Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Environnement/territoire

Des subprimes US au photovoltaïque wallon

Le développement d’un mécanisme basé sur le tiers payant pour s’équiper en panneaux photovoltaïques vire à la banqueroute. Les cessations de paiement et les faillites des sociétés qui proposaient ce montage vont causer une casse sociale importante, renforcée par l’octroi inconsidéré de crédits par des prêteurs ayant pignon sur rue.

03-03-2014

Des transactions commerciales spéculant sur des équilibres économiques fragiles et des produits financiers octroyés en dépit de toute prudence : tel a été le scénario qui s'est développé sur le marché immobilier US, avec la possibilité pour un public peu favorisé d'accéder à la propriété moyennant des crédits hypothécaires à taux variables et garantis par une hypothèque. Lorsque le taux directeur de la Réserve fédérale s'emballe entre 2004 et 2007, les mensualités dues pour ces emprunts enflent et les ménages fortement endettés au regard de leur budget limité n'arrivent plus à rembourser leur prêt. Etant donné le nombre important de biens immobiliers saisis et vendus pour couvrir les prêts dénoncés, le marché immobilier flanche et le montant de revente des biens saisis ne suffit plus à rembourser les prêteurs. Le fait que ces créances aient été titrisées exporte alors ce bug à l'échelle de la planète.
Un montage hasardeux
On n'est clairement pas dans ce scénario-catastrophe avec le mécanisme mis en place par une série de sociétés proposant des panneaux photovoltaïques, selon le modèle du tiers payant. Pas d'effets boule de neige à l'échelle mondiale, mais des dégâts sociaux considérables, notamment dans le chef de près de 3 000 familles wallonnes peu aisées qui se sont laissées attirer par ce miroir aux alouettes. Le marché du photovoltaïque s'est considérablement développé de...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Nathalie Cobbaut

Nathalie Cobbaut

Rédactrice en chef Échos du crédit et de l'endettement

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)