Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

“Signature de l’accord de coopération sur les Programme de Transition Professionnelle”

10-03-1997

Ce mardi 4 mars a été signé l’accord de coopération entre le Gouvernement fédéral et les Régions, qui vise à mettre en oeuvre demanière conjointe les Programmes de Transition Professionnelle (PTP)1. “Ce système est de nature à satisfaire les besoins de société, à assurer auxtravailleurs une véritable rémunération et une couverture sociale, mais, contrairement aux Programmes de Résorption du Chômage, impose une rotation au terme d’un anou deux d’occupation”2.
Cette occasion a permis d’en savoir plus sur le profil que prendra le programme en Région bruxelloise. Il se concrétisera dans un premier temps, explique-t-on chez leMinistre-Président Charles Picqué, par une série de projets-pilotes qui consisteront à mettre à la disposition des missions locales des personnes engagéessur contrat PTP, ainsi que leur personnel d’encadrement ACS (Agent contractuel subventionné). A l’exception de peintures de façades (Mission locale d’Ixelles), les travauxd’utilité collective envisagés, dans certains cas à l’issue de programmes de formation adaptés de Bruxelles-Formation (IBFFP), sont encore peu déterminés.Des pistes sont explorées, notamment dans le cadre de la mise en place des entreprises d’inserain, entretien d’infrastructures sportives, accueil dans des lieux culturels. Des activitésrelevant de compétences ministérielles autres que régionales n’ont pas encore été envisagées. Le budget consacré au programme n’est pas encoreestimable : on espère mettre 200 personnes au travail cette année, les premières fin août.
Pour ce qui est de la Région walllonne, Van Cauwenberghe semble privilégier des emplois à temps partiel pour les doubler de formation et d’accompagnement vers l’emploi. Lespersonnes peu qualifiées (études secondaires supérieures au plus) seraient prioritaires. Pour ce qui est du financement, chacun des trois intervenants prend en charge un tiersseulement de ce qui n’est pas financé par l’ONEm. A Bruxelles, cette participation sera fonction des moyens de l’employeur. Enfin, les Comités Subrégionaux de l’Emploi et de laFormation seront impliqués dans le processus. Il est envisagé de permettre à un représentant de l’état fédéral d’y sièger.
1 Sources : Cabinets du Ministre Prloise, tél. 02/506 32 11, et du Ministre de l´Emploi de la Région wallonne, tél. 081/32 67 11.
2 Selon l’expression employée par le Ministre wallon de l’emploi J.-Cl. Van Cauwenberghe à cette occasion.

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)