Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Pour des espaces de ressources réservés aux citoyens

À l’occasion de la sortie de Bruxelles à l’épreuve de la participation. Les Contrats de quartier en exercices1, nous avons rencontréMathieu Berger, auteur de l’étude à l’origine de l’ouvrage. Pour les besoins de sa thèse de doctorat en sociologie, celui-ci a assisté durant 4 ansà un nombre impressionnant d’assemblées générales (AG) et de commissions locales de développement intégré (CLDI) des Contrats de quartierbruxellois. Un matériau qu’il a exploité pour répondre à la sollicitation du ministère de la Région bruxelloise qui, parallèlement, luiproposait de contribuer au 2e volume de sa série d’ouvrages consacrés aux Contrats de quartier à Bruxelles.

16-01-2009 Alter Échos n° 265

À l’occasion de la sortie de Bruxelles à l’épreuve de la participation. Les Contrats de quartier en exercices1, nous avons rencontréMathieu Berger, auteur de l’étude à l’origine de l’ouvrage. Pour les besoins de sa thèse de doctorat en sociologie, celui-ci a assisté durant 4 ansà un nombre impressionnant d’assemblées générales (AG) et de commissions locales de développement intégré (CLDI) des Contrats de quartierbruxellois. Un matériau qu’il a exploité pour répondre à la sollicitation du ministère de la Région bruxelloise qui, parallèlement, luiproposait de contribuer au 2e volume de sa série d’ouvrages consacrés aux Contrats de quartier à Bruxelles.

Alter Échos : Quel but poursuit cette enquête ethnographique au cœur d’un dispositif participatif parmi les plus emblématiques ?

Mathieu Berger : Il s’agissait de contribuer à documenter la question de la participation, en prenant nos distances avec une série de discours etd’idéologies. Le meilleur moyen pour cela consistait à partir d’une question simple : que font concrètement les gens qui s’impliquent dans un Contrat dequartier ? Nous avons voulu être au plus près du phénomène de la participation et de l’expérience que les gens en font ; être terre-à-terre,conformément au réalisme dans lequel se déroulent ces assemblées participatives.

Nous l’avons fait dans un double mouvement. D’une part, en considérant et en mettant en évidence les types d’efforts faits par les citoyens profanes quis’impliquent dans un Contrat de quartier. D’autre part, en relevant les épreuves rencontrées par les politiques et les techniciens face aux interpellations des citoyens.Cette approche, respectueuse des différentes positions en présence, semblait d’autant plus nécessaire que, en général, le travail fourni par lesautorités en charge de la participation reste souvent ignoré ou diabolisé.

Pour cela, je suis parti de ce que j’ai observé dans les dispositifs tels qu’ils existent et fonctionnent aujourd’hui.

AE : Vous considérez que les politiques et les techniciens sont dans une posture identique dans ces réunions ?

MB : En quelque sorte, dans la mesure où sur l’axe de l’initiative, ils participent tous deux de la figure de la proposition ; tandis que les citoyens sont plutôtdu côté de la réponse, de la réaction aux propositions des techniciens et des politiques. Cette mise en tension permet de mettre en évidence deuxéléments.
D’abord l’existence de processus d’apprentissage ou de « capacitation », de renforcement des compétences, qui sont spécifiques pour chacun des acteurs enprésence, en particulier dans leur disposition à mieux comprendre la posture de l’autre.
Ensuite, cela nous permet d’éviter le mythe d’une participation spontanéiste et égalitariste, où tout le monde viendrait autour de la table sans avoirété invité et où le meilleur argument emporterait l’adhésion, quelle que soit la position de celui qui l’énonce.

Nous partons au contraire du principe qu’il existe une asymétrie forte entre les participants, sollicitants d’une part et sollicités de l’autre. Du coup, laquestion qui se pose est : comment peut-on imaginer une asymétrie la plus juste possible ? Et, étant donnée cette asymétrie, quels rôles peuvent jouer respectivementles deux catégories d’acteurs ?

AE : Pour les habitants, vous relevez deux grandes stratégies possibles.

MB : En effet, partons d’un exemple : des citoyens prennent la parole et revendiquent de parler au nom de l’intérêt général. Les élus communauxleur rétorquent immanquablement qu’ils sont les seuls à être légitimement mandatés pour définir l’intérêt général. Lemême phénomène s’observe très souvent sur des questions techniques : les experts refusent toute parole profane qui s’aventure sur leur champ decompétence.

