements sociaux. Il s’agit d’une première en Flandre, bien que cetype de mesures soit prévu par le Code régional du logement depuis 1998. Ce volet du code du logement avait lui-même été adopté suite au vote en 1993 de laloi dite Onkelinx sur les réquisitions de logements. (« Programme d’urgence pour une société plus solidaire »). Cette même année, le droit aulogement avait également été inscrit dans la constitution. Les habitations concernées par la mesure ont été déclarées insalubres par la villed’Anvers. Par la suite, les propriétaires ont été sollicités à plusieurs reprises par les autorités communales pour entreprendre les travaux derénovation nécessaires. Sans résultats. Selon le code flamand du logement, ces immeubles sont dès lors réquisitionnables : ils seront rénovés par laville d’Anvers et mis en location pendant 9 ans comme logements sociaux. La ville devrait ainsi pouvoir rentrer en partie dans ses frais. Erwin Pairon (Agalev), échevin du logementà Anvers, reconnaît qu’il s’agit d’une mesure extrêmement lourde mais estime que « le droit à la propriété privée doit parfoiss’effacer face au droit des riverains à vivre dans un environnement propre et sûr. » Toujours selon lui, tout le monde devrait sortir gagnant de l’opération : laville, qui voit un chancre urbain se transformer en logements sociaux, les riverains dont le quartier s’embellit et même le propriétaire, qui récupérera après9 ans son bien entièrement rénové, sans devoir payer aucune pénalité. Pour la région flamande, il s’agit d’une première expérience,qui pourrait préluder à beaucoup d’autres si elle s’avère un succès.

28-07-2005 Alter Échos n° 148

La ville d’Anvers va réquisitionner 4 immeubles1 pour les rénover et les transformer en logements sociaux. Il s’agit d’une première en Flandre, bien que cetype de mesures soit prévu par le Code régional du logement depuis 1998. Ce volet du code du logement avait lui-même été adopté suite au vote en 1993 de laloi dite Onkelinx sur les réquisitions de logements. (« Programme d’urgence pour une société plus solidaire »). Cette même année, le droit aulogement avait également été inscrit dans la constitution. Les habitations concernées par la mesure ont été déclarées insalubres par la villed’Anvers. Par la suite, les propriétaires ont été sollicités à plusieurs reprises par les autorités communales pour entreprendre les travaux derénovation nécessaires. Sans résultats. Selon le code flamand du logement, ces immeubles sont dès lors réquisitionnables : ils seront rénovés par laville d’Anvers et mis en location pendant 9 ans comme logements sociaux. La ville devrait ainsi pouvoir rentrer en partie dans ses frais. Erwin Pairon (Agalev), échevin du logementà Anvers, reconnaît qu’il s’agit d’une mesure extrêmement lourde mais estime que « le droit à la propriété privée doit parfoiss’effacer face au droit des riverains à vivre dans un environnement propre et sûr. » Toujours selon lui, tout le monde devrait sortir gagnant de l’opération : laville, qui voit un chancre urbain se transformer en logements sociaux, les riverains dont le quartier s’embellit et même le propriétaire, qui récupérera après9 ans son bien entièrement rénové, sans devoir payer aucune pénalité. Pour la région flamande, il s’agit d’une première expérience,qui pourrait préluder à beaucoup d’autres si elle s’avère un succès.

Violence dans les CPAS et sociétés de logements sociaux

Le besoin de logement et les longs délais d’attente rendent parfois violents certains candidats à une habitation sociale. Devant la recrudescence des cas d’agression, ledirecteur de la société malinoise de logement social MGW, René Van Poppel, a décidé de faire installer deux caméras de surveillance dans la salle oùsont reçus les candidats au logement. Ces derniers mois, le directeur a dû plusieurs fois faire appel aux forces de l’ordre pour ramener le calme dans ses bureaux. D’unemanière générale, à l’instar de ce qui se passe dans les écoles, le personnel des sociétés de logement social et des CPAS est de plus en plussouvent victime de comportements violents. Ces derniers mois, la société gantoise de logement social GMH et le CPAS d’Anvers ont également pris des mesures pour renforcerla sécurité de leurs collaborateurs.

Le budget régional flamand doit être réduit : réactions des ministres de l’Aide sociale et de l’Emploi

Pour le reste, l’actualité flamande de cette fin de vacances a été dominée, à l’instar de ce qui s’est passé dans le sud du pays maisprobablement encore davantage, par les économies demandées à la Région flamande par le fédéral. Le budget régional devrait être amputé de267 millions d’euros en 2004. En conséquence, en juillet dernier, le ministre régional du budget Dirk Van Mechelen (VLD) avait envoyé à toutes les institutionspubliques flamandes une circulaire leur demandant de réduire uniformément leurs dépenses de 20 %. À l’approche de la rentrée, les réactions se sontmultipliées. Frank Cuyt, le directeur du « Vlaams welzijnverbond », organisme qui chapeaute toute l’aide sociale en Flandre, redoute notamment un coup d’arrêtdans la construction d’infrastructures pour handicapés et une aggravation de la pénurie de places dans l’accueil à la petite enfance. Adelheid Byttebier (Agalev),ministre flamande chargée de l’aide sociale, va dans le même sens : selon elle, ces deux priorités du gouvernement flamand font l’objet de plans à long termequi ne peuvent en aucun cas être modifiés du jour au lendemain. De même, au VDAB (le FOREM flamand), Patrick De Vlies souligne que beaucoup de dépenses programmées sefont dans le cadre de contrats extérieurs, lesquels ne peuvent pas être résiliés unilatéralement sans encourir de lourdes pénalités oul’imposition d’intérêts de retard. Bref, dans le secteur social plus encore qu’ailleurs, les discussions budgétaires de la rentrée promettentd’être chaudes…

D’après De Morgen et De Standaard.

1. Les immeubles sont situés Kammenstraat, Limburgstraat, Gitschotellei et Rijnkaai.

Pierre Gilissen

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)