Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Plan énergie flamand  : les toits vus du ciel

Gand passe ses toits à la loupe pour lutter contre les pertes énergétiques domestiques.

09-10-2011 Alter Échos n° 324

Certaines communes s’attaquent concrètement aux pertes énergétiques domestiques. Survol de Gand, où tous les toits de la ville ont été passésà la loupe…

En février dernier, un petit avion équipé d’une caméra infrarouge survolait la ville de nuit. Le but  : établir un panoramathermographique détaillé. Accessible au public depuis septembre, cette carte interactive permet aux Gantois d’identifier le toit de leur logement et de mesurer l’ampleur dela déperdition relative de chaleur en fonction des zones de couleurs indiquées1. L’intérêt de la population est immédiat  : en un mois,35 000 visiteurs ont testé virtuellement l’isolation de leur toiture. Encore peu courante en Belgique, cette initiative inaugure une stratégie qui vise des résultatsà court et à long terme au bénéfice de la collectivité.

Au-delà des économies d’énergie visées, l’impact social des politiques climatiques est pourtant rarement pris en compte. Alors que la plupart desactivités domestiques qui consomment de l’énergie sont devenues difficiles à éviter, les mesures de taxation d’émissions de CO2 s’avèrentsocialement régressives car elles pénalisent presque systématiquement les ménages défavorisés. C’est pourquoi l’enjeu de la performanceénergétique est devenu incontournable à l’heure actuelle. Mieux une habitation est isolée, plus elle gagne en confort thermique et moins la facture de chauffage seraélevée. Pour ces raisons, l’isolation domestique a un impact socioéconomique jugé positif pour une plus large majorité de foyers, quels que soient leursrevenus.

Objectif 2020  : les moyens politiques

La politique de rénovation thermique menée par les pouvoirs publics gantois ne manque pas d’ambition ni d’une certaine dose de réalisme. Conformément auplan flamand de l’énergie de 2009, Gand devrait avoir un « impact neutre » en termes d’émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2020.L’engagement répond à ceux prix au niveau européen2 mais cible davantage les secteurs non-industriels. Indubitablement, la bataille énergétique està mener sur tous les fronts mais pas à n’importe quel prix quand les inégalités sociales menacent d’être creusées (voir Alter Echosn° 294 du 10 mai 2010  : « Plaidoyer pour des politiques climatiques socialement responsables »). Pour éviter que les coûts et lesbénéfices du plan énergie gantois ne soient répercutés de manière inéquitable entre les foyers et ne touche plus rigoureusement le portefeuille desfamilles défavorisées, des fonds ont été dégagés. La ville gère un portefeuille étendu de subsides fédéraux et régionauxet de primes versées par Eandis, le gestionnaire flamand du réseau de distribution. A l’initiative du ministère flamand de l’Habitat et de l’Energie, pas moinsde 3 000 ménages verront leur toit isolé gratuitement dans le courant de 2012.

Un effort collectif, rue par rue

Peut-être plus significative que la manne financière, une dynamique collective et ciblée s’était mise en place dans certains quartiers bien avant le coupd’envoi du plan énergie. A côté des services communaux impliqués, certaines asbl ne ménagent pas leurs efforts pour convaincre et aider propriétaires etlocataires à améliorer le confort énergétique de leur logement. REGent offre gratuitement aux particuliers un état des lieux poussé de leur habitation et, ensus de conseils pratiques, organise les achats groupés et les travaux collectifs d’isolation de toiture avec l’aide du CPAS3. Samenlevingsopbouw est actif dans lesquartiers populaires du Rabot et de Ledeberg et privilégie le contact social pour lancer des ponts4. « Le but est de rassembler le voisinage autour de travaux àeffectuer », explique Frank Vanpitte, chargé de mission auprès de l’association. « Ce n’est qu’en faisant abstraction de l’individualismerégnant que l’on parvient à offrir des solutions durables et pratiquement exemptes de coûts. » Au vu des leviers financiers publics, les mesures de lutte contrele réchauffement climatique ne seront toutefois complètement viables que si elles intègrent davantage de préoccupations d’ordre social. Alors cette politique dechangement durable le deviendra vraiment.

Crédit image : http://www.gentsklimaatverbond.be

1. La carte est disponible sur le site www.gentsklimaatverbond.be
2. En 2008, l’UE s’est engagée à atteindre l’objectif des « 3 x 20 » avant 2020  : 20  % de réduction des émissions de CO2 ;20  % d’efficacité énergétique supplémentaire  ; 20  % d’énergies renouvelables dans la consommation d’énergie de l’UE.
3. Rationeel energie gebruik Gent vzw, Kastanjestraat 2-4 à 9000 Gand – tél.  : 09 218 75 90 – site  : www.vzwregent.be
4. Samenlevingsopbouw vzw, Blaisantvest 70 à 9000 Gand – tél.  : 09 223 95 15 – site  : www.samenlevingsopbouwgent.be

AmandineGatelier

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)