Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Logement

Vers des logements sociaux moins énergivores

Bruxelles et Wallonie entendent améliorer l’état énergétique des logements sociaux. Pour y parvenir, elles ont mis en place des plans différents. >>> Cet article vous intéresse? Découvrez la revue sous format papier & PDF pour 6€. Envoyez un mail avec «AE 413 + votre adresse » à mmx@alter.be

Bruxelles et Wallonie entendent améliorer l’état énergétique des logements sociaux. Pour y parvenir, elles ont mis en place des plans différents.
Article publié le 25 novembre 2015. 
Avec un parc immobilier âgé, ne répondant plus aux standards énergétiques actuels, l’efficacité énergétique des logements est devenue une priorité dans le sud du pays. Cela dit, en 2015, les performances énergétiques du parc locatif social sont pourtant, en moyenne, meilleures que celles du locatif privé. Le parc public, pour la moitié, témoigne de hautes performances énergétiques. C’est le cas des logements sociaux construits depuis 2008, notamment.
Voilà plus de dix ans que la Wallonie a lancé un vaste plan pour la rénovation énergétique du parc de logements sociaux, au travers du Programme exceptionnel d’investissements (PEI), et des logements rénovés au travers des programmes PIVERT1 et 2, un programme de travaux visant la performance énergétique du parc de logements sociaux locatifs, d’une ampleur de 400 millions d’euros. Ce dernier cible les logements les plus énergivores du parc et les amène à un haut niveau de performances énergétiques, en menant des travaux sur les déperditions au travers des parois, sur les besoins et pertes en chauffage et eau chaude sanitaire, sur la ventilation et l’étanchéité des habitations. Objectif affiché: une performance de 90 kWh/an/m2, ce qui représente une dim...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Bruxelles et Wallonie entendent améliorer l’état énergétique des logements sociaux. Pour y parvenir, elles ont mis en place des plans différents.
Article publié le 25 novembre 2015. 
Avec un parc immobilier âgé, ne répondant plus aux standards énergétiques actuels, l’efficacité énergétique des logements est devenue une priorité dans le sud du pays. Cela dit, en 2015, les performances énergétiques du parc locatif social sont pourtant, en moyenne, meilleures que celles du locatif privé. Le parc public, pour la moitié, témoigne de hautes performances énergétiques. C’est le cas des logements sociaux construits depuis 2008, notamment.
Voilà plus de dix ans que la Wallonie a lancé un vaste plan pour la rénovation énergétique du parc de logements sociaux, au travers du Programme exceptionnel d’investissements (PEI), et des logements rénovés au travers des programmes PIVERT1 et 2, un programme de travaux visant la performance énergétique du parc de logements sociaux locatifs, d’une ampleur de 400 millions d’euros. Ce dernier cible les logements les plus énergivores du parc et les amène à un haut niveau de performances énergétiques, en menant des travaux sur les déperditions au travers des parois, sur les besoins et pertes en chauffage et eau chaude sanitaire, sur la ventilation et l’étanchéité des habitations. Objectif affiché: une performance de 90 kWh/an/m2, ce qui représente une dim...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Pierre Jassogne

Pierre Jassogne

Journaliste (social, justice)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)