Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

“Création d’une “Boutique emploi” à Braine-le-Comte”

31-08-1998 Alter Échos n° 35

Les Facultés économiques de l’Université de Mons, les CPAS de Mons et de Braine-le-Comte sont à l’initiative d’un projet de création d’une «Boutiqueemploi»1. Le concept est emprunté aux Canadiens (les «Clubs emploi») et connaît un succès croissant en France depuis 1994. De quoi s’agit-il ? La Boutique est unlieu ouvert à toute personne en recherche d’emploi, qu’elle soit chômeuse, minimexée ou simplement inquiète de perdre son travail. Elle leur offre quatre types de services :
n la rédaction de CV, mise à disposition d’annonces, de journaux, de banques de données, d’ordinateurs, d’une photocopieuse et de téléphones (1 pour 3personnes).
n un réseau de soutien à l’emploi. En clair, il s’agit d’une remise en confiance du candidat à l’emploi qui rencontre des problèmes d’estime de sa personne,d’agressivité et ce par une série de techniques comportementales empruntées à Henry Laborit (jeux de rôle, vidéo, usage du rire et de l’humour).
n le «Club de l’emploi». C’est un groupe de recherche active d’emploi qui se base sur des techniques canadiennes de dynamique de groupe, mise en situation par des simulations d’entretienstéléphoniques ou d’entretiens d’embauches. L’encadrement par un groupe sert à casser le lien individuel que la personne a établi avec l’institution. Le candidat estencouragé à développer son réseau de connaissances (le fameux bouche à oreille) car si on se fie aux études publiées dans le domaine de la recherched’emploi, 80 % des emplois sont trouvés grâce à des connaissances et seulement 20 % par petites annonces. Les participants élaborent alors une petite fiche destinéeà se faire connaître auprès des personnes contactées. Après quatre semaines full-time (38 à 40 heures/semaine), les participants sont envoyés sur leterrain et bénéficient d’un suivi à long terme.
n la récolte d’informations sur différentes pistes d’emplois.
Claire Houart a été détachée du service d’insertion du CPAS de Braine-le-Comte pour mener à bien ce projet : «Ce qui est intéressant dans ladémarche belge», explique-t-elle, «c’est qu’il ne s’agit pas que d’une inititiative universitaire, elle se fait en collaboration avec les CPAS et inclut la boutique dans lesprojets d’économie sociale de la région. Par exemple, au mois d’octobre, débutera un service de transport social géré par des minimexés qui permettra, entreautres, d’acheminer vers notre boutique les personnes ne disposant pas de moyens de transport. Nous avons également créé une association pour lancer notre projet, elle regrouperales cinq communes limitrophes de Braine-le-Comte où sera implantée la Boutique».
Si la Boutique ne verra le jour qu’à la mi-99, d’ores et déjà diverses initiatives se mettent en place. Le 14 septembre, un «déjeuner pour l’emploi» estorganisé à Braine-le-Comte afin de sensibiliser et d’informer les employeurs potentiels. Le 19 septembre débute une campagne publicitaire invitant les habitants del’entité de Braine-le-Comte à donner leurs avis et leurs idées pour promouvoir l’emploi dans la région. Ces différents formulaires seront à déposerdans des urnes installées chez les commerçants et seront dépouillés le 16 octobre au salon de «La formation à l’information». Ils seront affichéssur «un mur pour l’emploi» et serviront à interpeller les autorités communales sur le problème de l’emploi dans la commune. Au niveau du budget, Claire Houart tablesur 4,5 à 5 millions par an. La Boutique devrait créer trois plein-temps : un(e) secrétaire, un(e) responsable-animateur(trice) et un(e) animateur(trice). Dans un premier temps,le projet sera subsidié pour moitié par le FSE (Fonds social européen) et pour l’autre moitié par la Région wallonne. Une fois le projet démarré, ildevrait fonctionner sur une répartition de subsides d’un tiers provenant des pouvoirs communaux, un tiers des pouvoirs régionaux et fédéraux et le dernier tiers dusponsoring des employeurs et des entreprises.
1 Claire Houart, CPAS de Braine-le-Comte, rue de la Bienfaisance 12A à 7090 Braine-le-Comte, tél. 067/55 34 23 ou Denis Martens, gestionnaire du projet, Université de Mons,Faculté d’économie Warocqué, UMH, 7000 Mons.

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)