Que peut faire l’habitant face à cette double contrainte ? Certains se spécialisent dans des causes moins directement prises en charge par les élus et les urbanistes :l’insécurité, la propreté, l’éducation, le développement durable… Ceux-là ont très vite le sentiment d’êtrefloués, de ne pas être suffisamment entendus ; ils finissent souvent par quitter le processus en cours de route. D’autres participants citoyens comprennent qu’ils peuventsoumettre les arguments des autres acteurs à une critique formelle, ils vont concentrer leur contribution sur les éléments de procédure de la participation. Ceux-ci aurontsouvent plus d’impact que ceux qui veulent à tout prix faire aboutir une vision de fond. C’est ce que j’appelle la figure du « citoyen procédural ».

AE : Ce qui semble en cause, n’est-ce pas la capacité même de discourir et l’accès aux ressources discursives pour les différents acteurs de laparticipation ?

MB : C’est certain. Les « discours sur » la participation, sont encore souvent trop caricaturaux et procèdent par a priori. Par exemple, le discourstechnocratique va considérer la participation pour “pas grand-chose”, les citoyens n’ayant aucune expertise ; à l’inverse, le discours démocratique radical affirmeraque les habitants ont une plus grande expertise que les urbanistes. Un autre axe oppose un « discours exalté » et naïf pour lequel la participation est l’occasiond’une rencontre authentique entre pairs et le « discours du soupçon » purement cynique selon lequel les élus ont un agenda caché et les rapports de forcepriment sur tout.

Soyons clair : il faut maintenir cette dimension du discours afin de donner un sens aux pratiques dans lesquelles on est engagé. Le politique, en particulier, ne peut fuir un devoir desymbolisation de ses pratiques.

Notre démarche invite simplement les élus à se montrer plus réflexifs et cohérents par rapport au discours qu’ils portent sur les institutions dont ils ontla charge, à plus forte raison lorsqu’elles sont qualifiées de participatives.

En face, de quels moyens disposent les citoyens pour augmenter leur capacité à discourir et à produire du sens au sein de ces institutions ? L’observation montre que lesmarges de manœuvre des urbanistes et des politiques sont sans commune mesure avec celle des citoyens qui sont tenus d’improviser constamment et de « bricoler » leurs prises deparole. Les habitants sont les seuls participants à ne pas disposer d’espaces autonomes de préparation en dehors de la CLDI et des assemblées générales. Ilsne disposent pas non plus d’outils techniques en support à leurs propos
.

Dès lors, la question qui se pose est de savoir comment augmenter les marges de manœuvre des habitants sans réduire considérablement celles des élus et destechniciens ? Il me semble que des pistes existent sur deux axes au moins. D’abord celui de l’accès à la technologie et à la technique. Par exemple, les temps deparole des citoyens sont excessivement courts en comparaison de ceux des experts qui se lancent typiquement dans de longs exposé appuyés sur des diaporamas, des cartes, des tableauxstatistiques. L’autre axe, complémentaire, suggérerait l’accès pour les citoyens à des espaces de ressources où ils pourraient échanger,débriefer, rebondir entre pairs, d’une réunion à l’autre de la CLDI.

AE : Les comités de quartier ne constituent-ils pas ces espaces de préparation et de débriefing des réunions en CLDI ?

MB : Certains le sont, mais les contrats de quartier recouvrent généralement des périmètres plus larges que ceux couverts par les comités de quartier.L’espace de ressources suggère l’imagination de plate-formes citoyennes plus larges, rassemblant les participants citoyens des Contrats de quartier à un niveau communal,voire régional. De plus, l’enjeu de ces espaces annexes est l’ouverture sur une diversité de formes d’engagements citoyens qui ne peuvent se limiter àl’affiliation à un comité de quartier. Il existe une pluralité de lieux où se discute l’avenir de la cité. Les comités de quartier sontl’un de ces lieux parmi d’autres, mais il en existe d’autres, où aller chercher de la matière pour alimenter les dispositifs participatifs : sur le marchéhebdomadaire, dans les associations locales, dans les réunions d’immeubles. Mais aussi, par exemple, à travers des enquêtes ou des entretiens que les personnes en charge descontrats de quartier peuvent susciter en allant à la rencontre de la population sur des scènes moins publiques.

