Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Le BRASS, centre culturel de Forest, invite ZIN TV pour une soirée festive dans le cadre de son rendez-vous DÉCLIC dédié au numérique. Au programme : débat, projections, discussions & présentation du projet pédagogique de ZIN, « UZIN, la fabrique des idées » autour de la thématique de la propagande coloniale, raciste et de ses stigmates actuels … et comme touches musicales, un micro-ouvert & des concerts.

ZIN TV, c’est sur quelle chaîne ?

ZIN TV, c’est un média en ligne qui se veut militant & participatif. Sa mission ? Visibiliser et valoriser les luttes sociales et les mouvements sociaux à Bruxelles principalement, mais aussi dans toute la Belgique et à l’international. ZIN TV repose sur une équipe de 6 permanents étoffée d’un réseau de plus de 50 personnes qui gravitent autour du projet. Cette dimension de média participatif fait partie de leur ADN et alimente un travail collaboratif à la fois technique & formel, mais aussi en termes de contenus, par l’apport de sujets et de reportages.

L’association propose également une PVLF, pour Permanence Vidéo des Luttes Sociales, qui offre à toute personne intéressée une aide à la rédaction de sujets ainsi que la mise à disposition du matériel technique nécessaire à la réalisation.

Plus récemment, et sous le feu des projecteurs ce samedi au BRASS, l’association a mis en place une série d’outils pédagogiques d’éducation aux médias à destination d’un public assez large, avec la volonté de fournir des outils « clés sur porte », des livrets qui devraient permettre à des éducateurs, des professeurs de pouvoir eux mettre en place des méthodes d’analyse des images avec leurs groupes.

Un décryptage de la propagande coloniale/raciste, bien tristement d’actualité…

De manière générale, ZIN TV traite la représentation de l’autre, la construction de l’image de l’autre, l’invisibilité de certaines réalités. Travailler sur la propagande coloniale, leur est  apparu comme une évidence. À l’origine, c’est une exposition itinérante intitulée « « Notre Congo/Onze Kongo » qui leur a donné l’envie forte de poursuivre cette réflexion en partenariat avec l’association Coopération Éducation Culture (CEC). Cette exposition – dont le sous-titre, la propagande coloniale belge dévoilée, en dit déjà fort long –  présentait une série de documents iconographiques et audio-visuels datant de la période coloniale belgo-congolaise.

Partant de cette exposition, l’outil mis en place par ZIN TV ne traite pas uniquement de la propagande coloniale. « On est vraiment partis de l’idée qu’il y avait certains groupes d’appartenance, certaines identités collectives qui étaient plus médiatisées que d’autres. Et on a fait le constat que l’identité nationale, le fait de se rassembler via une identité nationale est quelque chose qui était encore extrêmement mobilisé et qui, ces temps-ci, est vraiment remis au goût du jour lorsqu’on entend le discours de certains politiques… », explique Sarah Bhaja. « Aussi, nous avions envie de questionner ce qui fait notre identité nationale à nous les Belges. Il y a 80 années de propagande coloniale dans le tas. Même pas 50 ans après l’indépendance de la Belgique, et donc vraiment la constitution de la nation belge comme on l’entend aujourd’hui, on a passé 80 années à construire l’image d’un autre, à le diminuer, à l’inférioriser et les stigmates perdurent encore aujourd’hui. Cela fait partie à part entière de l’identité nationale belge et on a un peu tendance à l’oublier puisque la colonisation et la propagande coloniale, c’est très peu renseigné finalement. Il y a un débat sur l’enseignement de ces matières à l’école mais c’est quelque chose d’assez méconnu. On a vraiment intériorisé l’idée d’une colonisation qui finalement a apporté la civilisation au Congo, qui leur a apporté des bienfaits. C’est l’idée qui est encore véhiculée en Belgique. Nous, à ZIN TV, on s’intègre dans la démarche d’associations dont c’est vraiment l’expertise on avait envie de mettre notre pierre à l’édifice, en partant de l’analyse d’images et surtout de la question « Comment construire l’image de l’autre ?” »

Fond/forme : un projet hybride de journalisme participatif

« Uzine, la fabrique à idées » : c’est le titre éloquent du projet dans lequel s’inscrit l’événement au BRASS. L’idée : faire se rencontrer des gens autour de thématiques qui relèvent de la construction de l’image de l’autre, de la représentation, autour d’un dispositif d’émission TV. Il s’agit dès lors d’inviter des intervenants, de montrer un autre format pour monter des rencontres, des débats connexes aux thématiques explorées.

Samedi, la présentation portera, entre autres, sur le prolongement pratique de cette expérience avec 40 jeunes issus de 3 écoles partenaires basées à Forest et à Saint-Gilles. Provenant de classes de 5éme et 6éme secondaire, ces jeunes ont conçu de A à Z leur propre émission TV, filmée au BRASS. Ils en ont à la fois travaillé le contenu et la technique, pour prendre conscience de l’enjeu qu’il y a à filmer l’autre au-delà des codes médiatiques « mainstream ». Point commun entre les intervenants invités sur le plateau : ils ont tous vécu de près un enfermement identitaire, sorte d’assignation à une certaine identité par l’individu vécue comme une privation de liberté et de choix, une contrainte sociale pesante. Pour nourrir ces émissions, les jeunes ont dialogué avec les historiens Anne Morelli & Elikia M’Boloko autour des questions liées à l’identité nationale – déconstruite pour l’occasion – et de la propagande (post)-coloniale belge…

Fruit de cette expérience, un livret-DVD UZIN « Fabriquer les identités collectives » a vu le jour …. Extraits à découvrir en direct lors de la rencontre-débat, dont le fil rouge sera assuré par Mireille-Tsheusi Robert, de l’ASBL Bamko. À travers l’analyse d’images et d’extraits de films d’hier et aujourd’hui, et les résultats de ses recherches, elle dissèquera les phénomènes de racisme anti-noir, leur transmission et leur impact sur le développement identitaire des jeunes afro-descendants de Belgique.

En savoir plus

Une réflexion multiforme à découvrir ce samedi 3 mars, à partir de 18h, au BRASS, Avenue Van Volxem 364, 1190 Forest. Programme en détail ici.

Et comme les identités, ça se mêlange plutôt harmonieusement en musique, & que la musique adoucit les mœurs, la soirée se terminera avec les prestations des taupes qui boivent du lait, fanfare de musique klezmer & d’Europe de l’Est, Color Rumba, groupe de rumba congolaise & Drache Musicale, duo musical à la programmation voyageuse.

Marie-Eve Merckx

Marie-Eve Merckx

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)