Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Maitre Corbeau

Avec ou sans avocat ?

Des risques de comparaître sans avocats… Maître Corbeau s’en est allée glaner quelques infos de première main dans les prétoires.

maitre corbeau

En justice de paix, se défendre seul est monnaie courante. Ça l’est nettement moins en correctionnelle. Or, l’assistance d’un avocat dans le «cirque» très codifié de la justice paraît indispensable.

Justice de paix du 1er canton de Bruxelles. Le 20 août dernier. Les affaires reprennent après les vacances judiciaires. Le juge de paix est installé avec son greffier à sa gauche et l’huissier d’audience. La plupart des plaideurs sont avocats. Ils expliquent rapidement la situation, déposent un petit dossier et le juge annonce sa décision pour une audience ultérieure. Ils représentent, pour la plupart, des propriétaires ou des sociétés de logement social qui demandent une résiliation de bail, un plan de paiement pour des arriérés de loyer ou un report d’audience. Ce matin-là, les affaires sont principalement jugées par défaut, en l’absence des locataires. Pourtant, dans le ballet de toges noires à bavette blanche, une dame se présente seule devant le juge: elle a 1.500 euros de retard de loyer, elle s’est mise d’accord avec le Foyer bruxellois pour un paiement de 50 euros par mois jusqu’à apurement de la dette et vient à l’audience pour que le juge entérine l’accord. Le juge de paix prévient la dame: «Si vous ne payez pas ces arriérés, le bail sera résilié et la totalité des montants, due.» Il ponctue cette phrase par une question: «Vous avez bien compris, Madame?» Elle opine du...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Nathalie Cobbaut

Nathalie Cobbaut

Rédactrice en chef Échos du crédit et de l'endettement

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)