AE : Peut-on imaginer une évolution qui aille jusqu’à de véritables jurys citoyens devant lesquels les politiques rendraient des comptes, comme l’aproposé Ségolène Royal, la candidate socialiste aux présidentielles françaises en 2007 ?

MB : La figure du juré peut sembler fort ambitieuse à première vue mais c’est peut-être, en fin de compte, la plus réaliste dans le cadre dessociétés politiques très spécialisées et technocratiques dans lesquelles nous vivons. L’expérience des Contrats de quartier montre que la principalecompétence développée par les citoyens est précisément l’expertise de juger du déroulé procédural et de la cohérence du «drame » joué devant eux par les élus et les experts.

AE : Quelles évolutions des Contrats de quartier votre observation vous permet-elle de mettre en évidence ?

MB : A minima, on peut bien sûr en garder la forme actuelle et opérer quelques réglages marginaux. Mais avec un peu d’ambition, le dispositif des Contratsde quartier pourrait être retravaillé de façon plus conséquente, notamment en ouvrant la possibilité d’intégrer des apports spontanés deshabitants. Cela supposerait d’inverser la séquence initiale actuelle « diagnostic–tables rondes ». Il s’agirait de partir au contraired’événements initiaux comme des tables rondes, des remue-méninges, des actions citoyennes, etc., et d’établir le diagnostic sur cette base. Cette distinctionentre consultation et concertation est toute simple et bien comprise de tous mais, apparemment, difficile à mettre en œuvre.

AE : Les politiques et les techniciens ne perdraient-ils pas de leur pouvoir dans ce cas de figure ?

MB : Pas forcément. Cyniquement, on pourrait même imaginer un effet pervers de renforcement de l’autorité sur fond d’accroissement de la participation,où des premières étapes de brainstorming collectif déboucheraient sur assez de matière pour que les politiques et les experts puissent y « faire leurmarché », en trouvant dans ces données une congruence avec un agenda préétabli. C’est pourquoi la concertation doit être jouée demanière franche et dans des conditions de confiance, les techniciens et les politiques devant être prêts à mener une vraie discussion, avec humilité. Une fois deplus, les arguments ne sont bien entendus jamais « purs », déconnectés de leur posture d’autorité. Mais les acteurs les plus puissants doivent abandonnerl’idée que leur légitimité est garantie a priori, indépendamment de ce qu’ils disent, de ce qu’ils font et de la manière dont ils seconduisent avec autrui. Ils doivent accepter de prendre plus de risques, de remiser leur position de force en expérimentant davantage. Il y a des bureaux d’études et desélus qui s’impliquent déjà dans cette voie-là.

AE : Anderlecht expérimente des ateliers de travail urbain en complément au dispositif réglementaire, dans le Contrat de quartier « Lemmens » [voir AlterÉchos n° 260]. S’agit-il d’une piste féconde d’évolution du dispositif ?

MB : Peut-être, je ne connais pas ce cas précis mais tout dépend de la manière dont ce type d’ateliers est connecté aux dispositifsréglementaires, officiels. L’expérience passée tend à montrer que lorsque des groupes de travail, des espaces plus informels et plus hospitaliers sontcréés en marge des CLDI, ils peuvent dans certains cas « diluer » la participation en distrayant les participants des enjeux principaux du Contrat de quartier. Puisque lesgroupes de travail sont plus informels, leur secrétariat est généralement plus faible. Énormément d’information est perdue en cours de route
et on peut parfois se demander dans quelle mesure les discussions plus libres et spontanées qui y ont lieu affectent la procédure officielle. Afin que l’impact de ces «ateliers » soit plus important, il faut donc traiter ce genre d’espace avec autant de sérieux que les autres et les instaurer très tôt dans le processus. Si cen’est pas le cas, il y a un grand risque qu’ils ne soient que des espaces de divertissement politique.

Propos recueillis par Emmanuel De Loeul

1. L’ouvrage s’ouvre sur les réponses apportées par le Ministre-Président de la Région bruxelloise aux questions que l’auteur lui a poséesà l’issue de son investigation. Il est en outre illustré par des photographies de Pauline Beugnies. qui parvient le plus souvent à faire dire quelque chose à cesimages prises lors de réunions réputées peu photogéniques.

Références bibliographiques : Mathieu Berger et Pauline Beugnies, Bruxelles à l’épreuve de la participa
tion – Les contrats de quartier en exercices
,Région de Bruxelles-Capitale, 2008.

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)