Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Accueil des Mena  : la guerre de position

La trêve hivernale est finie. Des Mena dorment à nouveau à la rue. La guerre de compétence a repris.

01-04-2012 Alter Échos n° 335

En période de grand froid, des solutions d’urgence avaient permis d’accueillir des Mena. Le printemps est là  : la guerre de compétence peut reprendre. Des Mena dormentà nouveau à la rue. Et dans tout ça, quel rôle joue l’Aide à la jeunesse  ?

Les mineurs étrangers non accompagnés (Mena) ne sont pas sortis de l’auberge. Enfin si, ils sont sortis des auberges de jeunesse, qui ne les accueillent plus. On les trouve encoredans quelques hôtels de Bruxelles. Et toujours à la rue. Les services d’aide en milieu ouvert (AMO) n’en peuvent plus. Ils bricolent au quotidien pour trouver des solutions.Hébergement, vêtements, nourriture. Un travail harassant qui vampirise les services. « Cette énergie qu’on consacre aux Mena, c’est au détriment des missionshabituelles des AMO », regrette Saïda El Khonssi de l’AMO promo-jeunes1. « Nous passons beaucoup de temps à faire du droit des étrangers, ajouteKhaled Boutaffala, directeur de l’AMO Atmosphères2. Car tous les droits prévus dans la Convention internationale des droits de l’enfant sont bafoués quand on parle desMena. Et ce sont tous les jeunes de l’AMO qui en pâtissent. »

Sur le front, les lignes n’ont pas beaucoup bougé. La guerre d’usure se poursuit. Il y eut bien une trêve hivernale, évoquée dans Alter Echos  : lorsque lestempératures se mirent à plonger, des solutions improvisées furent trouvées, tant du côté de Fédasil que du côté de l’Aide à lajeunesse. Avec le retour du printemps, on en revient au problème de fond. Qui va donc accueillir ces mineurs  ? Fédasil, toujours débordé par la crise de l’accueil,n’héberge plus les Mena non demandeurs d’asile depuis longtemps. L’agence fédérale se contente de leur octroyer une place à l’hôtel lorsque le tribunal du travaill’y contraint.

L’Aide à la jeunesse, de son côté, estime prendre sa part avec ses centres spécialisés comme « El Paso », par exemple. Mais demanière générale, sa position est claire  : c’est à Fédasil de les accueillir. Dans ce contexte, l’Aide à la jeunesse ne s’aventure pas trop loin dans laprise en charge des Mena, de peur que Fédasil ne se décharge un peu plus de ses responsabilités. Conséquence  : l’Aide à la jeunesse rechigne bien souventà reconnaître l’état de danger des Mena laissés à la rue. Un état de danger qui, lorsqu’il est reconnu, entraîne une prise en charge.

L’Etat belge cité en référé

De nombreuses associations, sous l’impulsion de Menamo, ont cité en référé l’Etat belge et Fédasil pour « leur accueil indécent »des mineurs étrangers non accompagnés. On trouve, parmi les organisations qui se sont associées à la démarche, la Ligue des droits de l’homme, le Centre d’actionlaïque, la Coordination des ONG pour les droits de l’enfant ainsi que des fédérations de l’Aide à la jeunesse.

Les associations dénoncent les violations du droit international (Convention internationale des droits de l’enfant), du droit national (loi du 12 janvier 2007 sur l’accueil des demandeursd’asile) et de la Constitution.

Extrait  : « Il est notoire que le premier cité (l’Etat belge) ne remplit pas ses engagements internationaux, et que la seconde citée (Fedasil) n’assure pas sesmissions légales, sous prétexte d’une interminable “crise de l’accueil”, que l’Etat fédéral et Fedasil ont toutefois pour mission d’enfin résoudre. Les citésobligent des enfants étrangers non accompagnés, spécialement ceux qui ne sont pas demandeurs d’asile, à tenter de survivre à la rue. Pour d’autres, Fédasilles héberge dans des hôtels souvent insalubres (…) l’aide matérielle fait totalement défaut  : les enfants ne reçoivent ni nourriture, ni habillement, niaccompagnement médical, social ou psychologique, et n’ont pas accès à l’aide juridique. »

Des prises en charge par l’Aide à la jeunesse

A partir de janvier, le Service d’Aide à la jeunesse de Bruxelles a payé l’hébergement de certains Mena à l’hôtel La Potinière, à Schaerbeek.« C’était un premier pas de la part du SAJ », admet Charlotte Van Zeebroeck de l’association Menamo3, qui se bat pour les droits des Mena. Et d’ajouter  :« Cette aide était incomplète. Les Mena ne recevaient rien pour l’habillement, la nourriture, les soins. L’aide de base n’y était pas ». Aujourd’hui encore,des Mena dorment à La Potinière. Ils seraient une quinzaine. Mais ils sont de plus en plus rares à obtenir ce sésame. Toujours selon Charlotte Van Zeebroeck,« le SAJ n’aide plus les Mena. Il refuse désormais de les prendre en charge. Les Mena vont dans des squats ou à la rue », ce dont témoigne Saïda ElKhonssi qui accompagne des Mena devant le conseiller de l’Aide à la jeunesse. Ce dernier leur aurait opposé un refus catégorique. Menamo ne « demande pas que l’Aideà la jeunesse accueille tous les Mena. Mais simplement qu’elle octroie une aide subsidiaire et temporaire, le temps que Fédasil soit condamné à héberger unMena ». En gros  : un accueil de quelques semaines, le temps que le référé introduit contre Fédasil aboutisse.

