Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Dossier: prostitution

Une partie de campagne

Bien que moins visible qu’en ville, la prostitution à la campagne ne connaît pas la crise. Dans les provinces de Namur et de Luxembourg, le Net a considérablement changé la donne avec de plus en plus de travailleuses indépendantes qui reçoivent à domicile.

Illustration Mathilde Wauters

Bien que moins visible qu’en ville, la prostitution à la campagne ne connaît pas la crise. Dans les provinces de Namur et de Luxembourg, le Net a considérablement changé la donne avec de plus en plus de travailleuses indépendantes qui reçoivent à domicile.

À Arlon, «L’An 2000» est à vendre. Le long de la grand-route menant au Grand-Duché, les bars à champagne ne sont plus qu’un vestige du passé. La plupart sont en état de démolition. Il y a quelques années encore, ces clubs survivaient. «Il y avait une vie de nuit là-bas. On allait boire un verre, on y allait pour s’amuser. L’offre s’adressait à une clientèle occasionnelle. Mais il y a eu une volonté des autorités locales que ces bars disparaissent. Risques sanitaires, d’incendie ou de nuisances sonores, la commune avait toujours une bonne raison pour justifier une fermeture. À Arlon, la police a appliqué ces dernières années une politique plus ferme qu’ailleurs, en demandant aux prostituées de quitter la ville purement et simplement», commente Benjamin Boelen, coordinateur d’Espace P, qui, depuis 2014, tient une antenne locale au sein de la maison médicale arlonaise.

Avec la fermeture irrémédiable des vitrines, la prostitution luxembourgeoise a pris un autre visage. Internet est passé par là. Désormais, les femmes qui se prostituent fonctionnent via des petites annonces sur des sites comme VivaStreet ou Quartier rouge. ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Pierre Jassogne

Pierre Jassogne

Journaliste (social, justice)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)