Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Emploi

Discrimination à l’embauche : l’ennemi intérieur

Des femmes issues de l’immigration sont pétrifiées à l’idée de se lancer dans le marché de l’emploi. Elles amenuisent elles-mêmes leurs chances de réussite. La pratique a un nom: l’intériorisation de la discrimination.

Les femmes d’origine étrangère vivent une double discrimination, de genre et de religion. CC BY-SA 2.0_Hernán Piñera

Des femmes issues de l’immigration sont pétrifiées à l’idée de se lancer dans le marché de l’emploi. Elles amenuisent elles-mêmes leurs chances de réussite. La pratique a un nom: l’intériorisation de la discrimination.

Oumou*, licenciée en science politique, se contente de «petits boulots de nègre» sans oser envoyer son CV à Mc Kinsey ou à d’autres grosses boîtes de consultance. Diplôme en développement web en main, elle n’a pas assez de confiance en elle pour se lancer. Sabotage, paralysie, déqualification (de-skilling), repli identitaire, ce sont les effets néfastes de ce phénomène peu connu, l’intériorisation de la discrimination, à savoir «des dispositions psychologiques intériorisées […] en raison d’une exclusion, qui constituent un obstacle supplémentaire à la recherche d’emploi»(1). Ce double mal frappe la personne victime de discrimination. Celle-ci, ayant peur de subir encore une fois un refus lié à sa différence (port du voile, couleur de la peau, accent), met en œuvre une série de comportements qui renforcent l’effet de l’exclusion, dans un cercle vicieux qui anéantit l’estime de soi. Tel est le constat des études «Stéréotype d’incompétence: les conséquences professionnelles d’une menace sociale»(2), réalisée en 2012 en France, et «Autodiscrimination: un obstacle supplémentaire dans la quête d’un emploi pour les jeunes issus de l’immi...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Des femmes issues de l’immigration sont pétrifiées à l’idée de se lancer dans le marché de l’emploi. Elles amenuisent elles-mêmes leurs chances de réussite. La pratique a un nom: l’intériorisation de la discrimination.

Oumou*, licenciée en science politique, se contente de «petits boulots de nègre» sans oser envoyer son CV à Mc Kinsey ou à d’autres grosses boîtes de consultance. Diplôme en développement web en main, elle n’a pas assez de confiance en elle pour se lancer. Sabotage, paralysie, déqualification (de-skilling), repli identitaire, ce sont les effets néfastes de ce phénomène peu connu, l’intériorisation de la discrimination, à savoir «des dispositions psychologiques intériorisées […] en raison d’une exclusion, qui constituent un obstacle supplémentaire à la recherche d’emploi»(1). Ce double mal frappe la personne victime de discrimination. Celle-ci, ayant peur de subir encore une fois un refus lié à sa différence (port du voile, couleur de la peau, accent), met en œuvre une série de comportements qui renforcent l’effet de l’exclusion, dans un cercle vicieux qui anéantit l’estime de soi. Tel est le constat des études «Stéréotype d’incompétence: les conséquences professionnelles d’une menace sociale»(2), réalisée en 2012 en France, et «Autodiscrimination: un obstacle supplémentaire dans la quête d’un emploi pour les jeunes issus de l’immi...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Des femmes issues de l’immigration sont pétrifiées à l’idée de se lancer dans le marché de l’emploi. Elles amenuisent elles-mêmes leurs chances de réussite. La pratique a un nom: l’intériorisation de la discrimination.

Oumou*, licenciée en science politique, se contente de «petits boulots de nègre» sans oser envoyer son CV à Mc Kinsey ou à d’autres grosses boîtes de consultance. Diplôme en développement web en main, elle n’a pas assez de confiance en elle pour se lancer. Sabotage, paralysie, déqualification (de-skilling), repli identitaire, ce sont les effets néfastes de ce phénomène peu connu, l’intériorisation de la discrimination, à savoir «des dispositions psychologiques intériorisées […] en raison d’une exclusion, qui constituent un obstacle supplémentaire à la recherche d’emploi»(1). Ce double mal frappe la personne victime de discrimination. Celle-ci, ayant peur de subir encore une fois un refus lié à sa différence (port du voile, couleur de la peau, accent), met en œuvre une série de comportements qui renforcent l’effet de l’exclusion, dans un cercle vicieux qui anéantit l’estime de soi. Tel est le constat des études «Stéréotype d’incompétence: les conséquences professionnelles d’une menace sociale»(2), réalisée en 2012 en France, et «Autodiscrimination: un obstacle supplémentaire dans la quête d’un emploi pour les jeunes issus de l’immi...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Alessandra Leo

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)