Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Pinterest Impression
Edito
Vos données vous révèlent. Pour le meilleur comme pour le pire ?

Droits d’accès

Alter Échos n° 438 6 février 2017 Sandrine Warsztacki

Une fois n’est pas coutume, Theo Francken lance une mesure dont les professionnels du social pourront se réjouir ! Le secrétaire d’État, plus connu pour son portefeuille à l’Asile et à la Migration qu’à la Simplification administrative, vient d’annoncer la création d’une base de données recensant les interventions sociales auxquelles les citoyens peuvent prétendre afin d’automatiser l’accès à une série de droits sociaux.

À l’heure où la lutte contre la fraude sociale fait l’objet de toutes les attentions, le non-recours des droits sociaux est un phénomène qui commence à peine à être étudié en Belgique, mais qui est déjà documenté dans d’autres pays d’Europe, constations-nous dans le dossier d’Alter Échos : « Droits sociaux entre abus et oubli » (Alter Échos n°403-404, mai 2015). Ne pas recourir à ses droits peut avoir un coût pour la société. C’est une évidence, par exemple, en matière de santé et de prévention.

Des bases de données pour un meilleur accès aux droits ? Voilà qui n’est pas automatique…

La gestion informatique centralisée des données personnelles est un moyen efficace pour lutter contre le phénomène du non-recours. Côté pile, l’échange des données facilite la vie des administrés, à commencer par les moins nantis d’entre eux. Côté face, certains observateurs s’inquiètent du danger qu’il peut représenter, notamment, en termes de respect de la vie privée (lire notre dossier : « Big data, Bug brother »).

La centralisation des données est un outil à double tranchant. Le logiciel Mediprima permet de fluidifier l’échange d’informations entre CPAS, hôpitaux et le SPP Intégration sociale pour faciliter l’accès à l’aide médicale octroyée par les CPAS (lire notre article « Mediprima, une porte vers les soins ? »). Si les objectifs poursuivis semblent globalement atteints, des voix s’inquiètent d’une possible restriction de l’accès aux soins des personnes en situation irrégulière. « La rigidité administrative du système informatique ne permet plus d’ajuster souplement les encodages aux réalités vécues », explique Stéphane Roberti, président du CPAS de Forest, qui s’inquiète de la possibilité que Mediprima devienne un outil pour harmoniser les pratiques en les nivelant par le bas. Des bases de données pour un meilleur accès aux droits ? Voilà qui n’est pas automatique…

 

 1. Francken : « L’octroi des aides sociales sera automatique » Le Soir 26/01

A la Une