Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Vie associative

Petit à petit, les Social Impact Bonds font leur nid

Financer des projets sociaux par le biais d’investisseurs privés? C’est ce que permettent les Social Impact Bonds. Il y a deux ans, un premier projet de ce type voyait le jour à Bruxelles. Aujourd’hui, Alter Échos fait le point sur le dossier. Si le nombre de SIB au niveau mondial n’a rien d’impressionnant, en Belgique et en France, on sent comme un frémissement.

Un soutien présidentiel pour les contrats à impact social

Financer des projets sociaux par le biais d’investisseurs privés? C’est ce que permettent les Social Impact Bonds (SIB). Il y a deux ans, un premier projet de ce type voyait le jour à Bruxelles. Aujourd’hui, Alter Échos fait le point sur le dossier.

Mais que sont donc devenus les Social Impact Bonds? Il y a un peu plus de deux ans, tout ce que la Belgique comptait comme opérateurs sociaux s’était passionné pour ce mécanisme de financement venu de Grande-Bretagne. Il ne s’agissait pas d’un hasard. Une première association ayant levé des fonds par le biais des «SIB» venait de voir le jour à Bruxelles. Son nom: Duo for a job. Son objectif: organiser du mentorat en mettant en contact de jeunes chercheurs d’emploi issus de pays hors Union européenne avec des seniors. Le tout afin que ces derniers les soutiennent dans leur recherche d’emploi.

Si les SIB suscitaient tant de remous, c’est qu’ils ont de quoi interpeller. Ils permettent à des investisseurs privés de faire «fructifier» leur argent au bénéfice d’un projet social porté par un prestataire de services à but non lucratif, avec un retour sur investissement si les résultats sont à la hauteur. Les SIB font intervenir quatre partenaires: le pouvoir public, un organisme intermédiaire, des investisseurs privés et le prestataire de services. À cela s’ajoute un évaluateur externe. L’organisme intermédiaire est chargé de lever d...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Julien Winkel

Julien Winkel

Journaliste (emploi et formation)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)