Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Risque de pauvreté plus élevé pour les personnes d’origine étrangère

La première phase (2006) d’une recherche menée à la demande de la Fondation Roi Baudouin (FRB) a permis de chiffrer le risque de pauvreté pour les migrants de lapremière génération et ceux qui les ont suivis. Dans une deuxième phase (2007), les chercheurs ont interrogé les personnes d’origine étrangèreet tenté de dégager des facteurs d’explication1.

Aujourd’hui, la Fondation et les chercheurs formulent ensemble une série de recommandations pour endiguer cette « pauvreté d’origine étrangère».

06-11-2007 Alter Échos n° 239

La première phase (2006) d’une recherche menée à la demande de la Fondation Roi Baudouin (FRB) a permis de chiffrer le risque de pauvreté pour les migrants de lapremière génération et ceux qui les ont suivis. Dans une deuxième phase (2007), les chercheurs ont interrogé les personnes d’origine étrangèreet tenté de dégager des facteurs d’explication1.Aujourd’hui, la Fondation et les chercheurs formulent ensemble une série de recommandations pour endiguer cette « pauvreté d’origine étrangère».Nathalie Perrin de l’Université de Liège (Centre d'études de l'ethnicité et des migrations) et Bea Van Robaye de l’Université d’Anvers (OASeS),sous la direction conjointe des professeurs Marco Martiniello et Jan Vranken, livrent dans leur étude des chiffres qui interpellent : dans un cas sur trois, les personnes d’origineextra-européenne courent le risque de vivre ici dans la pauvreté. Pas moins de 56% des personnes liées au Maroc et 59 % de personnes liées à la Turquie ont unrevenu qui, selon des données de 2001, se situe en dessous du seuil européen de pauvreté. Pour les personnes d’origine italienne, le ta...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

catherinem

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)