Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Quand l’insertion modifie l’organisation des CPAS…

Dans sa dernière livraison, la toute jeune revue électronique Brussels Studies propose un article d’Isabelle Lacourt, chercheuse au sein du Groupe de recherche sur l’actionpublique (Grap) de l’ULB1. Elle y montre l’importance croissante des missions d’insertion socioprofessionnelle sur l’organisation même des CPAS, dans un paysage marqué par leréférentiel de l’État social actif.

30-03-2007 Alter Échos n° 226

Dans sa dernière livraison, la toute jeune revue électronique Brussels Studies propose un article d’Isabelle Lacourt, chercheuse au sein du Groupe de recherche sur l’actionpublique (Grap) de l’ULB1. Elle y montre l’importance croissante des missions d’insertion socioprofessionnelle sur l’organisation même des CPAS, dans un paysage marqué par leréférentiel de l’État social actif.

À partir d’une étude de terrain menée dans les CPAS de Bruxelles-Ville, Saint-Gilles, Molenbeek, Anderlecht et Ixelles (ce dernier étant le seul à ne pasêtre situé dans le « croissant pauvre » de la Région), Isabelle Lacourt retrace l’émergence progressive de l’insertion socioprofessionnelle (ISP) en tant quedépartement spécifique, au fur et à mesure que la montée en puissance de politiques inspirées de l’État social actif confiait aux CPAS des missionsd’insertion, en particulier pour les moins de 25 ans.

À Bruxelles, les grandes étapes de cette évolution sont la création de partenariats entre les CPAS et l’Orbem à partir de 1991, le Programme d’urgence pour unesociété plus solidaire (qui instaura le contrat d’intégration pour les moins de 25 ans), le Programme Printemps de 2000, la loi relative au droit à l’intégrationsociale, en 2002 et, en 2004, la mesure dite des « 500 euros », qui permet aux CPAS de recevoir une subvention pour la mise en place d’accompagnements individualisés d’usagers quis’engagent dans une recherche d’emploi.

Au fur et à mesure de ces « avancées », l’organisation interne des départements ISP s’est généralement calquée sur le parcours d’insertionconçu par l’Orbem et il en émerge deux pôles : le premier rassemble les agents d’insertion en charge des déterminations de projet ; et le second, les agents chargésde l’insertion. Quant aux usagers, ils sont orientés par les travailleurs sociaux vers le service ISP depuis le service social général du CPAS.

Des critères subjectifs

Isabelle Lacourt note d’ailleurs que cette orientation « renvoie à des processus de catégorisation des publics particuliers s’appuyant sur la subjectivité des usagers». En l’absence de règle formelle, ce sont en effet des critères plutôt flous tels que la « stabilité de la situation sociale » qui présidentà l’entrée des usagers dans les départements ISP. Ces catégories s’éloignent ainsi des catégories juridico-administratives classiques et laissent une marged’appréciation plus importante aux assistants sociaux… Ce qui ne va d’ailleurs pas sans poser des problèmes de « territoires » entre les différents services.

« Cette sélection des usagers est bien souvent à l’origine de désaccords, voire de conflits entre départements, remarque Isabelle Lacourt. D’un côté,les agents d’insertion dénoncent des envois prématurés de certains usagers vers les départements ISP. De l’autre, les SSB [Services sociaux de base] ne perçoiventpas toujours les particularités du travail d’insertion et ne comprennent pas toujours pourquoi “leurs usagers sont refusés au sein de ces départements”. »

Cette incompréhension mutuelle risque d’ailleurs de s’accroître encore à l’avenir, au fur et à mesure que le métier d’agent d’insertion se professionnalise et queses voies d’accès scolaires se distinguent de celles d’assistant social. Isabelle Lacourt pointe à cet égard le fait que si les agents des départements ISP demeurentmajoritairement des assistants sociaux, leur recrutement « répond à des critères de plus en plus sélectifs, qu’on ne rencontre pas forcément dans lerecrutement pour les SSB ». Ainsi, ce sont souvent des diplômés en psychologie (notamment pour s’occuper des modules de détermination de projets) ou en sociologie qui sontengagés dans ces services d’insertion. Sans oublier l’émergence, dans l’enseignement supérieur de type court, de formations spécifiques à l’insertionsocioprofessionnelle.

Reste que, pour Isabelle Lacourt, cette professionnalisation fondée sur la notion de projet entre en tension avec la réalité économique bruxelloise et avec les profilsfragilisés des usagers auxquels s’adressent ces dispositifs d’insertion, usagers dont les situations « ne permettent pas toujours le “travail sur soi” réclamé par lesnouvelles politiques sociales. » Difficile d’en trouver une meilleure illustration que ce témoignage désabusé d’un agent d’insertion : « Parfois, je prends le tempsd’essayer de faire ressortir les motivations des gens ; mais quand des gens ne parlent pas français, qu’ils ne “pigent” rien, je me dis que “ça va être du nettoyage, etvoilà”. »

1. Isabelle Lacourt « Quel est votre projet ? L’insertion socioprofessionnelle des usagers dans les CPAS bruxellois », Brussels Studies, n° 5, mars 2007.
L’article est téléchargeable gratuitement sur le site de la revue :
http://www.brusselsstudies.be

Edgar Szoc

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)