Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Emploi

Enfin un statut pour les accueillantes

Après 30 ans de revendications, les accueillantes à domicile vont enfin obtenir un statut social. Un projet pilote va en tout cas dans ce sens en Fédération Wallonie-Bruxelles. Une vraie victoire pour le secteur de la petite enfance qui voit là le signe d’une revalorisation du métier.

© pexels.com

Après 30 ans de revendications, les accueillantes à domicile vont enfin obtenir un statut social. Un projet pilote va en tout cas dans ce sens en Fédération Wallonie-Bruxelles. Une vraie victoire pour le secteur de la petite enfance qui voit là le signe d’une revalorisation du métier.

Chaque année, 10.000 bambins de 0 à 3 ans côtoient des lieux d’accueil à domicile. Les accueillantes conventionnées1 – l’emploi du féminin s’impose dans un secteur où les hommes font figure d’exception – sont environ 2.550 à exercer cette profession dans la partie francophone du pays. Dix heures par jour, cinq jours par semaine. Sans compter le temps consacré au nettoyage, aux courses, à la préparation des repas... Si le nombre d’enfants par accueillante varie, il ne peut excéder quatre enfants équivalents temps pleins cinq enfants accueillis par jour et un total de huit enfants inscrits.

Pour gérer l’offre et la demande de places, les aspects administratifs et financiers, on peut compter sur les SAC, les Services d’accueillantes conventionnées. Agréés et subsidiés par l’Office de la Naissance et de l’Enfance (ONE), ces services sont soit privés (asbl), soit publics (communes, intercommunales, CPAS). Chaque accueillante signe une convention avec l’un de ces services, qui l’encadre dans l’exercice de son métier. Une fois par mois, un assistant social du service effectue une visite dans le mil...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Après 30 ans de revendications, les accueillantes à domicile vont enfin obtenir un statut social. Un projet pilote va en tout cas dans ce sens en Fédération Wallonie-Bruxelles. Une vraie victoire pour le secteur de la petite enfance qui voit là le signe d’une revalorisation du métier.

Chaque année, 10.000 bambins de 0 à 3 ans côtoient des lieux d’accueil à domicile. Les accueillantes conventionnées1 – l’emploi du féminin s’impose dans un secteur où les hommes font figure d’exception – sont environ 2.550 à exercer cette profession dans la partie francophone du pays. Dix heures par jour, cinq jours par semaine. Sans compter le temps consacré au nettoyage, aux courses, à la préparation des repas... Si le nombre d’enfants par accueillante varie, il ne peut excéder quatre enfants équivalents temps pleins cinq enfants accueillis par jour et un total de huit enfants inscrits.

Pour gérer l’offre et la demande de places, les aspects administratifs et financiers, on peut compter sur les SAC, les Services d’accueillantes conventionnées. Agréés et subsidiés par l’Office de la Naissance et de l’Enfance (ONE), ces services sont soit privés (asbl), soit publics (communes, intercommunales, CPAS). Chaque accueillante signe une convention avec l’un de ces services, qui l’encadre dans l’exercice de son métier. Une fois par mois, un assistant social du service effectue une visite dans le mil...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Céline Teret

Céline Teret

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)