Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Drisu : bilan de mission sur les services d'aide sociale"

21-02-2000 Alter Échos n° 69

Fin décembre, il a été décidé de reconduire les missions Cocof (Commission communautaire française) de la Drisu (Délégation régionaleinterministérielle aux solidarités urbaines) pour une période de deux ans. Ces missions relèvent du cabinet du secrétaire d’État Hutchinson, membre ducollège de la Cocof, en charge du Budget, de la Famille et de l’Action sociale 1. Actuellement, le Conseil consultatif de la Cocof examine les recommandations transmises par la Drisu 2.Celles-ci sont au nombre de douze et sont axées sur le renforcement de l’accueil de première ligne et la coordination des différents acteurs :
n mettre l’accent sur la complémentarité entre la qualité des services collectifs d’une part, et le renforcement de la participation de tous les Bruxellois audéveloppement de la ville d’autre part ;
n favoriser l’accès des «habitants en difficulté sociale» aux équipements de la ville (emploi, logement, etc.), leur fournir les moyens de devenir des acteurs de laville ;
n coordonner les politiques de proximité autour de «trois champs complémentaires d’intervention» : «le développement local et la revitalisation des quartierspopulaires axés sur la problématique du revenu ; la mobilisation des ressources d’éducation, de formation et d’expression culturelle axées sur les questionsgénérales de culture ; la prise en charge des demandes sociales et sanitaires, leur traitement et leur prévention secondaire» ;
n faire de l’action communautaire le fondement du travail social ;
n redéployer les services et les équipements communautaires sur le territoire bruxellois, avec pour priorité les quartiers en crise ;
n lancer une concertation Cocof-Communauté française sur les modalités d’accueil et de prise en charge des familles ;
n créer «un nouvel organe de concertation régional francophone chargé de suivre et d’évaluer le volet social des opérations de développement local etde revitalisation des quartiers» ;
n «Promulguer un décret cadre qui régisse les modalités de relations et de contractualisation entre l’autorité publique et les acteurs associatifs» ;
n instaurer dans le contrat de confiance avec le tiers secteur «des canaux propres d’informations et de consultations réciproques quant aux initiatives prises et aux observations faitessur le terrain (…) ; une concertation permanente, via les organes consultatifs, sur les enseignements à tirer des observations recueillies sur le terrain, sur les nouvelles initiatives deterrain et concernant les affectations données aux moyens alloués par la Cocof ; des espaces réservés à la négociation professionnelle entre lesreprésentants du collège, des patrons et des travailleurs du ou des secteurs subventionnés par la Cocof» ;
n entamer une large concertation régionale pour élaborer des indicateurs généraux d’observation des besoins sociaux et d’évaluation des actions dedéveloppement ; créer un observatoire régional du développement social, inviter les différents opérateurs à évaluer au niveau local leur actionpar rapport aux lignes de force du Plan régional de développement (PRD) et des Plans communaux de développement (PCD) ; confier aux CPAS le suivi et l’évaluation du voletsocial des PCD ; confier à la Drisu le suivi et l’évaluation du volet social du PRD ;
n définir les lignes de force de la coordination stratégique des politiques sociales dans le cadre du PRD et des PCD (coordination stratégique entre autorités publiques,coopérations administratives, coordinations sectorielles, tactiques du partenariat de terrain) ;
n «(…) Mener deux ou trois expériences de consortiums d’accueil réunissant chacun au moins un service généraliste, une dizaine de servicesspécialisés dans les différents domaines socio-sanitaire, un service d’urgence et au moins un CPAS. Chaque consortium disposerait de moyens complémentaires pour assurerl’information de ses composantes, la formation des agents d’accueil et le traitement des observations de terrain sur base d’indicateurs communs».
1 Bd du Régent 21-23 à 1000 Bruxelles, tél. : 02 506 34 11, fax : 02 511 88 59.
2 Rue Marché-aux-Poulets 7 à 1000 Bruxelles, tél. : 02 505 14 96, fax : 02 505 14 07.

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)