Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Participation, droits et accueil : le Forum des stagiaires fait progresser la qualité des services d"

02-04-2002 Alter Échos n° 117

Bruxelles Formation, le service public bruxellois francophone de la formation professionnelle, lançait en 1997 le « Forum des stagiaires » pour structurer en son sein la participation et lesdroits de ses usagers. Le point cinq ans après.
Six chantiers
La première étape du Forum a été la rédaction avec des groupes de stagiaires d’une charte d’ordre général et d’un contrat de formation type àsigner entre l’Institut et le stagiaire. Après une longue concertation avec les représentants des travailleurs, les deux textes ont été adoptés par le Comitéde gestion l’an dernier.
Le fonctionnement de ces outils et l’ouverture de lieux de participation au sein des différents centres nécessitent d’attaquer en parallèle plusieurs chantiers, au point quel’animation des groupes de stagiaires est loin de constituer l’activité principale de la cellule de pilotage de ce qu’on continue à appeler « le Forum ».
> Charte et contrat ont amené une réécriture du règlement d’ordre intérieur, également approuvée en 2001 par le Comité de gestion. Il restepour que ces trois textes puissent être d’application de façon généralisée, en principe en septembre prochain, à assurer l’information et la formation de tousles travailleurs de l’Institut. Une valise pédagogique doit encore être réalisée à cet effet.
> Bruxelles Formation a aussi complètement repensé la gestion de l’accueil et de l’information des nouveaux stagiaires au départ des principes de la charte. Aprèsinformation des partenaires et de l’Orbem en particulier, l’accueil a été revu dans deux des pôles de formation.1 Il reste, et c’est une priorité pour ce débutd’année, à la généraliser et à l’adapter aux deux autres. Cela se fera au moyen d’ateliers séminaires de formation avec le personnel concerné.
> De la même manière, charte et contrat ont provoqué un travail de précision du cadre juridique de la relation Institut-stagiaire. Ce qui a amené depuis deux ansà l’institution d’une fonction de « conciliateur » qui prend en charge les plaintes, et au renforcement du service social. Des procédures disciplinaires revues doivent encore êtremises en place en respectant le principe de proportionnalité des sanctions.
> Expérimentation importante tentée en 2000, l’introduction de modules de formation à la citoyenneté dans le programme de formation d’un groupe de stagiaires aété évaluée, et il n’a pas encore été décidé de la reproduire telle quelle. En effet, à l’heure où l’Institut se prépareà plancher sur la révision d’une partie de ses programmes dans l’optique de la validation des compétences, la formation à la citoyenneté serait incorporéeà ces travaux.
> éepuis trois ans, les stagiaires d’un des centres de formation (place Rouppe) sont représentés au sein d’un Comité. L’expérience se prolonge, et l’Institutpourrait amorcer en 2003 la reproduction de ce schéma dans d’autres centres.
> Enfin, l’évaluation des formations n’a pas encore été abordée.
Accents et enseignements
L’organisation de ces initiatives, riche de ses premiers enseignements, les met en débat dans le cadre de formations avec les travailleurs des centres où il s’agit de lesrépliquer. C’est le cas des modules de formation à la citoyenneté, de la réforme de l’accueil et de la mise en place de comités. Les travailleurs de l’Institut sontapprochés comme vecteurs du changement et sont donc impliqués dès le départ. « C’est une démarche plus progressive et participative qu’au début, commenteIsabelle Allinckx, coordinatrice du Forum2. Les premières expérimentations, elles, ont une forte valeur d’exemple pour incarner concrètement les nouvelles manières defaire inspirées des principes de la charte. Elles nous donnent de quoi amorcer une discussion avec les nouvelles personnes à impliquer, mais en partant de leur expérience deterrain. »
Autre remarque importante : le fait d’organiser le droit à la parole collective, en lien avec une meilleure qualité de l’accueil et une clarification des droits et devoirs desstagiaires, amène une nette amélioration des mécanismes de circulation de l’information. À la place Rouppe, des instructeurs relais ont étédésignés, que les représentants des stagiaires rencontrent une fois par mois. La qualité d’écoute s’est améliorée de façongénérale, ainsi que la convivialité.
La coordinatrice insiste aussi sur le fait que ces cinq années se sont déroulées sur fond de changement dans la fréquentation de l’Institut. « On a vu une forte croissancedes stagiaires d’origine subsaharienne dans les formations aux métiers du secteur türtiaire. Dans certaines, ils constituent presque la totalité des groupes. Or ils arrivent avecdes problématiques particulières, et surtout une forte motivation vis-à-vis de la formation. » C’est évidemment une dimension qui a été prioritaire – etqui va le rester – dans tout le travail sur l’accueil et l’information : une cellule particulière d’accompagnement et de suivi, animée par un collaborateur d’origine africaine, aété créée en 2001.
Dernier élément de taille : l’entrée en vigueur de la charte et du contrat nécessite que les partenaires de Bruxelles Formation, à savoir les missions locales etles asbl d’insertion, entament un processus similaire, fondé sur les mêmes principes. La Fébisp, leur fédération, s’est décidée mi-2001 àtravailler dans ce sens, mais elle n’a pas encore pris de position en la matière. Bruxelles formation doit d’ici l’été déposer une note sur le dispositif qu’il propose,pour obtenir l’avis de la Commission consultative emploi formation enseignement (instance consultative qui regroupe tous les opérateurs de formation bruxellois francophones).
a
1 Bruxelles Formation répartit son offre de formation en quatre pôles.
> Orientation et accompagnement,
> Métiers techniques et industriels,
> Métiers de bureau et de services
> Perfectionnement en informatique et gestion.
Chaque pôle a des activités dans un ou plusieurs centres.
2 Forum bruxellois, Bruxelles Formation, Isabelle Allinckx, av. Louise 166 à 1050 Bruxelles, tél. : 02 626 78 84.

Thomas Lemaigre

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)