Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Pinterest Impression
La chronique de maître Corbeau

Avec ou sans avocat ?

Alter Échos n° 476 16 septembre 2019 Nathalie Cobbaut

En justice de paix, se défendre seul est monnaie courante. Ça l’est nettement moins en correctionnelle. Or, l’assistance d’un avocat dans le «cirque» très codifié de la justice paraît indispensable.

Justice de paix du 1er canton de Bruxelles. Le 20 août dernier. Les affaires reprennent après les vacances judiciaires. Le juge de paix est installé avec son greffier à sa gauche et l’huissier d’audience. La plupart des plaideurs sont avocats. Ils expliquent rapidement la situation, déposent un petit dossier et le juge annonce sa décision pour une audience ultérieure. Ils représentent, pour la ...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Échos. Commandez votre exemplaire en ligne et/ou consultez nos offres d'abonnement ! La revue Alter Échos est également disponible à la vente en librairie. Vous êtes déjà abonné à notre édition numérique ? Connectez-vous pour accéder à l'ensemble de nos contenus ! Soutenez un projet de presse indépendant & critique ! Lisez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous...

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Lisez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous…

A propos de l'auteur(e)

Nathalie Cobbaut

Nathalie ne manque pas d’héros/héroïnes. Pêle-mêle : Truman Capote, Renaud quand il savait encore chanter, Isadora Duncan, Jessica Lang dans les bras de King Kong, Wes Anderson et Émile Zola. Originaire de Bruxelles, Nathalie alias « the brain » commence par des études de droit - selon les standards de l’époque, « il faut faire des études sérieuses -, » avant de s’attaquer au journalisme. Elle aimerait habiter son rêve : « écrire des histoires de gens ». En attendant son heure, elle fait du journalisme parce que la curiosité est une magnifique qualité qui permet d’informer, analyser, critiquer et d’accéder à la complexité. nathalie [dot] cobbaut [at] alter [dot] be

A la Une