Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Sans-abrisme

Alain Maron : « Ma priorité, c’est la réinsertion sociale des sans-abri »

En novembre 2018, il y avait dans la région bruxelloise 4.187 sans-abri, dont 612 enfants. Inacceptable pour le ministre Écolo de l’Action sociale, Alain Maron,qui a décidé de sortir l’artillerie lourde sur le plan budgétaire, sans attendre les arbitrages de mars. Mais le ministre veut aussi de changer de stratégie. Finis les plans « hiver », place à l’accès immédiat au logement via, notamment, le Housing First.

© Fanny Monier

En novembre 2018, il y avait dans la Région bruxelloise 4.187 sans-abri, dont 612 enfants. Inacceptable pour le ministre Écolo de l’Action sociale, Alain Maron, qui a décidé de sortir l’artillerie lourde sur le plan budgétaire, sans attendre les arbitrages de mars. Mais le ministre veut aussi changer de stratégie. Finis les plans «hiver», place à l’accès immédiat au logement via, notamment, le Housing First.

Alter Échos: Selon le centre d’appui d’aide aux sans-abri la Strada, le nombre de personnes sans logement a quadruplé en dix ans à Bruxelles. Comment expliquer ces chiffres désastreux, malgré tous les dispositifs existant déjà dans la capitale?

Alain Maron: Différents facteurs se conjuguent comme la détérioration de la situation sociale en général mais aussi un phénomène migratoire, propre à Bruxelles qui a amené un grand nombre de personnes en rue. Chez certains opérateurs, on estime que la moitié des sans-abri sont aussi sans papiers.

AÉ: Leur régularisation est une compétence fédérale. La Région n’a donc pas beaucoup d’outils pour réagir à ce phénomène?

AM: Oui et non. Ces personnes ont droit à l’aide médicale urgente et l’accord de gouvernement bruxellois prévoit d’harmoniser les pratiques des CPAS pour garantir l’accès aux droits fondamentaux. Par ailleurs, même des dispositifs comme Housing First ne sont pas nécessairement exclus aux personnes sans papiers...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

En novembre 2018, il y avait dans la Région bruxelloise 4.187 sans-abri, dont 612 enfants. Inacceptable pour le ministre Écolo de l’Action sociale, Alain Maron, qui a décidé de sortir l’artillerie lourde sur le plan budgétaire, sans attendre les arbitrages de mars. Mais le ministre veut aussi changer de stratégie. Finis les plans «hiver», place à l’accès immédiat au logement via, notamment, le Housing First.

Alter Échos: Selon le centre d’appui d’aide aux sans-abri la Strada, le nombre de personnes sans logement a quadruplé en dix ans à Bruxelles. Comment expliquer ces chiffres désastreux, malgré tous les dispositifs existant déjà dans la capitale?

Alain Maron: Différents facteurs se conjuguent comme la détérioration de la situation sociale en général mais aussi un phénomène migratoire, propre à Bruxelles qui a amené un grand nombre de personnes en rue. Chez certains opérateurs, on estime que la moitié des sans-abri sont aussi sans papiers.

AÉ: Leur régularisation est une compétence fédérale. La Région n’a donc pas beaucoup d’outils pour réagir à ce phénomène?

AM: Oui et non. Ces personnes ont droit à l’aide médicale urgente et l’accord de gouvernement bruxellois prévoit d’harmoniser les pratiques des CPAS pour garantir l’accès aux droits fondamentaux. Par ailleurs, même des dispositifs comme Housing First ne sont pas nécessairement exclus aux personnes sans papiers...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Martine Vandemeulebroucke

Martine Vandemeulebroucke

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)