Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Une formation d'animateurs pour les MRS qui s'adresse aux employés et aux demandeurs d'emploi"

23-09-2002 Alter Échos n° 127

Le projet de vie, pour les pensionnaires des maisons de repos, prend de plus en plus d’ampleur. C’est sur ce constat que la Mission régionale du Centre s’estappuyée pour entamer une prospection auprès des maisons de repos et de soins afin de leur proposer une formation assez originale : une formation d’animateurs en maison de repos etde soins1.
«Cette formation est en place depuis pas mal d’années à Ath et à Namur, pourquoi pas dans la région du Centreý En partant de l’idée que lepersonnel soignant sera confronté tôt ou tard à des problèmes de dos, elle vise à le réorienter vers une fonction plus légère. Cela permettraitainsi une meilleure stabilité dans l’emploi, donc moins d’absentéisme», explique Françoise Pâques, coordinatrice de la Mission régionale duCentre.
Financée par le Forem et par le Fonds social des Maisons de repos et de soins, la formation s’effectue à Le Rœulx, sous la conduite de l’Iram. Elle s’adresse auxdemandeurs d’emploi qui possèdent le diplôme d’auxiliaires polyvalent(e)s2 ou les travailleurs qui occupent d’autres fonctions (un mi-temps ou un trois-quarts temps) etpeuvent les compléter par des heures en animation.
«Deux groupes d’environ neuf personnes fonctionnent à raison d’une après-midi par semaine, jusqu’au mois de décembre inclus, précise Jean-LucPirard, chef de projet. La formation est basée sur des mises en situation. Il y a trois contenus de cours : processus de vieillissement (approche psychologique de la personneâgée), technique d’animation (comment préparer une animation, où, quand et comment la prévoir), méthodologie relationnelle (aspect communication). Jecrois que c’est une manière de s’enrichir mutuellement des expériences des autres et c’est aussi un plus à amener au niveau de toute l’équipe. Ilfaut une implication du reste du personnel et que la direction soit aussi impliquée. Deux personnes sans emploi ont déjà des opportunités depuis le 10 septembre, lapremière en tant que PTP, l’autre attend un contrat de travail. Et une maison de repos a introduit un projet PTP»3.
Le lancement de la formation a fait l’objet de réunions préalables, avec les formateurs et les directions. «La formation a été accueillie favorablement parceque l’on reconnaît que l’animation dans la maison de repos peut avoir une influence sur le bien-être des personnes âgées mais aussi sur la vie engénéral de la maison de repos ainsi que sa réputation»4.
La formation prévoit 60 heures de théorie et 30 heures de stages. Les stages s’effectuent pour le personnel soignant, dans les maisons de repos où elles sontemployées. Pour les demandeurs d’emploi, la MRC s’occupe des prises de contact. La formation comprend également des heures de gestion collective. Prévues par laMission régionale, elles offrent un espace de parole où l’on s’exprimera sur la formation, les stages et échangera des infos entre participants5. Les demandeursd’emploi seront vus individuellement pour la recherche d’emploi, la rédaction du CV et de la lettre de motivation.
«Il s’agit d’un projet pilote et novateur qui a l’objectif de créer un besoin récurrent au niveau de l’animation en vue de professionnaliser la fonction,poursuit Jean-Luc Pirard. Car, jusqu’ici, peu de maison de repos pouvaient engager des postes d’animation en maison de repos. Tout au plus l’aide-soignant voyait-il lapossibilité d’augmenter son horaire par quelques heures d’animation. Il est difficile de créer de l’emploi dans ce type de fonction.»
1 Lancée le 10 septembre dernier, elle a pour particularité de regrouper des travailleurs et des demandeurs d’emploi. Mission régionale du Centre, Faubourg de Binche, 33à 7070 Le Rœulx, tél. : 064 52 24 00, e-mail : info@mrc.be
2 Cinq diplômes équivalents : collectivité et services à domicile, puériculture, aide au nursing, aide familiale, assistante familiale et sanitaire.
3 Les maisons de repos qui ont accepté la formation sont : Le Royal à Anderlues, le Home Saint-Jacques à Le Rœulx, les Jardins de la Sylle à Silly, Maison duSacré Cœur à Carnières, la Seigneurie d’Herlaimont à Chapelle. La maison Marie Maculée à Neuvilles a envisagé la possibilitéd’intégrer six personnes en tant que PTP à condition qu’elles s’inscrivent directement à la formation.
4 Les formateurs sont des experts qui travaillent dans les maisons de repos. L’une est directrice de maison de repos, l’autre aguerrie à la technique Snoezelen.
5 Par exemple, connaître les conditions du travail et passer en revue les exigences à l’emploi pour les demandeurs d’emploi.

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)