Une idée qui ne convainc guère la ministre de l’Aide à la jeunesse, Evelyne Huytebroeck (Ecolo)  : « Nous n’avons pas les structures pour cela, ni lescompétences directes. Mais surtout nous n’avons pas les moyens. Nous ne voulons pas nous désengager, mais c’est un travail qui doit se faire entre Fédasil et l’Aide à lajeunesse. J’ai aussi demandé à Annemie Turtelboom (Open-VLD, ministre de la Justice), qu’elle fasse nommer plus rapidement les tuteurs pour que des contacts plus rapides soient prisavec le Service d’Aide à la jeunesse. Il faut un accord de coopération avec Maggie De Block (Open-VLD, la ministre en charge de l’Asile, de l’Immigration et de l’Intégrationsociale). Mais il n’a jamais été question que l’Aide à la jeunesse prenne en charge tous les Mena. Le fait qu’ils soient Mena ne justifie pas qu’ils soient endanger. »

Un aveu d’impuissance du SAJ

Jusqu’où l’Aide à la jeunesse doit-elle intervenir pour ces Mena  ? Une question que se pose chaque jour le Service d’Aide à la jeunesse de Bruxelles4. FrancineRoose, conseillère adjointe, réfute la version des faits présentée par Menamo  : « Avant janvier, nous trouvions des solutions dans les circuits de l’Aideà la jeunesse pour des Mena. Puis en janvier, il y a eu un afflux de demandes. Tout le monde a été débordé. Il a donc fallu se tourner vers les auberges de jeunesseet vers des hôtels, qui ne sont pas de bonnes solutions. L’idée
était que ces prises en charge soient transitoires, le temps de trouver d’autres solutions ou qu’un recoursaboutisse. Mais il n’y a pas assez de tuteurs, alors ces prises en charge se prolongent. Nous cherchons des solutions d’urgence au quotidien. Le problème, c’est que les auberges de jeunessen’acceptent plus d’accueillir ces jeunes, ni les hôtels. Plus personne ne veut des Mena. L’Aide à la jeunesse est bouchée. Je ne sais pas ce qu’on va faire. On est au bout. C’estdonc vrai que depuis quelques jours il n’y a plus de place. » Un aveu d’impuissance qui interpelle. Et un discours qui se veut en décalage par rapport aux affirmations de Menamo,« pour nous, un Mena est un mineur comme les autres. Et un mineur à la rue est un mineur susceptible d’être en danger », dit Francine Roose. Elle regrette queMenamo ne se rende pas compte « des interpellations que le Service d’Aide à la jeunesse fait sans arrêt. Tout le monde est mobilisé face à cette situationcomplètement folle. »

Situation folle, imbroglio, confusion. Les mots ne manquent pas pour décrire l’impasse dans laquelle se trouvent les Mena. Qu’ils soient à la rue à cause des hôtels quine les acceptent plus ou par manque de volonté de l’Aide à la jeunesse, cela ne change pas grand-chose. Qu’on rappelle inlassablement que l’accueil des Mena est essentiellement unecompétence de Fédasil ne modifie rien. La situation est la même  : des mineurs dorment à la rue. Certes, les discussions entre l’Aide à la jeunesse,l’Intégration sociale et autres « partenaires » ont repris. Mais cela suffira-t-il  ?

1. Promo-jeunes, métro de Brouckère :
– adresse : 11-12 à 1000 Bruxelles
– tél.  : 02 218 27 86
– site  : www.promojeunes-amo.be
2. AMO Atmosphères :
– adresse : place de la Reine, 35 à 1030 Bruxelles
– tél.  : 02 218 87 88
– courriel  : contact@atmospheres-amo.be
– site  : www.atmospheres-amo.be
3. Menamo :
– adresse : rue du Marché-aux-Poulets, 30 à 1000 Bruxelles
– site  : www.menamo.net
4. Service d’Aide à la jeunesse de Bruxelles :
– adresse : rue du Commerce, 68 à 1040 Bruxelles
– tél.  : 02 413 39 18
– courriel  : saj.bruxelles@cfwb.be

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Journaliste (jeunesse, aide à la jeunesse et migrations)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)