Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Violence scolaire : déconstruire les clichés

“La violence à l’école, c’est la faute à Laurette. Aujourd’hui, les élèves sont plus violents qu’avant. Et surtout dans les milieuxdéfavorisés…” Des réactions comme celles-là, il en pleut. Après 10 ans de coordination des études réalisées par le mouvementsociopédagogique CGé (ChanGements pour l’égalité), Benoît Galand1, par ailleurs enseignant et chercheur en psychologie à l’UCL, fait le pointsur son travail de coordination des études et tord le cou à une série d’idées reçues dans une conférence intitulée “Violences à l’école,un faux problème ?” programmée le samedi 18 août dans le cadre des Rencontres Pédagogiques d’été à Wépion.

28-08-2007 Alter Échos n° 233

"La violence à l'école, c'est la faute à Laurette. Aujourd'hui, les élèves sont plus violents qu'avant. Et surtout dans les milieuxdéfavorisés…" Des réactions comme celles-là, il en pleut. Après 10 ans de coordination des études réalisées par le mouvementsociopédagogique CGé (ChanGements pour l'égalité), Benoît Galand1, par ailleurs enseignant et chercheur en psychologie à l’UCL, fait le pointsur son travail de coordination des études et tord le cou à une série d'idées reçues dans une conférence intitulée "Violences à l'école,un faux problème ?" programmée le samedi 18 août dans le cadre des Rencontres Pédagogiques d'été à Wépion.« Violence : de quoi parle-t-on ? »Pour analyser la violence scolaire, un phénomène qui peut arriver dans n'importe quelle classe ou n'importe quel établissement, le chercheur Benoît Galand refuse de secontenter des idées reçues véhiculées par le public et les médias. "De quoi parle-t-on, précise-t-il, des délits, des chahuts, de l'indiscipline, dela violence institutionnelle, des enseignants confronté...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)