Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Santé

VIH : les discriminations persistent

Les discriminations à l’égard des personnes séropositives se maintiennent. C’est ce qui est ressorti de la conférence organisée en décembre dernier sur la lutte contre les discriminations liées au VIH et dont le compte-rendu vient d’être mis en ligne.

30-01-2015
© Flickrcc Den Flater

Les discriminations à l’égard des personnes séropositives se maintiennent. C’est ce qui est ressorti de la conférence organisée en décembre dernier sur la lutte contre les discriminations liées au VIH et dont le compte-rendu vient d’être mis en ligne.

Une étude menée récemment en France atteste de la persistance des discriminations envers les personnes séropositives. C’est ce qu’ a expliqué Élise Marsicano, de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, lors du colloque organisé le 4 décembre dernier par la Plate-forme Prévention Sida et l’Observatoire du sida et des sexualités. 26 % des personnes séropositives interrogées ont ainsi déclaré avoir subi des traitements injustes au cours des deux dernières années, principalement dans les domaines des soins, de la famille et de la recherche d’emploi. Et ce sont les femmes, en particulier les femmes immigrées, qui semblent être les plus touchées. Les personnes séropositives ne sont pas uniquement discriminées sur base de leur séropositivité, démontre aussi cette étude, mais aussi en fonction d’autres facteurs comme leur couleur de peau ou leur orientation sexuelle. Pour en avoir plus, lisez l’article « Les personnes vivant avec le VIH face aux discriminations en France métropolitaine ».

En Belgique aussi, les discriminations à l’égard des personnes séropositives se maintiennent, a rapporté Charlotte Pezeril, de l’Observatoire du sida et des sexualités. Trois domaines sont particulièrement concernés. Les assurances, tout d’abord. On y note des difficultés pour accéder à l’emprunt et donc à la propriété, suite à des refus d’assurances solde restant dû. Les compagnies d’assurances demandent aussi des surprimes allant jusqu’à 400 %. Enfin, il existe un risque de rupture de la confidentialité dans le cas des assurances-groupe professionnelles (pour les couvertures santé), souligne le rapport du colloque. Dans le domaine de l’emploi : les licenciements, refus d’embauche ou blocages de carrière suite à l’annonce ou au dévoilement de la séropositivité restent des discriminations majeures rapportées au Centre pour l’égalité des chances et de lutte contre le racisme. La séropositivité conduit aussi à des situations de chantage (à la révélation ou au procès) voire de harcèlement dans la sphère de la vie privée et familiale.

« La séropositivité n’est pas toujours reconnue par l’Office des étrangers comme élément donnant droit à une autorisation de séjour pour motifs médicaux (article 9ter) », a-t-on aussi rappelé lors de cette conférence. Rémy Demeester, du centre référence sida du CHU de Charleroi, a rapporté que, en 2013, seules 1,6 % (148/9010) des demandes d’autorisations de séjour pour ce motif ont été acceptées (dont 129 de manière temporaire et 19 définitivement). 316 ont reçu un refus de prolongation de séjour temporaire précédemment accordé. Lire à ce sujet notre article du 15.11.2013 : « Plan VIH, la fin des retours forcés ? »

Le compte-rendu du colloque est téléchargeable ici.

Lisez aussi notre article sur les discriminations des personnes séropositives dans le domaine des soins : « VIH, la discrimination contamine encore le corps médical ».

Marinette Mormont

Marinette Mormont

Coordinatrice web, contact freelances, journaliste (social, santé, logement).

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)