Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Un an d'intérim d'insertion : un bilan mitigé"

17-12-2001 Alter Échos n° 111

Le Plan de printemps du gouvernement fédéral annonçait en avril 2000 vouloir employer 1.500 bénéficiaires du minimex par an en créant une formuled'intérim d'insertion. La loi-programme adoptée durant l’été 2000 créait la base légale du système en permettant aux entreprisesd'intérim, à certaines conditions, de garder des travailleurs sous contrat dans l'intervalle entre des missions d'intérim. Cette loi a été complétéele 20 juillet 2000 par deux arrêtés royaux qui permettent d'activer, dans le cadre de l'intérim d'insertion, deux ans de minimex à concurrence de 20.000 frs/mois. Outre ceminimex activé, le dispositif prévoit que les sociétés d’intérim touchent une prime de 10.000 frs/mois par personne en formation entre deux missionsd'intérim. Le 8 septembre 2000, le ministre Vande Lanotte1 inaugurait le système en signant une convention avec Adecco2, qui entendait recruter ainsi 1.000 minimexés en un an.L'entreprise a bénéficié pour ce faire des deux tiers du budget prévu, soit 266 millions sur les 400 budgétés. Au grand dam de ses consœurs,étonnées de ce favoritisme ministériel et ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

catherinem

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)