Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale

Archives

Économie sociale et acteurs publics locaux : convergences bruxelloises

« La création d’emplois d’économie sociale dans les communes bruxelloises », tel était le sujet d’un colloque organisé ce 18 septembre dans lecadre du partenariat Creasoc (voir encadré). Au centre de la matinée, la question du soutien que peuvent apporter les pouvoirs publics locaux, principalement communes et CPAS, auxinitiatives d’économie sociale implantées sur leur territoire.

21-09-2007 Alter Échos n° 236

« La création d’emplois d’économie sociale dans les communes bruxelloises », tel était le sujet d’un colloque organisé ce 18 septembre dans lecadre du partenariat Creasoc (voir encadré). Au centre de la matinée, la question du soutien que peuvent apporter les pouvoirs publics locaux, principalement communes et CPAS, auxinitiatives d’économie sociale implantées sur leur territoire.

Des témoignages concrets d’entrepreneurs, ce sont deux modèles qui se sont dégagés, l’un parapublic (paracommunal en l’occurrence) incarné parle Stic (Service de travaux d’intérêt collectif) de Saint-Josse, créé en 1998 par la Mission locale de Saint-Josse, et le restaurant « Les uns et les autres» de la Mission locale de Molenbeek, et l’autre, totalement privé, représenté par Casablanco (Construction). Il s’avère évidemment que, mêmedans ce dernier cas, le soutien des pouvoirs publics locaux, est loin d’être négligeable, en termes d’information, de mise à disposition de locaux et bien sûr deconsommation. Mais c’est également en termes d’ajudications de marchés publics que des partenariats fructueux pourraient se nouer (via, notamment la possibilité légale deréserver certains marchés à des entreprises d’économie sociale). À cet égard, l’exposé de Raphaël Dugaillez, formateur et consultantindépendant, spécialisé dans les clauses sociales des marchés publics a montré l’ampleur du travail qui restait à accomplir pour donner à la loide 2003, qui introduit la possibilité de clauses sociales en matière de marchés publics, son plein potentiel. Un atelier qui y était consacré a donnél’occasion de constater la méconnaissance qui subsistait dans le chef des acteurs, tant publics que de l’économie sociale quant aux possibilités qui leurétaient ouvertes en la matière depuis 2003.

La collaboration entre des acteurs tels que les CPAS et les entreprises d’économie sociale apparaît désormais d’autant plus naturelle que leurs logiques de travail sontconvergentes. Ainsi, dans leurs interventions conclusives, Thomas Lemaigre, directeur de l’Agence Alter et Jean-Pierre Pollenus, directeur de Febecoop, ont-ils mis en évidence,d’une part, la logique d’accompagnement individualisé et d’activation qui est au cœur de la démarche des CPAS depuis leur création – et quis’est accentuée depuis la réforme de 2002 instituant le revenu d’intégration sociale – et, d’autre part, l’importance croissante qu’ont priseles objectifs d’insertion dans le travail des entreprises d’Économie sociale. De toute évidence, il y a là convergence des logiques et nécessitéd’un travail en partenariat.

Ilde et EI en développement

Au-delà des communes, c’est évidemment la Région qui est un acteur central du soutien à l’économie sociale, particulièrement depuisl’ordonnance du 18 mars 2003 relative à l’agrément des EI (Entreprises d’insertion) et Ilde (Initiatives locales de développement de l’emploi. Le ministrebruxellois de l’Économie et de l’Emploi, Benoît Cerexhe (CDH) a en effet rappelé que ce sont 53 projets (10 EI et 43 Ilde) qui sont désormais reconnus dans cecadre, contribuant ainsi à la création nette de 891 équivalents temps plein.

Créasoc Kesaco ?

Projet retenu par l’agence FSE dans le cadre du fonds Equal, Créasoc entend contribuer à la croissance de l’économie sociale sur le territoire bruxellois1. Celasignifie d’une part renforcer les compétences en amont, en formant les futurs cadres du secteur, et d’autre part, offrir des possibilités de conseil et d’accompagnement afin dedévelopper de nouvelles structures et de renforcer davantage les structures existantes. La mise en œuvre de ce projet a débuté en avril 2005. Il rassemble
– L’EPFC (Enseignement de promotion et de formation continue de l’ULB) : établissement de promotion sociale
– L’IRG (Institut Roger Guilbert) : établissement de promotion sociale
– SAW-B (Solidarité des alternatives wallonnes et bruxelloises) : fédération d’entreprises d’économie sociale
– L’Agence Alter : organisme de recherche et de consultance et agence de presse spécialisée dans le domaine de l’économie sociale
– Crédal : agence-conseil et coopérative de Crédit alternatif
– Groupe One : groupe de recherche et d’action sur le développement durable et le développement économique local
Ainsi que trois partenaires européens (italien, polonais et anglais)

1. Voir le site : http://www.creasoc.be

Edgar Szoc

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)