Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Logement

Des compteurs « zlotyvores »

D’ici 2020, 16,5 millions de foyers polonais devront s’équiper de compteurs intelligents qui coûteront 500 zlotys (115 euros) au consommateur final.

25-05-2012 Alter Échos n° 339

D’ici 2020, 16,5 millions de foyers polonais devront s’équiper de compteurs intelligents. La facture sera revue à la hausse, car chaque compteur coûtera 500 zlotys (115 euros) au consommateur final. Les Polonais craignent pour leur portefeuille, et aussi pour le respect de leur vie privée.

Des compteurs intelligents, des tarifs sociaux, un minimum garanti pour les plus démunis et une plus grande utilisation des énergies renouvelables dans les foyers, ce sont les promesses du nouveau projet de loi énergétique en Pologne. Depuis, les investissements dans les compteurs dynamiques d’électricité prennent de l’ampleur. Energa, l’un des opérateurs majeurs du Nord du pays, vient de signer un accord pour la fourniture et l’installation de plus d’un demi-million de compteurs intelligents. Montant du contrat : 890 millions de zlotys (185 millions d’euros). Un record dans ce pays qui a partiellement libéralisé son marché en 2009.

Energa prévoit d’échanger jusqu’à 100 000 compteurs avant la fin de l’année. Avec les autres opérateurs qui lui emboîtent le pas. A petite échelle, mais la course est lancée. Car conformément à la directive de l’UE, d’ici 2020, la Pologne doit équiper 80 % des ménages avec des compteurs intelligents. Le projet de loi ministériel pousse même ces exigences plus loin. Il propose que dans le même temps, tous les compteurs traditionnels soient remplacés.
Selon différentes estimations, le coût global de cette transition pourrait s’élever à 10,2 milliards de zlotys (2,36 milliards d’euros). A charge des entreprises. Mais selon les experts, ce pourrait être de l’argent dépensé inutilement. « Jusqu’à présent en Pologne, seuls des projets pilotes ont été réalisés. Mais il n’y a aucune analyse sur la viabilité économique du projet. Par conséquent, il est très difficile d’estimer l’impact de ces appareils sur la facture du consommateur », explique Piotr Begier, expert auprès de la Société polonaise de transmission et de distribution d’électricité (PTPIREE), dans une interview au journal Rzeczpospolita.

Pas d’analyse solide

Or selon la directive 2009/72/CE relative au marché énergétique commun, chaque Etat membre devrait effectuer, d’ici septembre 2012, une analyse du rapport coût-efficacité des compteurs intelligents. Mais en Pologne, toujours rien à l’horizon. « Le nouveau projet de loi prévoit bien un plan pour l’installation de compteurs intelligents, mais il n’a pas été avalisé par une analyse appropriée », souligne Jakub Tomczak, manager Global Renewable Energy Services chez Ernst & Young.

Le document qui accompagne le projet de loi affirme pourtant que l’introduction des compteurs intelligents permettra d’économiser environ 4,8 milliards de zlotys (1,109 milliard d’euros) aux consommateurs. Mais selon les observateurs, ces bénéfices reposent sur un changement radical du comportement des consommateurs, une consommation énergétique plus efficiente, ainsi que sur la réduction des pics de consommation d’énergie pendant la journée.

« Des hypothèses théoriques, non testées dans la pratique et basées sur des expériences pilotes réalisées à l’étranger, mais qui ne peuvent être directement comparées aux réalités polonaises », insiste Jakub Tomczak. Car si les Irlandais qui ont pris part à un programme pilote ont réussi à économiser 5 % sur leurs factures mensuelles, les ménages polonais qui se prêtent au même jeu ne sont pas suffisamment sensibilisés aux réductions d’énergie.

« Bien sûr, les coûts d’installation seront répercutés sur la facture des consommateurs. On parle d’environ 500 zlotys annuels pendant huit ans », pointe le consultant. Pour les entreprises énergétiques par contre, cette nouvelle donne s’avère très bénéfique. « Il leur sera plus facile de localiser les voleurs d’énergie. Ces dispositifs améliorent aussi la lecture des données à distance », observe Jakub Tomczak. Ce qui fait craindre aux Polonais une ingérence dans leur vie privée.

Rafal Naczyk

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)